La France enquête sur Babi pour acheter une villa. Tout s’est passé conformément à la loi, affirme le politicien

Le Tribunal d’enquête criminelle français (PNF) a ouvert une enquête préliminaire sur des allégations de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale en lien avec l’achat d’un bien immobilier par l’ancien Premier ministre tchèque Andrej Babi en France, a rapporté Le Monde. Selon des journalistes, le PNF enquête sur les conditions d’acquisition de la villa de Mougins dans le sud de la France et a ouvert une enquête en février.

Les médias français ont commencé à enquêter sur les actifs de Babi l’automne dernier après la fuite de documents classifiés, appelés les Pandora Papers. À cette époque, les journalistes ont découvert que de nombreux chefs d’État et de gouvernement cachaient leurs avoirs derrière des sociétés cachées dans des paradis fiscaux. Selon un nouvel article du Monde, à cause des Pandora Papers, Babi a échoué aux élections législatives de l’année dernière et a perdu le poste de Premier ministre.

Le PNF a confié l’enquête à l’Office central pour l’éradication de la corruption et des abus financiers et fiscaux (OCLCIFF), écrit Le Monde. Le bureau enquête sur les conditions dans lesquelles Babi a acquis un grand domaine à Mougins (dans les Alpes-Maritimes), plus à l’intérieur des terres de la ville de Cannes.

Même maintenant, Babi a nié avoir participé à l’évasion fiscale. « Je ne peux que répéter une fois de plus que tous les achats immobiliers se déroulent conformément à la loi. Je ne connais pas les détails, je n’ai eu des informations que par les médias », a-t-il déclaré vendredi.

Selon Le Monde, en septembre 2009, Pigs a effectué des achats via une chaîne de sociétés offshore. Deux propriétés, dont une villa de luxe sur un terrain de trois acres, ont été achetées par une société basée à Monaco, selon la lettre. Il appartient à une société offshore des États-Unis. Cette propriété coûte 14 millions d’euros (340,8 millions de couronnes).

Le contrat d’achat, consulté par Le Monde, précise que ce montant est « payé en liquide », ce qui peut aussi être compris comme un virement normal. Cependant, des documents des Pandora Papers indiquent que la société American Pig a utilisé un prêt de 15 millions d’euros auprès d’une société offshore enregistrée aux îles Vierges britanniques pour financer l’achat de la maison de Mougins. Cependant, les documents officiels français ne mentionnent pas ces prêts, précise le journal.

Selon Le Monde, les enquêteurs devraient tenter de comprendre le but de cet accord et découvrir pourquoi Babi est propriétaire de sociétés de crédit et de structures qui empruntent de l’argent. L’enquête sera compliquée car les événements décrits datent de plusieurs années et peuvent être limités dans le temps.

« L’utilisation des sociétés étrangères dans les paradis fiscaux et les prêts secrets peuvent représenter des cas de blanchiment d’argent pour dissimuler leurs origines, qui restent inconnues jusqu’à présent », écrit Le Monde.

L’affaire est également traitée par le Centre national tchèque contre le crime organisé (NCOZ), Télévision tchèque mais en février, il a déclaré qu’il n’avait trouvé aucune infraction pénale dans les actions de Babi. « En ce qui concerne votre question, je ne peux que me référer à notre déclaration aux médias de février 2022 selon laquelle, sur la base de l’enquête menée, les policiers du NCOZ ont conclu que les actions de l’ancien Premier ministre de la République tchèque ne peuvent être considérées comme des soupçons de commettant un crime commis sur le territoire de la République tchèque. , lorsque nous avons transmis les informations que nous avons trouvées aux autorités policières d’autres États membres de l’UE », a déclaré Jaroslav Ibehej, porte-parole du siège, maintenant. Le chef du NCOZ, Jiří Mazánek, avait informé Aktuálně.cz en juin que son unité avait transmis le dossier à la France.

Selon le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), Pig a envoyé environ 380 millions de couronnes via sa société offshore pour acheter un bien immobilier sur la Côte d’Azur. Dans les documents liés à l’affaire, selon le site Investiace.cz, il n’a pas mentionné qu’il détenait des actions dans des sociétés étrangères. L’ancien Premier ministre a précédemment nié avoir fait quoi que ce soit d’illégal dans le cadre de l’affaire. Il a affirmé qu’il avait consenti il ​​y a des années des prêts qui étaient correctement imposés et qu’il avait suivi les conseils du courtier lors de ses achats.

« Cet agenda judiciaire n’empêche pas l’ancien Premier ministre et actuel député de s’aventurer dans le pays et de faire campagne pour l’élection présidentielle de 2023, même s’il n’a pas annoncé officiellement sa candidature. La tournée a été marquée par des manifestations et des tensions entre opposants et supporters », a rapporté le contexte français au journal Le Monde.

Le journal Le Monde fait partie de la société mère Le Nouveau Monde (LNM), dans laquelle l’homme d’affaires tchèque Daniel Křetínský détient une participation de 49 %.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.