Le général tchèque Radek Hasala prend le commandement de la mission militaire de l’UE au Mali

Le général de brigade de l’armée tchèque Radek Hasala, 53 ans, prend le commandement de la mission de formation de l’Union européenne (EUTM) au Mali, en Afrique de l’Ouest. Environ 700 soldats alliés de 25 pays dirigeront pendant six mois. C’est la deuxième fois dans l’histoire de l’armée tchèque que ses représentants mènent une mission militaire à l’étranger. Hasala a amené une équipe d’environ 30 membres, dont des civils.

La cérémonie de passation a eu lieu à Bamako et a réuni des dizaines d’invités, dont des représentants Maliens Les autorités et les soldats, le ministère tchèque de la Défense et l’armée lors de la cérémonie sont venus voir le vice-ministre de la Défense Daniel Blažkovec et le commandant du commandement des opérations Josef Kopeck. Hasala a succédé en tant que commandant à son prédécesseur en Autriche, le général de brigade Christian Riener.

Hasala a de l’expérience en Afghanistan et a été directeur du président du Comité militaire de l’OTAN, Petr Pavel, pendant trois ans. Avant de partir pour le Mali, il a dirigé l’Académie militaire de Vyškov. Il a décrit son entrée dans le nouveau poste comme un engagement majeur, même au regard de l’accord avec la présidence tchèque de l’Union européenne.

La mission non combattante EUTM contribue à la formation des soldats maliens. Il a été fondé en 2013 après que le Mali ait été attaqué par des radicaux islamiques. À partir de 2020, il pourrait aider d’autres pays du G5 Sahel, dont le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad.

Les activités des forces alliées au Mali ces derniers mois ont été affectées par les relations tendues entre le gouvernement de transition malien et les pays occidentaux, en particulier la France. Le pays a connu deux coups d’État militaires au cours des deux dernières années, dont l’un était sous le commandement de la mission tchèque en 2020. La situation a été compliquée par la décision du Mali d’inviter des mercenaires de l’armée privée russe de Wagner. En raison de désaccords, l’opération antiterroriste de Takuba a pris fin, la République tchèque envoyant des forces spéciales de Prostějov.

Par conséquent, Hasala considérait la gestion de la mission comme une tâche difficile. Il a souligné qu’une révision du soi-disant plan stratégique de la mission était actuellement en préparation à Bruxelles, un changement qui signifierait également un changement dans les tâches des forces alliées. « Cependant, pour le moment, nous ne savons pas quel sera le résultat, et nous ne savons pas comment nous devrions réagir », a-t-il déclaré à TK et à la télévision tchèque. Cependant, il s’attendait à ce que les grandes lignes de la mission restent les mêmes.

Le prédécesseur de Hasal, Riener, a fait l’éloge de la coopération avec l’armée tchèque devant les médias tchèques et a souligné que l’armée tchèque avait le deuxième plus grand contingent après l’Espagne.

Hasal sera secondé au Mali par une équipe d’une trentaine de collaborateurs, sélectionnés au sein de l’armée et du ministère de la Défense. Parmi eux se trouvent des civils, comme des conseillers politiques ou juridiques. La connaissance du français est importante dans la sélection.

Dans la mission de l’UE, l’armée tchèque est également chargée de protéger le quartier général de Bamako et le camp d’entraînement de Koulikoro. Depuis mai, la tâche a été reprise par une nouvelle unité d’environ quatre-vingt-dix hommes, composée principalement de membres du bataillon mécanisé frontalier. Au Mali, outre la mission EUTM, des soldats tchèques travaillent également dans la mission de l’ONU MINUSMA, dont les Tchèques disposent de quatre soldats.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.