Selon le gouverneur de Téhéran, les manifestations contre la mort d’une femme en garde à vue ont provoqué des émeutes | Nouvelles

Des manifestations à Téhéran contre la police, sous la garde de laquelle une Iranienne arrêtée par la police morale a été tuée, ont été planifiées et organisées dans le but de provoquer des troubles dans la capitale. C’est ce qu’a déclaré aujourd’hui le gouverneur de Téhéran en réponse aux manifestations qui se propagent dans tout le pays suite à la mort de Mahsa Aminiya. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a réagi aujourd’hui, selon lequel les allégations selon lesquelles la femme aurait été soumise à des mauvais traitements devraient faire l’objet d’une enquête.

Un législateur iranien a également critiqué la police pour ses actions et plusieurs politiciens français ont exprimé leur soutien aux femmes iraniennes.

Aminí a été arrêtée il y a une semaine à Téhéran pour avoir enfreint les règles du port du hijab – le foulard qu’une femme dans la société musulmane est censée porter pour couvrir ses cheveux, son cou et ses seins. Il s’est effondré en garde à vue et est décédé plus tard, selon la police. La police a déclaré qu’il s’agissait d’une crise cardiaque, mais la famille a déclaré qu’Aminí n’avait aucun problème médical.

Une tempête de haine et de protestations a éclaté dans le pays, au cours de laquelle trois personnes sont mortes, selon Reuters. Le plus important s’est produit dans le nord, dans une zone peuplée de Kurdes iraniens, d’où est originaire Aminíová. Selon un groupe kurde, trois personnes ont été tuées lors des manifestations de lundi, ce qui n’a pas pu être vérifié de manière indépendante.

Le gouverneur de Téhéran, Mohsen Mansouri, a tweeté à propos des manifestations à Téhéran qu' »un grand rassemblement dans la ville avait été organisé et prémédité pour provoquer des troubles ». « Brûler des drapeaux, renverser de l’essence dans la rue, jeter des pierres, attaquer la police, brûler des motos et des poubelles, vandaliser des installations publiques – ce n’est pas le travail de gens ordinaires », a-t-il écrit. Dans la province de Gilan, la police a arrêté 22 personnes.

Les États-Unis ont demandé lundi que le coupable soit retrouvé car Aminíova « a subi des blessures en garde à vue ». Son arrestation et ses « violences meurtrières » ont également été condamnées par la France.

Actuellement, certains politiciens français soutiennent les femmes iraniennes. La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, a écrit sur Twitter que « Mahsa Aminí a 22 ans et veut juste vivre librement ». « En Iran, le mot courage est féminin. Il appartient à toutes les femmes qui se sont soulevées au nom de leur liberté. Leur combat est aussi le nôtre », lit-on dans le tweet.

La Haut-Commissaire par intérim des Nations Unies aux droits de l’homme, Nada Nashif de Jordanie (Al-Nashif), s’est dite préoccupée par le cas d’Aminiya. « Sa mort tragique et ses allégations de torture et de mauvais traitements doivent faire l’objet d’une enquête rapide, indépendante et appropriée par des autorités indépendantes, en veillant tout particulièrement à ce que la famille connaisse la vérité », a déclaré le Haut-Commissaire.

Le législateur iranien Jalal Rashidi Kouchi a critiqué la police morale parce qu’il pensait qu’elle était inutile et ne faisait que nuire au pays. « Le problème, c’est qu’on ne veut pas voir la vérité. Est-ce que les gens qui sont amenés pour des entretiens (par la police) changeront quand ils sortiront ? » dit Kuci.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.