Ziobro a écrit au chef de la Commission européenne au sujet des conclusions du journal français. Tusk : C’est un pseudo-scandale | Régner

Voir la vidéo
Qui bloque l’argent pour la Pologne ? Tusk : Voici Kaczyński et Ziobro

Ces dernières semaines, le quotidien français « Libérer« Il a accusé des hauts fonctionnaires de plusieurs institutions européennes d’influence commerciale et de conflits d’intérêts. Il y a le nom du président de la Cour des comptes européenne (CCE) Klaus-Heiner Lehn, l’un des juges de la CJUE – dont le président, le juge Koen Lenaerts et des hauts fonctionnaires de l’UE liés au Parti populaire d’Europe (PPE).

Zbigniew Ziobro a écrit à Ursula von der Leyen sur l’article « Libération »

Selon les conclusions du journal, en 2010-2018, des hauts fonctionnaires de l’UE participeront à des réunions organisées par des lobbyistes bruxellois et payés illégalement sur des fonds publics. La réunion réunira, entre autres, le président de la Cour de justice de l’Union européenne, le juge Koen Lenaerts et l’ancien président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Le quotidien évoque la condamnation d’un homme politique belge et ancien membre de la Cour des comptes européenne pour détournement d’un demi-million. euro. Ce n’est « que la pointe de l’iceberg », selon le journaliste Jean Quatremer. Les politiciens et fonctionnaires décrits participeront à des dîners privés et à la chasse avec des personnes du monde des affaires. Ces réunions ne sont pas inscrites sur une liste qui vise à assurer la transparence du fonctionnement de l’agence.

Des politiciens du camp au pouvoir, dont le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro, se sont exprimés sur la question. Il a écrit à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au sujet des articles du quotidien français Libération.

Donald Tusk : Pseudoafera

Donald Tusk, président du Parti populaire européen et président du Conseil européen de 2014 à 2019, a fait référence aux commentaires et à la lettre de Ziobro.

– Pas de corruption ou d’allégations de corruption. Il y a eu un article d’un journaliste sur les personnes dont les auteurs de l’infraction ont été entendus, interrogés et une personne a été punie – a déclaré Tusk dans un communiqué cité par tvn24.pl.

Selon lui, « tout le monde montré dans ce quasi-scandale a expliqué toute la situation ouvertement aux organes de l’UE ».

– Tout le monde ne devrait pas aimer le fait que quelqu’un dîne avec quelqu’un, mais personne n’enfreint ou n’enfreint la loi, confirme l’auteur de l’article lui-même. Interrogé directement sur la corruption ou le crime, il a répondu qu’il ne s’agissait pas de cela, mais que les droits de douane ne sont pas comme ça, a-t-il souligné.

Plus de nouvelles de la Pologne et du monde peuvent être trouvées sur la page d’accueil Gazeta.pl

cas « très grave »

Libération a également révélé que la Commission européenne et les autorités de plusieurs pays ont fait pression sur l’Office européen de lutte antifraude pour qu’il n’enquête pas sur l’affaire. Des militants du PPE ont récemment occupé des postes importants dans ce bureau.

Le rédacteur en chef de Libération a qualifié l’affaire de « très grave » et a déclaré que le Parti populaire européen avait construit un « Etat dans l’Etat » dans l’Union européenne. Selon le quotidien, le gouvernement parisien est « gêné » par le scandale qui pourrait avoir un impact négatif sur la présidence française du Conseil de l’Union européenne, qui débute le mois prochain.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.