Jeu vidéo sur la Première Guerre mondiale se déroulant dans le nord-est de l’Italie

La Grande Guerre sur le front de l’Est prend vie sous forme numérique. Et c’était plus de cent ans après ce 22 juin 1915, lorsque l’offensive italienne commença dans ce qui deviendra plus tard la première des « Douze Batailles de l’Isonzo ». Une série de conflits qui ne s’achèvent qu’en 1917, impliquant des millions de soldats et dans lesquels plus de 300 000 Italiens et Austro-hongrois sont tombés.

Isonzo, qui sortira fin 2021, sera le troisième titre de la saga Série de jeux WW1 (1 million et 600 mille exemplaires vendus dans le monde), dédié aux batailles historiques de la Première Guerre mondiale, résultat d’une collaboration entre le développeur de studio indépendant M2H et Blackmill Games. Un jeu de tir multijoueur à la première personne qui recrée fidèlement deux années de bataille pour la conquête de la rivière Isonzo, qui a eu lieu entre l’empire austro-hongrois et le royaume d’Italie.

Entre de hauts sommets, de vastes vallées, des rivières et des vues panoramiques sur les montagnes, vous vous retrouverez plongé dans les horreurs de la guerre, en esquivant et en déclenchant des attaques au mortier, de l’artillerie lourde et un soutien aérien au milieu de la bataille, ou en frappant des bunkers ennemis de près combat avec un coup de baïonnette au milieu de gaz empoisonné. Conformément à la tradition des séries, ils pourront assumer les rôles des deux côtés de temps en temps, répartis entre les régions d’Isonzo et de Carso. De plus, il sera possible de choisir son propre « Escadron », qui se distingue par un équipement relativement particulier qui peut s’adapter à différentes situations : des tireurs d’élite, maîtres absolus du combat d’altitude, aux ingénieurs équipés de grenades à fusil, pour neutraliser les tireurs ennemis, et des coupe-fils, utiles pour couper les barbelés et ouvrir des espaces dans les défenses.

Chez Isonzo, tout a été méticuleusement refait, basé sur des sources historiques détaillées et des recherches sur le terrain, pour essayer de fournir le plus grand réalisme possible : des uniformes à la musique, à l’environnement au vaste arsenal. Le débarquement attendu du titre sur la prochaine génération de consoles garantira des améliorations majeures tant au niveau des graphismes que des performances.

Cette Série de jeux WW1 commence en 2015 avec Verdun, situé sur le front occidental, en France, et inspiré par la bataille des homonymes, l’un des plus violents et sanglants de tous les premiers conflits. The Clash, fils du revanchisme français contre l’ancien ennemi de la Prusse, a vu se dérouler la grande offensive allemande et a duré plus de 10 mois, du 21 février au 19 décembre 1916. Pour l’historien et journaliste Sir Alistair Horne, décoré de la Légion d’Honneur, c’était « Le champ de bataille avec la plus forte densité de morts au mètre carré », comme il l’écrit dans son livre Le Prix de la Gloire, Verdun 1916″, où plus de 300 mille soldats tombèrent des deux côtés.

Ce n’est pas un hasard si le seul autre scénario qui se rapproche d’un bilan déplorable est la bataille de Stalingrad, pendant la Seconde Guerre mondiale. Verdun a également vu l’utilisation d’armes chimiques, en particulier de gaz mortels et de lance-flammes, si largement utilisée que même aujourd’hui, les déchets des combats rendent la zone inutilisable. Mais, chez nous, on se souvient de Verdun comme d’un exploit légendaire qui symbolise l’héroïsme, la souffrance et le sacrifice de ceux qui ont réussi à défendre leur terre.

Tannenberg, le deuxième volet de la série sorti en 2017, emmène les joueurs sur le front oriental retraçant les événements de l’invasion russe de la Prusse orientale. Le titre vient de la célèbre bataille du même nom qui eut lieu dans la petite ville de Saxe, où la victoire stoppa définitivement l’avancée de l’ennemi. La défaite fut telle que sur 150 000 soldats russes, seuls 10 000 réussirent à s’échapper et le commandant général Alexandre Samsonov préféra se suicider dans la forêt plutôt que de rapporter la nouvelle de la défaite au tsar. Les affrontements n’ont duré que quatre jours et ont fait 87 000 morts entre les morts et les blessés dans les deux armées.

Dans notre entretien avec l’équipe de Blackmill Games, nous avons demandé lesquelles des nombreuses grandes batailles historiques italiennes sur le front nord-est peuvent être relancées au cours de l’expérience de jeu et quelles nouvelles fonctionnalités attendent les joueurs.

Les champs de bataille des 12 batailles historiques d’Isonzo seront-ils présents ?
Notre objectif est d’inclure les batailles les plus importantes du front alpin et en même temps d’offrir aux joueurs une expérience de jeu intéressante. Pour cette raison, nous nous concentrons sur les batailles qui sont des lieux de victoires célèbres ou de défaites sensationnelles, ou encore celles qui se déroulent sur des terrains inhabituels et certains scénarios. Malheureusement, en raison de ressources limitées, nous ne pouvons pas recréer toutes les batailles majeures autant de fois que nous le souhaiterions !

Quelle est l’actualité du point de vue du mode de jeu ? Et quelles batailles célèbres et scénarios évocateurs viendront?
Dans Isonzo, le mode de jeu principal est Attack. Entièrement axés sur le combat multijoueur en ligne, les matchs durent au maximum 1 à 2 heures, car ils consistent en une séquence de différentes cartes accessibles si l’attaquant gagne. Par exemple, dans la sixième bataille d’Isonzo, il est nécessaire de se déplacer entre trois scénarios différents, à savoir Monte Sabotino, Monte San Michele et la ville de Gorizia. L’attaquant de l’armée italienne doit réussir dans les deux premières cartes pour déverrouiller le champ de bataille final de Gorizia. Chaque carte se compose de plusieurs lignes défensives avec des objectifs spécifiques que les attaquants doivent atteindre avant que leurs attaques ne perdent leur efficacité.

En revanche, qu’en est-il de la 12e bataille d’Isonzo, également connue sous le nom de « Défaite de Caporetto », ou de la bataille de la Piave, y compris la bataille du Solstice ?
Mis à part le scénario de la sixième bataille d’Isonzo (bataille de Gorizia) et du pont de Salcano, nous n’avons révélé aucun détail concernant les autres champs de bataille, car nous y travaillons toujours et espérons avoir plus d’informations à partager quand cela deviendra disponible.

Quelles sources et références historiques avez-vous utilisées pour le développement ? Réalisez-vous également des enquêtes de terrain ?
Nous utilisons toutes sortes de sources, des textes historiques aux photos, en passant par les visites sur le terrain et les musées. En particulier, nous montrons Musée du Mont San Michele pour une grande convivialité et disponibilité, où nous avons rassemblé des matériaux et fait quelques tournages.

Envisagez-vous de définir un autre futur titre de saga dans la bataille historique qui s’est déroulée sur le territoire italien ?
Jusqu’à présent chaque match Série de jeux WW1 couvrir différents théâtres. Avec Verdun, nous nous sommes concentrés sur le front occidental et Tannenberg a ouvert la porte sur le front oriental. Par conséquent, il est peu probable que d’autres batailles spécifiques sur le territoire italien se produisent à l’avenir.

Y a-t-il une mise à jour concernant la date de sortie officielle d’Isonzo ?
Nous n’avons pas encore de nouveaux détails à partager, mais nous travaillons dur et espérons sortir le jeu dès que possible !

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.