« L’homme britannique » a été honoré par la reine d’Angleterre et le président de la France. Les staliniens l’ont torturé

Il a donné une formation spéciale aux parachutistes, puis il a lui-même combattu à Dunkerque. Le maréchal Montgomery lui a décerné la British Military Cross pour sa bravoure, mais les communistes tchécoslovaques l’ont rapidement «récompensé» par la relégation et l’emprisonnement. Le podcast Sur la route retrace l’histoire unique de la vie du général de division Anton Petrák.

Prison de Mírov, juin 1950. Anton Petrák, un ancien soldat tchécoslovaque qui a suivi une formation spéciale de parachutisme pendant la guerre, est emmené derrière la clôture pour travailler sur le terrain avec un groupe de détenus. Le groupe de cinq prisonniers était gardé par quatre gardes armés, mais à un moment donné, Petrák, âgé de quarante-huit ans, a tenté de s’échapper.

Il a sauté dans les buissons et a couru à travers la forêt. Les gardes lui ont tiré dessus avec des mitrailleuses, des balles traversant son corps. Finalement, ils l’ont rattrapé et il a senti le canon d’un pistolet contre son dos. Son corps entraîné à la guerre, affaibli par un an d’emprisonnement et de famine, ne pouvait pas durer longtemps. Ils l’ont emmené au « château », au bureau du chef, et l’ont torturé pendant longtemps.

Le général de division Anton Petrák était surnommé le « Britannique ». Il appelle aussi ses mémoires de cette façon. C’est ces jours-là que ses proches ont allumé des bougies sur sa tombe pour commémorer le prochain anniversaire de sa mort.

Vous pouvez écouter un podcast dédié à Anton Petrák ici :

Il est né en 1912 à Vienne, où il a également connu la fin de la monarchie, mais sa vie a été liée à la Tchécoslovaquie. Il a grandi à Bratislava, a étudié à l’académie militaire de Hranice en Moravie, puis est retourné en Slovaquie en tant que lieutenant. Après la déclaration de l’État slovaque, il parvient à s’échapper par la route dite du sud (Budapest – Belgrade – Beyrouth) vers la France, où il rejoint les unités étrangères formant la Tchécoslovaquie.

Lorsque le pays du Coq gaulois fut occupé par les Allemands, il se rendit en Angleterre avec d’autres soldats tchécoslovaques, où il travailla comme officier de liaison pour la batterie de canons.

Au tournant des mois de juillet et août 1942, il suit un entraînement spécial au combat en Écosse puis un stage de para-entraînement. Des instructeurs écossais et anglais le voulaient en raison de ses connaissances, de ses compétences linguistiques, de sa forme physique et de ses qualités morales, et Petrák a ensuite travaillé dans une ferme clandestine en tant que formateur et traducteur. Il a également participé à la formation spéciale des parachutistes tchécoslovaques.

Après le débarquement des forces alliées en Normandie, il combat au sein de la 1ère brigade blindée séparée et participe aux combats du port de Dunkerque. Le ranch qu’il a réussi à libérer s’appelait désormais Petrak. Le maréchal Montgomery lui a décerné la British Military Cross pour bravoure.

Après la guerre, il épousa une fille qu’il avait connue avant l’occupation, et ils eurent une fille, Jitka. Il a complété d’autres études militaires et est devenu chef d’état-major de la brigade de chars. Cependant, en tant que membre de la résistance occidentale, après 1948, il fut renvoyé de l’armée, rétrogradé et interné dans un camp de travaux forcés à la prison de Mírov. Après avoir été condamné dans un simulacre de procès politique, il a été emprisonné à Ruzyna Prague.

Il n’a été complètement réhabilité qu’en 1990. De la reine Elizabeth II. il a reçu l’Ordre de l’Empire britannique et la Légion d’honneur des mains du président français Jacques Chirac. Il est également titulaire de l’Ordre du Lion Blanc Tchèque, 1er degré.

Anton Petrák est décédé le 7 février 2009 à Ružomberok et est enterré à Bratislava. Lorsqu’on lui a demandé de dire ce qui lui avait donné espoir et force pendant l’ère communiste, il a répondu sans réfléchir : « J’ai été élevé comme un citoyen démocrate depuis l’enfance. Je crois que les horreurs prendront fin un jour. »

Bienvenue sur le podcast On the Road avec Miloš Doležal. A écouter sur la plateforme SoundCloud, Conférencier, Spotify, Podcast Apple et Podcasts Google.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.