La France et la Norvège atteignent les demi-finales en tant que grands favoris

Écriture sportive, 15 décembre (EFE).- Les équipes de France et de Norvège ont scellé leur place en demi-finale de la Coupe du monde de handball féminin en Espagne mercredi, après avoir battu la Suède et la Russie lors de deux matches de quart de finale au cours desquels elles ont consolidé leur statut de favorites. pour remporter le titre.

Pour ce faire, l’équipe de France doit d’abord battre le Danemark qu’elle affrontera vendredi prochain en demi-finale, tandis que l’équipe norvégienne, dernière championne d’Europe, jouera une passe pour la grande finale avec l’hôte, l’Espagne.

Une demi-finale au cours de laquelle la France, qui a accédé aux médailles après avoir battu la Suède 31-26, tentera de souligner sa puissance défensive, comme elle l’a fait ce mercredi face aux Scandinaves.

Le mur qui a complètement noyé l’attaque de l’équipe suédoise en début de seconde période où l’équipe d’Olvier Kumbholz n’a concédé qu’un seul but d’un joueur scandinave en dix minutes.

Une leçon défensive globale, avec la sensationnelle Béatrice Edwige agissant à nouveau à la tête de la défense française, qui a pris le 17-17 qui figurait au tableau d’affichage deux minutes après la reprise pour effacer le 23-18 qui a mis la France au pied et au centre. en demi-finale.

Cette différence a contraint le sélectionneur suédois Tomas Axner à attaquer avec sept hommes, ce qui a donné un bon résultat à l’équipe scandinave lors de la deuxième phase contre la Norvège.

Mais pas avec une joueuse de plus, les Suédoises ont réussi à vaincre la défense de l’équipe de France, qui, après avoir éliminé la Suède de la finale des Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier, après avoir battu les femmes scandinaves 29-27, a été empêchée cette fois d’aller chez les Nordiques. . pour accéder à la lutte pour les médailles avec un 31-26 plus clair.

De même, la Norvège et la Russie se retrouvent quatre mois après s’être affrontées en demi-finale olympique, bien que contrairement à Tokyo, où l’équipe de Thorir Hergeirsson s’est inclinée 27-26, cette fois les Nordiques l’emportent 34-28.

Et cette équipe russe n’est pas la même que des médailles suspendues dans la capitale japonaise sans la présence de ses deux principales stars, l’aile Anna Vyakhireva et la milieu de terrain Daria Dmitrieva, qui ont décidé de mettre un terme à leur carrière professionnelle après la promesse des JO.

A l’opposé de la Norvège qui présente les meilleures versions de ses personnages principaux, comme le centre Stine Oftedal, qui dispense de véritables leçons sur la façon d’aider ses coéquipiers ; l’aile Nora Mork, meilleure buteuse du match avec neuf buts, et pivot, qui n’a raté aucun des cinq tirs qu’elle a tentés.

Un argument dans lequel l’équipe russe n’a pas pu faire grand-chose, qui a vu comment à la quatorzième minute l’équipe norvégienne avait un total de quatre buts (10-6) qui est passé à six buts (16-10) avant la fin de la première mi-temps. .

La large marge signifiait que le centre de Liudmila Bodnieva était futile, ce qui, bien qu’il n’ait mené que deux buts (21-19) au début de la seconde mi-temps, n’a jamais donné l’impression de pouvoir éviter la victoire de la Norvège comme en témoigne le score final de 34. -28.

Javier Villanueva

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.