Macron gifle la foule en France : deux interpellations. VIDÉOS

Deux personnes, soupçonnées d’être proches des gilets jaunes, ont été interpellées après que le chef de l’Etat a été agressé alors qu’il saluait plusieurs habitants rassemblés à Tain-l’Hermitage. L’homme qui l’a frappé a poussé le cri de guerre des Capétiens et « est tombé avec le macronisme »

Deux personnes ont été arrêtées à Tain-l’Hermitage dans la Drôme, dans le sud-est de la France, après que le président Emmanuel Macron a été giflé alors qu’il saluait la foule. La scène a été tournée et la vidéo postée par plusieurs personnes présentes à réseau social. « Ça va, il faut relativiser cet incident que je considère comme un fait isolé – commente Macron au journal local, Le Dauphiné Libéré – Ne laissez pas des faits isolés, ou des individus ultra-violents, car il y en a toujours même dans les manifestations, le maîtriser. débat public, ils ne le méritent pas ».

L’agresseur crie la devise nostalgique du roi

approfondissement



Gifles, confettis et chaussures : quand les politiciens sont pris pour cible

D’après ce que l’on peut voir sur l’image, Macron, qui visitait Tain-l’Hermitage et venait de sortir du lycée hôtelier, s’est éloigné de la foule retenue derrière la barrière et s’apprêtait à rentrer dans la voiture qui l’attendait. Voyant des gens l’interpeller, il s’approche de la barrière et la première personne qu’il croise le saisit par le bras et le gifle en criant le cri de guerre des Capétiens – disciples d’Ugo Capeto, la troisième dynastie des rois de France – « Montjoie ! Saint-Denis ! » et « à bas la Macronie », accompagné de macronisme, un slogan largement répandu dans les manifestations de protestation. Il a été immédiatement arrêté et détenu – avec une deuxième personne proche de lui – par des agents de la sécurité présidentielle. Les images photographient ensuite le président s’approchant de la foule pour continuer à parler aux personnes présentes.

Ceux qui se feront prendre seront proches du gilet jaune

Les deux interpellés avaient tous les deux 29 ans et, selon des « sources bien informées » citées par Le Figaro, tous deux seraient intéressés par le milieu des « gilets jaunes ». Ils étaient originaires du village voisin de Saint-Vallier et n’étaient pas censurés. La personne qui a donné la gifle était un expert des arts martiaux, en particulier du kendo, et des anciens arts martiaux européens. Les deux auraient participé à des manifestations illégales contre Macron, qui ont eu lieu peu avant l’arrivée du président dans la ville voisine de Valence, aux côtés d’agriculteurs, de gilets jaunes et de militants de gauche. Les manifestants ont été repoussés par la police et renvoyés à Tain-l’Hermitage, où ils se sont produits peu après l’attaque.

Date de la dernière modification

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.