Une quatrième vague de coronavirus pourrait frapper la France d’ici la fin du mois

« En moins d’une semaine, l’épidémie a repris sa place. La mutation delta, qui est très contagieuse et très préoccupante, se développe très rapidement », a déclaré Attal à France Inter.

« Cela double presque chaque semaine, nous avons aujourd’hui 30% d’infections delta en plus et il est de plus en plus évident que cette situation est le premier signe d’une reprise épidémique », a ajouté Attal.

Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait un risque d’une quatrième vague de l’épidémie d’ici la fin du mois, comme l’a prévenu dimanche le ministre français de la Santé Olivier Véran, Attal a déclaré que c’était possible. Cependant, la surpopulation redoutée des hôpitaux pourrait être évitée par une vaccination adéquate de la population, a déclaré le porte-parole.

« Nous avons assisté à une épidémie très rapide au Royaume-Uni après le premier signal d’avertissement et nous pouvons maintenant voir ce signal également dans notre pays », a déclaré un porte-parole d’Attal.

« L’exemple britannique montre qu’une quatrième vague pourrait arriver fin juillet. Nous pouvons l’atténuer et réduire son impact sur la santé : avec la distance, les vaccinations, les tests/précaution/protection », a écrit Veran sur Twitter.

Le 29 juin, l’Institut Pasteur a mis en garde contre une éventuelle prochaine vague. Pourtant, le centre de recherche de Paris estime que si la France ne renonce pas aux vaccinations, elle ne les recevra qu’à l’automne.

En France, environ 67 millions, 34,5 millions de personnes ont reçu au moins une dose du vaccin à ce jour. Cela représente environ 51,2 pour cent de la population. Plus de 36% de la population bénéficie des deux avantages, a indiqué l’AFP, citant des statistiques officielles.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.