La politique allemande a causé de gros dégâts en Europe, selon le Premier ministre polonais

« La position de l’Allemagne, surtout dans les premiers mois de la guerre, était très décevante. Dès le début, nous étions convaincus que l’Ukraine luttait non seulement pour sa survie, mais pour la liberté européenne. Si l’Ukraine tombe, ce n’est qu’une question de temps avant que Poutine ne frappe un autre pays », a répondu le Premier ministre polonais lorsqu’on lui a demandé s’il considérait l’Allemagne comme un obstacle dans le conflit russo-ukrainien.

Selon Morawiecki, la Pologne fournit des armes d’une valeur de plus de deux milliards de dollars. « L’hésitation et l’inaction de Berlin remettent sérieusement en question la valeur de l’alliance avec l’Allemagne. Et nous ne sommes pas les seuls à le dire. J’ai également entendu cela de plusieurs autres chefs de gouvernement en Europe », a-t-il ajouté.

La Pologne rejoint la Baltique. Pas d’entrée pour les touristes russes

Guerre en Ukraine

Lorsqu’on lui a rappelé que changer et s’écarter de la « vieille certitude politique » prend du temps, le Premier ministre polonais a répondu : « Il ne s’agit pas toujours du virage politique de Copernic, mais de décisions très simples. Je comprends que certaines choses prennent du temps, mais beaucoup les choses devraient être très faciles. Par exemple, en 2016, l’Union européenne a transféré des milliards en très peu de temps à la Turquie pour soutenir les réfugiés là-bas. Aujourd’hui, l’Ukraine défend nos valeurs, et l’argent arrive très lentement.

Interrogé par l’hebdomadaire sur l’impact de la crise ukrainienne sur le rôle de l’Allemagne en Europe, Morawiecki a répondu : « Il devient clair que la politique énergétique dont Berlin s’est toujours vanté s’est effondrée. Le départ du charbon et du nucléaire est trop tôt, nous pourrions même pas besoin de parler de la construction du gazoduc Nord. Les flux 1 et 2 et leur dépendance associée vis-à-vis de la Russie. Les politiques allemandes ont causé de grands dégâts en Europe.

Le Premier ministre polonais estime que les pays d’Europe de l’Est sont devenus importants. « Nos voix sont plus audibles. L’Allemagne a toujours été très indulgente et humiliante envers Moscou. Peut-être que beaucoup de gens en Allemagne ne savent pas que le commerce de l’Allemagne avec les pays du groupe de Visegrad, à savoir avec la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie et la Pologne, a un volume beaucoup plus élevé qu’avec la Chine, les États-Unis ou la France. Les Allemands devraient valoriser ces partenaires plutôt que de traiter la Pologne de manière paternaliste », a-t-il déclaré.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.