Les premiers navires étrangers ont quitté Marioupol depuis le début de l’invasion russe, selon Ankara

Les présidents et premiers ministres de l’Union européenne des 27 nations attendent une décision importante lors du prochain sommet de Bruxelles sur l’opportunité d’accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’adhésion au bloc européen. Cependant, d’autres répercussions de l’invasion en cours de l’Ukraine par la Russie seront également un sujet. Le sommet de deux jours, qui débute jeudi après-midi, discutera également de la poursuite des relations avec les pays des Balkans occidentaux, qui tentent en vain d’avancer sur la voie de l’adhésion à l’UE. Ils doivent également accepter l’introduction de l’euro en Croatie et résoudre d’autres problèmes économiques, tels que les prix élevés de l’énergie.

Quatre mois après le début de la guerre en Ukraine, les chefs d’Etat et de gouvernement vont demander l’adhésion de Kiev comme le recommande la Commission européenne vendredi dernier. Suite aux commentaires positifs des dirigeants français, allemand et italien lors de leur visite en Ukraine la semaine dernière, l’accord unanime requis est généralement attendu.

« Je n’ai vu aucun problème, mais on ne sait jamais si un dirigeant voudra en profiter », a déclaré aujourd’hui aux journalistes un responsable de l’UE connaissant les préparatifs du sommet. Il a notamment constaté la position floue de la Hongrie, dont le Premier ministre Viktor Orbán a usé à plusieurs reprises de son droit de veto pour promouvoir ses intérêts sur la question de la crise ukrainienne. Si personne ne s’y oppose, le sommet approuvera la candidature de l’Ukraine et de la Moldavie et promettra l’approbation future de la Géorgie, à condition que le pays remplisse les conditions fixées par la commission.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.