Un tribunal français a condamné le cerveau des attentats de Paris, Abdeslam, à la prison à vie




CTK

Actualisé 29/06/2022 21:56

Mercredi, un tribunal français a condamné Salah Abdeslam, seul survivant du cerveau des attentats de Paris en 2015, à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.En plus de lui, il avait auparavant reconnu 18 autres accusés coupables de terrorisme. Au total, 130 personnes ont été tuées dans les attaques contre le club de musique Bataclan et d’autres lieux à Paris le 13 novembre 2015.

Mercredi, le tribunal a rendu des verdicts sur les 20 hommes jugés pour les attentats terroristes à l’époque. Le principal suspect, Abdeslam, a été reconnu coupable de terrorisme et de meurtre, a déclaré le juge Jean-Louis Peries. Un tribunal a condamné Abdeslam à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, une peine prononcée seulement quatre fois en France.

Tous les accusés sauf un, Farid Kharkhach, ont été reconnus coupables de tous les chefs d’accusation, y compris de terrorisme. Les tribunaux ont prononcé des peines allant de deux ans à la réclusion à perpétuité. Des peines plus légères ont été infligées à des personnes qui n’ont finalement pas participé aux tueries ou qui ont eu la possibilité de les arrêter mais ne l’ont pas fait. Le tribunal a déclaré Kharkhach coupable d’association de malfaiteurs en vue de tromper.

Entre autres, Mohamed Abrini, qui en plus de la tuerie de Paris, était également lié aux attentats de Bruxelles de mars 2016, qui ont fait 32 morts, a été condamné à la perpétuité. Contrairement à Abdeslam, Abrini a été autorisé à demander une libération anticipée, mais seulement après 22 ans de prison.

Six personnes ont été condamnées par contumace, présumées mortes.

Abdeslam, un Français d’origine marocaine, était le seul survivant du groupe terroriste qui a attaqué le club de musique Bataclan à Paris le 13 novembre 2015, et ailleurs dans la capitale et la banlieue de Saint-Denis. Sept kamikazes ont été tués dans l’attentat revendiqué par l’organisation terroriste Etat islamique.

Abdeslam a fièrement déclaré au début du procès qu’il était un « soldat » de l’Etat islamique. Cependant, il a ensuite présenté ses excuses aux victimes et aux survivants ainsi qu’à plusieurs autres accusés. Lors du dernier procès, il a avoué des actes répréhensibles mais n’était pas un meurtrier.

Abdeslam a également déclaré devant le tribunal qu’il avait décidé à la dernière minute de ne pas faire exploser le gilet explosif qu’il portait. Cependant, sur la base d’une enquête et d’un examen, le tribunal a conclu que le gilet ne fonctionnait pas correctement.

Le procès, qui s’est déroulé dans une salle d’audience spécialement aménagée dans l’historique Palais des Justice de Paris, a débuté l’automne dernier. Elle a duré dix mois et a réuni plus de 2 000 plaignants et plus de 300 avocats.

Ce fut une épreuve pas comme les autres, non seulement en raison de sa durée incroyable, mais aussi en raison du temps qu’il a fallu pour permettre aux victimes de parler en détail de leur épreuve et de la façon de la surmonter, tandis que les familles des personnes tuées racontaient comment difficile de continuer, note l’AP.

Arthur Denouveux, un rescapé de l’attentat du Bataclan, a déclaré avant le verdict que le procès avait dépassé les attentes des victimes car les terroristes avaient répondu au témoignage des rescapés. Selon lui, cela ne se produit généralement pas dans un processus similaire. « Je pense que nous pouvons être fiers de ce que nous avons accompli », a déclaré Denouveaux.

Salah Abdeslam arrêté au tribunal par un caricaturiste | Vidéo : Reuters

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.