La priorité de l’Iran est la levée des sanctions américaines

« Hcommence aujourd’hui un nouveau cycle de négociations. Des questions sur les garanties et la vérification de « la levée des sanctions américaines, si Washington revient sur le traité, sont « à l’ordre du jour », a déclaré le chef de la diplomatie iranienne, cité par l’agence de presse officielle IRNA.

La délégation a temporairement suspendu les négociations la semaine dernière, après plusieurs jours de discussions « dures et intenses », comme l’a dit Téhéran, ajoutant que des progrès techniques avaient été réalisés.

« Le plus important pour nous est de s’assurer que le pétrole iranien sera vendu facilement et sans restrictions, que l’argent pour ce pétrole sera transféré en devises étrangères sur des comptes bancaires iraniens et que nous pourrons bénéficier des revenus de l’État dans différents secteurs de l’économie. », a ajouté le ministre Hossein Amir-Abdollahian.

Des délégations d’Iran et des pays encore membres de l’accord de 2015 (Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne) se réuniront aujourd’hui, tandis que les États-Unis – qui ont abandonné le pacte en 2018 – participent indirectement aux discussions.

Signé à Vienne en 2015, l’accord nucléaire offrait à l’Iran une levée partielle des sanctions occidentales en échange d’une promesse de ne jamais acquérir d’armes atomiques et d’une réduction drastique de son programme nucléaire, qui est placé sous le contrôle strict de l’ONU.

Mais après le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord en 2018, une décision prise par le président de l’époque, Donald Trump, Téhéran a progressivement abandonné la plupart de ses engagements.

Les négociations de Vienne visent à la fois à réintégrer Washington dans l’accord et à faire en sorte que l’Iran honore ses engagements.

« Nous conseillons à tous les participants aux négociations de venir à Vienne avec le désir de parvenir à un bon accord », a déclaré aujourd’hui le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Said Khatibzadeh, soulignant que Téhéran ne voulait pas « perdre de temps et d’énergie ».

A lire aussi : Nucléaire : l’Union européenne veut accélérer les pourparlers qui reprennent lundi

Soyez toujours le premier à savoir.
Choix du consommateur pour la presse en ligne pendant cinq années consécutives.
Téléchargez notre application gratuite.


Télécharger Google Play

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.