20e jour. L’Ukraine ne rejoindra pas l’OTAN et la CE repense la politique de défense

SALUT Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reconnu aujourd’hui que l’Ukraine ne pourra pas rejoindre l’OTAN, l’une des demandes de la Russie pour mettre fin à la guerre, et a déclaré que l’Ukraine était consciente de cette impossibilité.

« Nous avons entendu pendant des années que la porte était ouverte, mais nous avons également entendu dire que nous ne pouvions pas nous joindre. C’est la vérité et nous devons l’admettre », a déclaré Zelensky.

Pendant que Zelensky parlait, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, de la République tchèque, Pietr Fiala, et de la Slovénie, Janez Jansa, sont entrés en Ukraine en route pour Kiev pour rencontrer le président ukrainien, ont annoncé des sources polonaises.

Les trois dirigeants, partis ce matin en train, se trouvent déjà sur le territoire ukrainien, a indiqué le porte-parole du gouvernement polonais Piotr Müller.

Le président français Emmanuel Macron a également annoncé qu’il envisageait une visite à Kiev ou à Moscou en raison de la guerre en Ukraine, mais a refusé de le faire « dans les prochains jours » en raison du manque de conditions de voyage.

« Je n’exclus aucun voyage, mais ce n’est pas prévu pour les prochaines heures ou les prochains jours », a déclaré Macron après avoir été interrogé sur un voyage à Kiev aujourd’hui par les Premiers ministres de Pologne, de République tchèque et de Slovénie.

Le président américain Joe Biden est confirmé à Bruxelles la semaine prochaine pour participer, le 24, à une réunion des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE) et au sommet extraordinaire de l’OTAN, en raison de la guerre en Ukraine. .

Le sommet s’est tenu alors que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a reconnu que la guerre d’Ukraine était un « moment décisif » pour que l’Union européenne (UE) repense sa stratégie de défense, annonçant qu’elle proposerait des « opportunités d’investissement ». dans le secteur.

Sur le front diplomatique, la présidence russe a refusé de faire des prédictions sur les négociations avec l’Ukraine, après qu’un conseiller du président ukrainien a reconnu un éventuel accord de paix en mai.

« Le travail entre les deux délégations se poursuit par vidéoconférence, c’est un travail complexe, et le fait qu’il se poursuive est déjà positif », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Dans le même temps, la Russie a décidé aujourd’hui d’entamer le processus de « retrait du Conseil de l’Europe », accusant l’OTAN et l’Union européenne d’utiliser l’organe comme un instrument au service de leur « expansion politico-militaire et économique vers l’Est ».

« Un avis de retrait de la Fédération de Russie de l’Organisation » a été envoyé aujourd’hui à la secrétaire générale du Conseil de l’Europe, Marija Pejcinovic Buric, a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Pendant ce temps, et avec l’aggravation de l’offensive russe, la capitale ukrainienne sera soumise à un couvre-feu de 35 heures à partir de 20h00 heure locale, a annoncé le maire de Vitali Klitschko, expliquant que Kiev traverse un « moment difficile et dangereux ».

Klitschko faisait référence aux derniers attentats à la bombe russes qui ont frappé des quartiers résidentiels et tué des dizaines de personnes dans la capitale du pays.

Le maire a également annoncé avoir écrit au pape François l’invitant à visiter la ville frappée par une offensive militaire russe ou, si cela n’était pas possible, à participer à des visioconférences pour envoyer des messages aux habitants.

La Russie compte plus de 40 000 soldats des forces armées syriennes et soutient les miliciens prêts à se joindre à l’invasion de l’Ukraine, a dénoncé aujourd’hui l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Vendredi dernier, le Kremlin a encouragé la participation de volontaires, aux côtés des militaires russes, à l’invasion du territoire ukrainien, dont des soldats et combattants venus de Syrie. Moscou est l’un des principaux alliés de Damas.

La Russie a élargi sa zone d’attaque et l’armée de l’air ukrainienne a dénoncé qu’au moins un « drone » russe a survolé la Pologne, ce qui correspond à une violation du territoire d’un Etat membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). ).

Dans une publication faite sur le réseau social Facebook, citée par l’agence de presse ukrainienne Ukrinform, le porte-parole de l’Air Force Command, Yuri Ihnat, a dénoncé que le radar avait détecté au moins un avion de reconnaissance sans pilote des forces armées russes survolant la zone. .Pologne.

De l’autre côté de la barricade, le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, un allié de Moscou, a accusé l’Ukraine d’avoir lancé un missile sur son territoire, mais le missile a été intercepté et abattu par la Biélorussie.

L’Occident poursuit ses plans de sanctions contre Moscou, et le Conseil de l’Union européenne (UE) a officiellement adopté un quatrième paquet de mesures économiques et individuelles contre la Russie, qui comprend des mesures restrictives contre l’oligarque multimillionnaire Roman Abramovich, avec un passeport portugais.

La Chine a annoncé qu’elle refusait de se laisser influencer par les sanctions occidentales contre la Russie, via son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, lors d’une conversation téléphonique avec son homologue espagnol, José Manuel Albares.

« La Chine ne fait pas partie de la crise [ucraniana] et encore moins veulent être sanctionnés », a déclaré Wang, cité par l’agence de presse officielle Xinhua.

D’autre part, Pékin a déclaré que sa position sur le conflit ukrainien était « pleinement objective, impartiale et constructive » et a accusé les États-Unis de répandre de la « désinformation » sur la possibilité que Pékin fournisse un soutien militaire à Moscou.

Dans le même temps, la Russie a annoncé des sanctions contre le président Joe Biden et plusieurs hauts responsables américains, dont le chef de la diplomatie Antony Blinken, en réponse aux actions punitives de Washington contre Moscou au sujet de l’Ukraine.

Cette action « est une conséquence inévitable de l’évolution de la russophobie suivie par l’actuel gouvernement américain », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Entre-temps, on a appris aujourd’hui que le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, participerait mercredi à une réunion de ses homologues de l’OTAN, ainsi que des représentants de la Géorgie, de la Finlande, de la Suède et de l’Union européenne (UE).

Sur le champ de bataille de l’est de l’Ukraine, l’aéroport de la ville de Dnipro a enregistré « une grande dévastation » à la suite de deux bombardements russes ce matin, ont indiqué les autorités régionales.

« La nuit, l’ennemi a attaqué l’aéroport de Dnipro. Deux frappes. La piste a été détruite. Le terminal a été endommagé. La dévastation a été énorme », a déclaré le gouverneur de la région, Valentin Reznitchenko, dans un message publié sur l’application. à partir des messages Telegram.

En outre, au moins deux personnes ont été tuées aujourd’hui dans une attaque russe contre un immeuble résidentiel de 15 étages dans l’ouest de Kiev, ont annoncé les services d’urgence ukrainiens.

« Deux corps ont été retrouvés sur les lieux », à la suite de l’attaque, et 27 personnes ont été évacuées indemnes de l’immeuble, où l’incendie s’est déclaré, a indiqué le service sur le réseau social Facebook.

Sur l’un des couloirs humanitaires, environ 2.000 véhicules ont réussi à quitter la ville ukrainienne de Marioupol (est), assiégée depuis plusieurs jours par les troupes russes et les séparatistes pro-russes, a indiqué le gouvernement de la ville portuaire.

« 2 000 autres véhicules supplémentaires attendent à l’extérieur de la ville », a ajouté le conseil municipal de Marioupol, qui n’a pas précisé combien de personnes ont réussi à s’échapper de la ville portuaire, où les conditions sont si mauvaises après des jours de bombardements et de siège.

Après près de trois semaines de combats, la guerre en Ukraine avait fait au moins 691 morts et 1.143 blessés parmi la population civile, dont plus d’une centaine d’enfants, lundi en fin de journée, ont annoncé les Nations unies.

Dans son bilan quotidien des victimes civiles, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) dénombre 48 enfants tués et 62 blessés.

Le nombre de personnes ayant fui l’Ukraine à cause de l’invasion russe a atteint trois millions, dont plus de 1,4 million d’enfants, selon un porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Presque chaque seconde, un enfant ukrainien devient un réfugié, a annoncé aujourd’hui l’UNICEF, notant que le flux de personnes fuyant le pays depuis l’invasion russe du 24 février se poursuit.

Au cours des 20 derniers jours, quelque 1,4 million d’enfants ont été contraints de quitter le pays, ce qui représente une moyenne d’environ 55 par minute soit « près d’un enfant par seconde », a indiqué le porte-parole du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), James Older.

Lire aussi : JUSQU’À MINUTES : 3 millions de personnes quittent l’Ukraine ; 100 enfants meurent

Soyez toujours le premier informé.
Le Consumer Award et le Five Star Award pour la sixième année consécutive pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Télécharger l'AppleStore

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.