Le voyage de la Finlande continue. Les vainqueurs olympiques traitent facilement avec l’Amérique

Les joueurs de hockey finlandais ont battu l’équipe américaine 4:1 dans le groupe de base B aux championnats du monde. Ainsi, l’équipe locale reste à 100% même après la troisième apparition à Tampere. Dans le groupe A, l’Allemagne a battu la France 3:2.

Le vainqueur olympique de Pékin a pris une avance de 4 à 0 à la fin de la 31e minute. L’attaquant Sakari Manninen marque les trois points pour un but et deux passes. Les deux équipes seront les rivales de l’équipe tchèque à la fin du programme des matchs de groupe.

Dès les premières minutes, un hockey très rapide a été joué des deux côtés, où les moments excitants ne manquaient pas. L’Amérique a joué un jeu de force après 24 secondes, mais la situation n’a pas changé. En revanche, Filppula a eu deux occasions alors qu’il était seul devant le gardien Mann, mais il a surveillé attentivement les interstices entre le béton. La Finlande n’a pas non plus profité de l’avantage numérique.

Peu après l’arrivée, Björninen tentait sa chance d’un revers, mais son effort était stoppé par la barre transversale. Dans un match à quatre de chaque côté, Manninen a trouvé Lehtonen, qui a terminé dur de près, mais Mann a encore bien frappé. Au final du premier but au but ouvert, il a raté la plaque de Lammikko. L’équipe locale a ensuite joué un autre jeu de pouvoir, Granlund prenant une renumérotation de deux contre un et se superposant à Manna.

Déjà après 63 secondes, Watson était coupable de la règle, dont l’intervention avec un coude saillant sur la tête de Hartikainen a été immédiatement examinée par le juge en vidéo, et depuis le banc des pénalités, ils ont envoyé le pécheur directement dans les vestiaires. Depuis, il y a eu beaucoup d’escarmouches et d’interventions plus pointues sur la glace, mais il était important pour l’équipe du Nord qu’elle ajoute aussi des buts.

Hartikainen n’a pas eu un long avantage numérique au début, mais ensuite, après le record parfait d’Innal, Filppula a gagné et 54 secondes plus tard, Manninen s’est amélioré à 3: 0. La sélection étrangère n’a trouvé aucune contre-arme même après la fin d’un cinq- minute de course. À mi-parcours, en revanche, dans un match à quatre de chaque côté, Lehtonen a profité de la vision floue de Mann et a pris une décision presque certaine.

« C’est génial comme nous l’avons fait dans un match de puissance, nous nous comprenons bien. Nous nous faisons confiance et nous l’avons confirmé lors du dernier match, lorsque nous avons réussi à marquer des buts », a déclaré l’attaquant vainqueur Teemu Hartikainen.

En troisième mi-temps, Manninen, l’équipe locale, aurait pu marquer à nouveau, mais Mann a riposté. D’un autre côté, Galchenyuk a eu une chance de mettre en place au moins un succès respectable pour l’Amérique, mais Olkinuora a continué à garder une feuille blanche. Cependant, à la fin, il ne l’a pas défendue. C’est Galchenyuk qui a finalement montré sa dextérité et avec un bâton de hockey entre les jambes, il a fermé le score à 58:22.

« Nous avons passé trop de temps dans la boxe, nous ne pouvons définitivement pas continuer comme ça. C’était un match émouvant, mais nous devons certainement faire mieux dans la suite du tournoi. Nous devons être plus préparés et rester calmes. Nous sommes ici en équipe. Le dernier tiers, nous avons mieux joué et au moins nous avons quelque chose sur quoi bâtir pour le prochain match », a déclaré le défenseur américain Nate Schmidt.

Pföderl a décidé

L’Allemagne a battu la France 3 à 2 dans le groupe A et est sixième du classement avec six points en trois matchs. À la 46e minute, l’attaquant Leonhard Pföderl a décidé, qui a également marqué une passe décisive dans le match. Marc Michaelis a aidé avec deux passes. La France n’a pas donné suite à la victoire de dimanche contre le Kazakhstan (2:1) et compte trois points.

Après avoir été pris dans deux duels avec le Canada (3:5) et la Slovaquie (2:1), le gardien numéro un allemand Grubauer du Colorado s’est libéré et Niederberger s’est tenu dans la surface de but. Déjà à la 2e minute, l’attaquant Hradec Králové Perret est allé du côté français pour payer la faute, et après 35 secondes, les Allemands ont utilisé un jeu de force. Fischbuch a complété une combinaison rapide après la passe de Pföderl depuis la position entre les cerceaux.

La France n’a pas réussi le penalty de Soramies et, à l’inverse, aurait pu récupérer dans l’affaiblissement, mais Loibl n’a pas mûri de la course d’Ylönen avec un plan de revers. À la 14e minute, Stützle a offert un jeu de force aux adversaires et à 14:48, Texier en a profité, ce qui a frappé Tim du cercle droit après la passe de Tim Bozon. Les missiles d’Ehl Bittner ont repris l’avantage 129 secondes avant la fin de la première période.

Après 33 secondes, après avoir tenté de marquer, le palet tente de pousser le palet derrière Ylönen Michaelis au poteau gauche, mais comme le prouvent les juges Hansen et Heikkinen dans la vidéo, le gardien français ne lâche pas le palet derrière la ligne. L’Allemagne s’est défendue contre l’exception de Kastner, mais à la 32e minute elle a égalisé. Le défenseur Gallet a soutenu l’offensive et a dirigé la passe de Bertrand derrière Niederberger.

Pföderl renvoie l’Allemagne à 45:45. Il contre-attaque rapidement pour défendre la France et changer la « grenouille » idéale de Noebels. Ylönen s’occupe alors de l’école de Soramies. Puis la France s’est défendue contre l’expulsion de Gallet et à la 55e minute le Ritz a pu égaliser. L’Allemagne aurait pu assurer la tête de la renumérotation, mais après la passe de Fischbuch, Sorami a échoué à Ylönen. L’équipe Bozon aurait pu forcer une prolongation après le tir de Texier, mais il n’a pas mis la rondelle dans le corps pour Niederberger.

Groupe B (sabotage) :

Finlande – États-Unis 4:1 (1:0, 3:0, 0:1)

Buts et records : 17. Mikael Granlund (Manninen, M. Lehtonen), 25. Filppula (Innala, Vatanen), 26. Manninen (J. Sallinen, Mikael Granlund), 31. M. Lehtonen (Hartikainen, Manninen) – 59. Galchenyuk (L. Hughes, Seth Jones). Juges : Nord (Suède), Rohatsch – Merten (tous deux allemands), Van Oosten (CAN). Pénalité : 7:8, plus Watson (USA) 5 minutes. et jusqu’à la fin du jeu. Utilisation : 3 : 0. Participation : 11 555.

Finlande : Olkinuora – Hietanen, M. Lehtonen, Seppälä, Ohtamaa, Vatanen, Friman, Pokka – Hartikainen, Manninen, Mikael Granlund – Armia, Filppula, Pesonen – J. Sallinen, Lammikko, Innala – Anttila, Björninen, Mäenalanen. Entraîneur : Jukka Jalonen.

États-Unis : Mann – Seth Jones, Megna, Peeke, Schmidt, Blankenburg, L. Hughes – Watson, Lafferty, Kuhlman – Hayden, Bordeleau, Galchenyuk – Barber, Meyers, K. Bellows – Farrell, Gaudette, Lettieri. Entraîneur : David Quinn.

1. Finlande 3 3 0 0 0 11:2 9
2. Suède 2 2 0 0 0 8:4 6
3. les États-Unis d’Amérique 3 1 1 0 1 8:7 5
4. RS 2 1 0 0 1 8:6 3
5. Lettonie 3 1 0 0 2 5:8 3
6. Norvège 3 0 1 0 2 6:11 2
sept. L’Autriche 2 0 0 1 1 3:6 1
8. Grande Bretagne 2 0 0 1 1 4: 9 1

Groupe A (Helsinki):

France – Allemagne 2 : 3 (1:2, 1:0, 0:1)

Buts et records : 15. Texier (T. Bozon, Chakiachvili), 32. Gallet (Bertrand, Claireaux) – 3. Fischbuch (Pföderl, Michaelis), 18. Ehl (Bittner, Kastner), 46. Pföderl (Noebels, Michaelis) . Juges : Hansen (Nor.), Heikkinen (FIN) – půr (CZE), Zunde (LVA). Exception : 3 : 3. Utilisation : 1:1. Participation : 2652.

France : Ylönen – Gallet, Auvitu, Llorca, Chakiachvili, Crinon, Thiry, Guebey – Fleury, S. Treille, T. Bozon – Bertrand, Claireaux, Perret – Leclerc, Texier, Boudon – Colotti, Ritz, Fabre – K. Bozon. Entraîneur : Philippe Bozon.

Allemagne : Niederberger – Seider, M. Müller, Holzer, J. Müller, Wissmann, Wagner, Bittner – Stützle, Plachta, Ehliz – Michaelis, Pföderl, Noebels – Loibl, Schmölz, Fischbuch – Kastner, Soramies, Ehl. Entraîneur : Toni Soderholm.

1. Canada 3 3 0 0 0 16:5 9
2. Suisse 2 2 0 0 0 11:2 6
3. Allemand 3 2 0 0 1 8:8 6
4. Danemark 2 1 0 0 1 9:7 3
5. France 3 1 0 0 2 6: 8 3
6. Slovaquie 3 1 0 0 2 6:9 3
sept. Italie 2 0 0 0 2 2:11 0
8. Kazakhstan 2 0 0 0 2 3:11 0

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.