L’Ukraine se dirige vers l’UE, mais qu’en est-il de nous ? Les pays des Balkans ne cachent pas leur frustration face au sommet

À Bruxelles, selon les mots du Premier ministre tchèque Petr Fiala, l’histoire a « écrit » lorsque les dirigeants des États membres ont officiellement invité l’Ukraine belligérante à l’Union européenne. L’Ukraine, ainsi que la Moldavie, ont acquis le statut d’Etat candidat et peuvent donc entamer les négociations d’adhésion.

Formellement, le même processus les attend que les Tchèques ont connu à la fin des années 1990. La République tchèque a soumis une demande à Union européenne en 1996, deux ans plus tard, il a commencé à négocier les conditions d’entrée et six ans plus tard, il est devenu membre.

Cependant, dans la pratique, un voyage ukrainien dans l’UE ne ressemblera pas beaucoup à un voyage en République tchèque. Dans le cas de l’Ukraine, l’invitation a été étendue à la nation appauvrie de 44 millions d’habitants, qui est actuellement en guerre. C’est une situation inédite pour l’UE, elle n’a jamais tenté d’intégrer un pays qui lutte pour sa survie.

Lorsque Moldavie à son tour, cela conduit à un État unifié qui n’a aucun contrôle sur son territoire. Sur environ 12 % du territoire de la Moldavie, les séparatistes pro-soviétiques se sont déclarés la République de Transnistrie en 1991, et leurs représentants ont demandé à rejoindre la Russie cette année.

Les dirigeants de l’UE ont jusqu’à présent largement changé cela dans leurs commentaires, en se concentrant sur la géopolitique. « Surtout, Vladimir Poutine ne nous a pas empêchés de répondre positivement à la demande de l’Ukraine (concernant l’octroi du statut de candidat, note rouge.) », a-t-il déclaré cette semaine dans une interview avec Hospodářské noviny La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Selon les estimations des institutions financières internationales, la seule reconstruction d’après-guerre de l’Ukraine, si les combats cessent cette année, nécessiterait un billion de dollars (en termes de 23,5 billions de couronnes). Et l’Europe n’a pas cet argent.

Frustration des Balkans

L’octroi du statut de candidat ne garantit pas nécessairement quoi que ce soit. Les États membres de l’UE doivent accepter le début des négociations d’adhésion, et le consentement de chacun est requis. Ainsi, n’importe quel État peut bloquer la voie de l’Ukraine vers les syndicats. Le président français Emmanuel Macron estime que la durée des préparatifs de l’Ukraine pour l’adhésion « pourrait être de plusieurs décennies », même s’il y a toujours un gouvernement pro-européen à Kiev et que rien n’est bloqué chez lui.

Les difficultés de l’élargissement de l’UE sont bien illustrées par l’histoire des six pays des Balkans occidentaux. Il s’agit de la Serbie, du Monténégro, de la Macédoine du Nord, de l’Albanie, de la Bosnie-Herzégovine et du Kosovo. Tous étaient déjà en route vers le syndicat, chacun à un stade différent, mais aucun n’a obtenu le statut de candidat trois mois après avoir postulé en tant qu’Ukrainien.

Lors d’une réunion d’hommes politiques des Balkans occidentaux avec des dirigeants européens à Bruxelles jeudi, la question a fait l’objet d’heures de débats tendus, les représentants des Balkans laissant libre cours à leur frustration. L’Union européenne appelle les pays des Balkans à résoudre leurs problèmes communs et la région à avancer ensemble vers Bruxelles. En pratique, cependant, cette approche signifie que si quelqu’un a un problème, plus ou moins tout le monde doit payer pour cela.

En particulier, la Macédoine du Nord a adhéré à l’UE il y a dix-huit ans et n’a pas encore entamé de négociations. Son chemin a été bloqué par la Bulgarie, membre d’un syndicat, en raison de problèmes d’identité. La Bulgarie a longtemps exigé que la Macédoine dans sa constitution reconnaisse ses racines bulgares de Macédoine et protège de manière adéquate la minorité bulgare du pays. La Macédoine a rejeté les conditions de la Bulgarie et le parlement de Sofia a opposé son veto à la demande de la Macédoine d’ouvrir des pourparlers d’adhésion.

« En route vers l’UE, nous rencontrerons un Bulgare ici, un autre là-bas, un troisième ailleurs. Encore un », a déclaré jeudi à Bruxelles le Premier ministre albanais Edi Rama.

Puzzle bulgare entre les mains des Tchèques

Vendredi, le parlement bulgare a retiré son veto sous la pression de la France. C’est donc maintenant à la Macédoine du Nord d’accepter ou non l’offre française.

Le casse-tête sera repris par les Tchèques, qui dirigeront l’union à partir de juillet. « Il ne fait aucun doute que la tâche de la présidence tchèque est de modérer les discussions futures.

« On nous a demandé de tenir un sommet informel de l’UE avec les Balkans occidentaux. Sans aucun doute, un tel sommet serait approprié pour Prague et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour y arriver », a-t-il ajouté.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.