Lorsqu’un chef d’État tombe malade : Quelle maladie afflige Masaryk, Beneš ou Hácha ?

La maladie du président (contrairement aux gens ordinaires) a un impact sur la vie de toute la société et peut affecter fondamentalement son développement ultérieur. Parmi les personnes qui se tiennent à la tête de la Tchécoslovaquie, probablement toutes sauf une sont malades Antonin Novotn, qui a joui d’une bonne santé pendant son mandat. Ce n’est donc pas un hasard si depuis le début de la république, d’éventuels casse-têtes d’État ont également été envisagés par sa constitution.

Le premier, approuvé par l’Assemblée nationale le 29 février 1920, dans le chapitre consacré au président de la république, aborde également la possibilité que le chef de l’État soit si mal pendant un certain temps qu’il ne puisse remplir ses obligations. . Il l’a manipulé à 60 ans, ce qui disait que « Si le président est occupé ou malade et ne peut donc pas exercer sa fonction, alors la mise en œuvre de ses fonctions appartient au gouvernement qui peut confier des tâches individuelles au président. » Ceci s’applique en cas d’instabilité à court terme du Président de la République.

Toutefois, s’il est empêché d’exercer ses fonctions pour cause de maladie ou pour d’autres motifs pendant une période supérieure à six mois, l’Assemblée nationale peut, sur la base d’une résolution du gouvernement, élire un « vice-président » qui exercera ses fonctions » jusqu’à ce que cet obstacle soit franchi. » Fait intéressant, la première constitution communiste de la Tchécoslovaquie du 9 mai 1948 a également introduit la même institution.

Malgré mes palpitations

Les dispositions de la première constitution tchécoslovaque, qui définissait la position du président, concernaient principalement Tomáš Garrigue Masaryk, qui a occupé ce poste jusqu’en 1935. Il l’a assumé comme parent à l’âge de 68 ans, et la vieillesse a progressivement entraîné des complications de santé. Au début de 1921, il tomba malade d’une grippe septique, accompagnée d’une inflammation du péricarde et d’une inflammation des veines des deux jambes. Pendant ces trois mois d’indifférence, le bureau de presse tchécoslovaque a publié à plusieurs reprises des rapports détaillés sur l’état du président. Son état s’est ensuite amélioré au point que l’homme d’État récupéré est resté un symbole de santé et de vitalité pour les Tchécoslovaques pendant de nombreuses années.

Masaryk a été victime d’une maladie mortelle à l’été 1934. C’était un accident vasculaire cérébral, les attaques se sont répétées et l’état du patient s’est détérioré. Le médecin du Président qui était présent, le Pr. Sac Le 28 août, il écrit : « Lors de la visite d’aujourd’hui, j’ai malheureusement constaté que le trouble cérébral avait de nouveau augmenté depuis vendredi, un peu dans la jambe droite, mais certainement dans la parole. La composante expressive du discours a beaucoup souffert et Monsieur le Président a non seulement des difficultés à retenir les mots, mais n’est pas dans un état de discours cohérent. L’aphasie (perte de la parole) est incomplète, il est donc parfois possible de prononcer des phrases cohérentes, parfois mieux en anglais qu’en tchèque, mais c’est le plus important dans la conversation. Il comprend ce qui se dit… »

Malgré ces problèmes de santé, Masaryk occupe la présidence jusqu’au 14 décembre 1935. Auparavant, sa démission n’avait pas eu lieu parce qu’il avait tenté de se faire remplacer au château par le ministre Edvard Beneš. Ce n’est que lorsqu’un soutien suffisant pour son élection a été obtenu au parlement que Masaryk a démissionné. Début septembre 1937, il subit un autre accident vasculaire cérébral et son état continue de se détériorer. Bien que les médecins aient fait de leur mieux pour l’aider, leurs efforts ont été vains : le premier président de la République tchécoslovaque est décédé le 14 septembre 1937 à l’âge de 87 ans.

Convulsions et vertiges

Dès le début de la Tchécoslovaquie, Masaryk s’est vu dans le rôle de son successeur au bureau du président Edouard Béné, mais tous les politiciens nationaux ne sont pas aussi fascinés que lui par Beneš. En particulier, les représentants des partis de droite le rejettent, et ce n’est qu’à la fin de 1935 qu’il parvient à obtenir un soutien suffisant pour son élection, grâce, entre autres, aux votes des communistes et du peuple slovaque. . L’ancien ministre des Affaires étrangères se caractérisait par un travail acharné extraordinaire, un engagement personnel, de l’ambition et aussi de l’économie dans la vie de tous les jours. De plus, à l’extérieur, il ressemble à une personne dotée d’une santé solide – mais en réalité, il ne l’est pas.

La santé de Beneš a été particulièrement affectée par le stress incessant de son travail. Il a été examiné par une commission médicale en 1930, qui a diagnostiqué la maladie de Ménière et a conclu qu’il avait subi un accident vasculaire cérébral en 1926.qu’il a quitté « trouble neurologique mineur facturable ». Les experts affirment que « De toute évidence, il y a des changements dans le cerveau avec cette maladie. Ils se caractérisent par des nausées, de la fatigue, de l’hypoxie (dose réduite d’oxygène aux tissus). Dans les formes avancées de changements organiques, il y a beaucoup d’inconscience, surtout pendant le sommeil, lorsque le sang la circulation est réduite.

Cette condition a été pleinement réalisée pour Bene dans les années suivantes, pleines de situations de crise. Il n’est pas surprenant qu’après avoir quitté son poste à l’automne 1938, il se soit retrouvé vraiment au plus bas. Il a lui-même écrit qu’il est actuellement « mentalement presque fatigué et physiquement très fatigué ». Néanmoins, il a pu organiser des actions de résistance à l’étranger, qui se sont terminées avec succès grâce à son engagement. Bien sûr, le public n’a pas été informé des problèmes de santé du ministre des Affaires étrangères puis du président de la République, car lui-même a tenté de garder le secret.

Président au lieu de prendre sa retraite

A la démission d’Edvard Bene le 5 octobre 1938, l’Assemblée nationale élit son successeur Émile Hacha, un avocat de 66 ans qui, depuis 1925, a été président de la Cour administrative suprême. Il n’était pas impliqué politiquement et la candidature à la présidence de la république paralysée l’embarrassait. Lorsque le parlement vota pour lui le 30 novembre 1938, il déclara son acceptation de la présidence : « Un gros sacrifice, mais je le ferai si nécessaire pour le bien de la nation et du pays. »

Hách a résolu son premier dilemme fondamental le 15 mars 1939 à Berlin, où Adolf Hitler l’a informé que le reste de la Bohême et de la Moravie serait occupé par les troupes allemandes.. Ensuite, il voulait qu’elle signe un mémorandum régissant le nouveau statut des terres tchèques au sein du Troisième Reich. L’ambassadeur de France à Berlin de l’époque écrit que dans ce chantage Le président Hácha – un homme âgé et déjà dans un état très dépressif – s’est évanoui et a perdu connaissance. Le kinésithérapeute Göring est intervenu et l’a réanimé par injection. À 5h30, Hácha – a été vaincu, n’est resté conscient que par injection et par la mort sur son langue – donner son consentement.

Le stress constant a un effet néfaste sur les présidents d’État. Personne ne savait qu’il avait une sclérose sévère, qui au fil du temps s’est manifestée en force. Sa santé s’est détériorée et, à l’automne 1943, les médecins ont été contraints de déclarer: « Récemment, Monsieur le Président a eu une situation qui a duré plusieurs minutes, où il a agi et parlé confus et n’a pas répondu aux appels et aux questions. En plus de ces conditions, la faiblesse de l’inculpabilité s’est développée, de sorte qu’il a demandé la même chose plusieurs fois. a complètement perdu tout intérêt pour les choses qui l’intéressaient auparavant.

CONSEIL : Mentir au nom du pays : pourquoi les présidents cachent-ils des informations sur leur santé ?

Dans les années qui ont suivi, cette condition a continué à s’aggraver, de sorte que lorsque la guerre a pris fin, Hácha en était complètement inconscient. Il se déplaçait comme un mort-vivant, un homme sans volonté, son esprit obscurci par un voile d’inconscience. Il se retrouve dans la prison de Ruzyne, où il attend son prochain destin. Il ne recouvra la raison qu’à la mort, qui heureusement le libéra de son lit le 1er juin 1945.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.