La sonde révèle des morceaux de glace dans des cratères sur Mars

Une météorite d’un diamètre compris entre 5 et 12 mètres a frappé la surface de la planète rouge la veille de Noël l’année dernière. Le corps n’a pas brûlé dans l’atmosphère mince, en raison de l’atmosphère plus mince, mais a plutôt créé un cratère d’environ 150 mètres de diamètre dans l’une des régions les plus plates de Mars.

Les images et les données sismiques montrent qu’il s’agit de l’un des plus grands cratères jamais enregistrés à s’être formés.

« Ce fut l’un des impacts les plus forts que nous ayons vus en 16 ans de mission », a déclaré Liliya Posiolova de Malin Space Science Systems, la société de technologie spatiale qui exploite la caméra sur Mars Reconnaissance Orbiter (MRO).

Seule la caméra sur la sonde MRO ils ont noté de gros morceaux de glace dans et autour du cratère résultant. La présence de glace à une si petite profondeur sous la surface a surpris les scientifiques, car la météorite a atterri relativement près de l’équateur de Mars, l’une des parties les plus chaudes de la planète.

« Nous voulons également envoyer des astronautes dans des endroits proches de l’équateur. Et avoir de la glace juste sous la surface est incroyable, car nous pouvons l’utiliser pour se transformer en eau, en oxygène ou en hydrogène », a déclaré ČTK, citant la directrice du département planétaire de la NASA, Lori Glaze.

Ingrid Daubar, scientifique planétaire de l’Université Brown, a ajouté que révéler la présence de glace à ces endroits aiderait également les scientifiques à comprendre comment l’eau était stockée sur Mars.

L’impact de la météorite a été capturé non seulement par les caméras de la sonde MRO, mais surtout par l’instrument sismologique de la sonde InSight, qui s’est posé sur Mars en novembre 2018 et a maintenant largement dépassé son âge estimé de deux ans.

InSight étudie la croûte, le manteau et le noyau d’une planète. Les ondes sismiques sont essentielles à la mission et ont révélé la taille, la profondeur et la composition des couches intérieures martiennes. Depuis son atterrissage, la sonde a enregistré 1 318 tremblements de terre.

en raison de la grande quantité de poussière sur les panneaux solaires, InSight ne génère qu’une fraction de l’électricité nécessaire pour faire fonctionner tous ses instruments. C’est pourquoi le spécialiste de l’exploration de la planète rouge de la NASA, Bruce Barnerdt, a parlé lors du briefing de jeudi de la chance d’attraper des impacts de météorites, car les sismographes de la sonde ne fonctionnent que tous les quatre jours pour économiser de l’énergie.

« Pouvoir voir cela en même temps qu’InSight collecte des données est un véritable cadeau scientifique », a déclaré Daubar.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *