Les « Hispaniques » souffrent contre la Pologne mais sont déjà en demi-finale européenne

Équipe d’Espagne masculine de handball en demi-finale du Championnat d’Europe La Hongrie et la Slovaquie, pour la sixième fois consécutive dans un tournoi continental, après avoir battu la Pologne (27-28) dans le duel final du tournoi Main Round, où hispanique ils ont rattrapé leur précédente défaite contre la Norvège.

C’était la deuxième et dernière chance pour hispanique pour entrer dans les demi-finales et encore plus près de raccrocher une médaille, et bien qu’un match nul ait suffi -parmi de nombreux carroms possibles- les hommes de Jordi Ribera sont ambitieux pour chercher la victoire, en un duel très équilibré avec la dernière apparition clé de Corrales dans le but Espagnol.

Rien n’est en jeu, absolument rien, pour la Pologne dans ce match déjà éliminée. Mais les troupes de Bartosz Jurecki ont montré leurs visages et leurs postures jusqu’au bout, combattant honorablement contre plusieurs hispanique obligé de s’éteindre et de se battre jusqu’à ce que l’horloge atteigne zéro. Bonne pratique avant cette demi-finale.

Ils deviendront un demi finales historique, sixième dans laquelle l’Espagne sera consécutive au Championnat d’Europe. Des rivaux pas encore connus, qui viendront du Danemark (désormais leader invaincu du Groupe I), de France ou d’Islande. inconnu pour certains hispanique que, s’ils améliorent leurs performances et égalent les grands matchs vus dans ce tournoi, ils ne seront certainement pas un rival souhaitable pour aucune équipe.

mauvais objectif

Et ce n’était pas la meilleure journée pour Rodrigo Corrales ou Gonzalo Pérez de Vargas dans les buts. En fait, en seconde période, aucun des deux n’a pu arrêter quoi que ce soit, laissant l’efficacité de la Pologne à travers les nuages ​​après la pause. Mais, par hasard ou par hasard, Corrales a effectué un précieux double arrêt à une demi-minute de la fin, l’Espagne ayant un but d’avance et le marqueur ne bouge plus.

L’Espagne a eu des moments d’inspiration défensive, avec de nombreuses interceptions menant à des contre-attaques rapides et des buts abordables. Mais quand il ne peut pas subir une attaque statique et plus en seconde période où des effondrements ont été enregistrés dans les deux buts.

Avec La Pologne inspirée par ses meilleurs hommesétant très performant Arkadiusz Moryto (6 buts), Damian Przytula, Michal Daszek ou Piotr Jedraszczyk (tous avec 5), l’Espagne détestait ne pas avoir de fusée offensive, car Ferran Solé a commencé comme une fusée mais n’a plus marqué dans les minutes clés, avec trois joueurs (Solé, Agustín Casado et Aleix Gómez) ont été les meilleurs buteurs, avec 4 buts chacun.

Fiche de données

27. POLOGNE : Zembrzycki (F), Kornecki (F) ; Daszek (5), Moryto (6), Krajewski (2), Dawydzik (2), Olejniczak, Walczak, Czuwara, Syprzak (1), Chrapkowski, Przytula (5), Jedraszczyk (5), Gebala (1) et Przybylski.

28. ESPAGNOL : Pérez de Vargas (F), Corrales (F) ; Gurbindo (1), Pecia, Maqueda (2), Fernández (3), Solé (4), Figueras (3), Cañellas (3), Casado (4), Gómez (4), Ariño, Guardiola, Tarrafeta (3) , Sánchez-Migallón, Sarmiento (1).

SCORE TOUTES LES 5 MINUTES : 1-2, 2-6, 6-8, 8-10, 11-12 et 13-14 -break- ; 13-16, 17-20, 21-23, 23-25, 25-27 et 27-28.

Arbitre : Lah et Sok (SVN). Ils ont exclu Krajewski (min.34) en Pologne et Pecia (min.42) en Espagne.

PABELLN: Ondrej Nepela Arena de Bratislava.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.