Un premier ministre qui veut quitter l’OTAN ? Il n’est pas exclu en France

Vous pouvez également écouter l’article en version audio.

Un champ de bataille important entre la mouvance présidentielle de la République en Avant ! (aux élections dans la coalition Renouveau) et la coalition de gauche Nouvelle Union écologique et sociale (Nupes) deviennent la ville normande de Caen. Le leader du Nupes, Jean-Luc Mélenchon, vient d’arriver mercredi pour soutenir le jeune candidat de sa coalition. Le succès de Noé Gauchard, 22 ans, portera un coup dur au mouvement au pouvoir – la première ministre nouvellement nommée Elisabeth Bornová est également candidate à un siège au parlement.

« Un autre Premier ministre peut-être » il gronde au palais des congrès de Caen Mélenchon, qui a commencé à briguer le poste de Premier ministre dès la proclamation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Bien qu’il ne se soit pas qualifié pour le second tour comme prévu, il a reçu plus de voix que prévu.

Le politicien de 70 ans, dont le programme comprend, entre autres, l’abandon de l’OTAN et le protectionnisme économique, suscite un grand intérêt pour la ville balnéaire – les salles de congrès sont pleines et des centaines d’autres parties intéressées doivent rester à l’écart.

Cependant, la coalition de gauche n’était pas d’accord sur la question de quitter l’Alliance de l’Atlantique Nord – l’inflexible Français Mélenchon s’y est appuyé, mais le programme Nupes a déclaré que les socialistes soutenaient l’adhésion à l’Alliance.

Les propos de Mélenchon selon lesquels « la panique s’est installée » parmi les gens de Macron ne sont peut-être pas loin de la vérité. Il y a sans doute une forte inquiétude dans les rangs gouvernementaux : selon les dernières enquête selon l’agence Ipsos-Sopra Steria, la coalition de Mélenchon, pour laquelle 28 % des Français envisagent de voter, pourrait remporter le premier tour des élections, tandis que le mouvement de Macron veut voter pour un plus petit pourcentage d’électeurs.

En raison du système majoritaire à deux tours, cependant, les macronovistes ont une chance de victoire globale beaucoup plus élevée que le groupe Nupes. L’enquête estime les sièges à l’Assemblée nationale de 577 membres à 260 contre 300, tandis que la coalition de gauche n’en compte que 175 contre 215. Pour obtenir la majorité absolue, 289 mandats parlementaires sont nécessaires.

Les résultats des élections peuvent ainsi donner lieu à trois scénarios différents. Dans le premier, Macron et son équipe espèrent au moins 289 sièges. Dans un tel cas, l’Elysée et le gouvernement peuvent compter sur une majorité au parlement et mener à bien leur programme électoral sans risquer d’être bloqués par l’opposition. Après tout, c’était à cela que ressemblait le premier mandat de cinq ans de Macron, alors qu’il avait 350 députés disponibles après les élections de 2017.

Les élections ont les premiers perdants

  • Alors que les résidents de métropole ont voté au premier tour le 12 juin, les Français de l’étranger et des autres pays européens ont élu il y a une semaine leurs représentants.
  • Déjà au premier tour, l’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls figurait parmi les perdants, qui se sont présentés pour la France vivant en Espagne, au Portugal, à Monaco et en Andorre.
  • Valls a été nommé par le mouvement gouvernemental La République en avant !, qui se présente au sein d’une coalition appelée Obnova.
  • Le paradoxe est que Valls a été éliminé par l’actuel député Stéphane Vojetta, dont Valls a pris la place sur la liste des candidats.
  • L’ancien Premier ministre a de nouveau échoué après avoir tenté de devenir maire de Barcelone, où il est né, en 2019.
  • Après la défaite électorale, il a remercié le geste de Macron et a annulé son compte Twitter.

L’ancien Premier ministre français Manuel Valls.

Le deuxième scénario table bien sur la victoire de Macron et de ses alliés, mais sans atteindre l’objectif des 289 députés évoqué plus haut. Selon les sondages, il s’agit d’une option tout à fait réaliste qui nécessitera la coopération de l’opposition.

La coalition Mélenchon ne soutiendra probablement pas une politique de « président des riches », comme ils se réfèrent à Macron, et encore moins l’extrême droite Association nationale Marine Le Pen. En tant que tel, Macron devra peut-être compter sur la coopération avec les quatre arrières, à savoir le Parti républicain conservateur et leurs alliés.

Enfin, la troisième option répondrait aux ambitions de Mélenchon – si sa coalition de Français, Verts, Socialistes et Communistes devenait le groupe le plus nombreux au parlement, Macron serait contraint de le nommer à la tête du parlement. gouvernement.

Pour de tels contextes, où le président et le gouvernement sont issus de camps politiques différents, le terme de cohabitation est utilisé, et la France en a fait l’expérience dans le passé. Sous la présidence de François Mitterrand, Jacques Chirak était premier ministre, quand lui-même est devenu plus tard chef de l’Etat, il avait le socialiste Lionel Jospin comme premier ministre. La France n’a pas connu cette situation depuis 2001, lorsque des élections législatives se sont tenues quelques semaines après l’élection présidentielle. Pas possible cette fois non plus.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.