Habillez le pont Charles de drapeaux de l’UE, conseils d’un expert bruxellois et évaluation de la présidence tchèque

Depuis plus d’un mois, les Tchèques sont à la tête des États de l’Union européenne. « Vous avez pris un départ difficile », a déclaré l’expert en politique européenne Steven Blockmans du groupe de réflexion CEPS à Bruxelles. La présidence tchèque met moins l’accent sur les questions climatiques. Selon lui, le gouvernement aurait dû mettre à profit six mois à la tête du syndicat pour rapprocher les questions européennes de l’opinion publique. Il ne doit pas non plus oublier l’Ukraine, a-t-il déclaré dans une interview pour Aktuálně.cz.

La présidence tchèque de l’UE est-elle plus difficile à cause de la guerre en Ukraine ?

Bien sûr. D’autres États présidentiels seront touchés. La France, qui avait pris les devants au premier semestre, subit le choc du début de la guerre. C’est maintenant à la République tchèque d’essayer de stabiliser le navire ensemble ou au moins de le diriger dans la même direction, ce qui sera plus difficile. L’unification initiale autour du drapeau européen, lorsque les États membres se sont rapidement prononcés sur des propositions de cinq paquets de sanctions économiques contre la Russie, a disparu. La Hongrie, en particulier, a presque publiquement condamné tous les syndicats après la réélection du parti du Premier ministre Viktor Orbán.

Quelle priorité la République tchèque s’est-elle fixée à la tête du syndicat ?

L’impact de la guerre de la Russie sur l’Ukraine est la priorité numéro un des Tchèques. On peut voir que la République tchèque est déterminée à résoudre les problèmes de sécurité, de défense et de sécurité économique à court terme de l’Europe. D’autre part, les Tchèques ignorent ce qui est évident pour les Européens, en particulier dans la vague de chaleur actuelle qui a touché la majeure partie du continent. Les priorités à long terme sur le changement climatique n’existent pas.

Devrions-nous donc nous concentrer davantage sur des objectifs à long terme ?

Non, je n’ai pas dit ça. J’essaie juste d’expliquer qu’une partie de la présidence tchèque est plus une réaction aux événements en cours qu’une approche active des choses.

Pour le public tchèque, selon des recherches récentes, la sécurité de l’approvisionnement énergétique est la plus importante des cinq priorités présidentielles. Jusqu’à 80 % de la population souhaite que le gouvernement surmonte l’impact de la crise énergétique au niveau européen. Seul un tiers à se concentrer sur la reconstruction de l’Ukraine. Que pensez-vous devrait venir en premier?

Il est compréhensible que chaque pays ait l’obligation de protéger la santé et la sécurité de ses citoyens avant tout. Cependant, la différence entre les Européens qui craignent le froid et les Ukrainiens qui risquent d’être massacrés par le régime criminel est énorme. Moralement, j’ai tendance à soutenir les Ukrainiens, d’ailleurs en aidant nos voisins, on s’aide aussi. Les deux domaines sont connectés. Le gouvernement devrait poursuivre davantage les objectifs inscrits dans les priorités de la présidence tchèque. Servi dans le bon ordre.

Quelle est la réputation du Premier ministre Petr Fiala de l’ODS dans les institutions européennes ? Et en quoi est-il différent de son prédécesseur Andrej Babi d’ANO ?

Fiala est très célèbre, tout le monde fait attention à son parcours académique. Il préconise une position plus objective et une politique fondée sur des preuves. Cela diverge clairement de Babi, qui est accusé d’avoir détourné des fonds européens pour la propriété d’Agrofert. L’arrivée de Fial est une bouffée d’air frais après le solide héritage des droits de l’homme de l’ancien président Václav Havel. En raison également de l’expérience tchèque des régimes communistes totalitaires, la priorité de la présidence est entre de bonnes mains.

Le slogan présidentiel tchèque est L’Europe comme un devoir, inspiré de l’essai de Havel. Le nom de Havel est-il toujours d’actualité parmi les politiciens européens ? Ne serait-il pas préférable d’enchaîner avec un autre leader ?

Havel était un grand nom de l’Union, il est encore aujourd’hui une figure pour de nombreux politiciens et citoyens. Il vaut mieux s’en tenir aux grandes autorités, même si elles nous ont quittés.

Diriez-vous que le nouveau gouvernement est fidèle à l’héritage de Havel dans sa mission européenne ?

C’est encore trop tôt, seulement un mois s’est écoulé. Les Tchèques n’ont pas montré ce dont ils étaient capables. Il est clair qu’il faut s’occuper de l’Ukraine. Mais elle ne doit pas sacrifier les relations avec, par exemple, les pays des Balkans occidentaux. Il doit également s’occuper de l’établissement de la sécurité européenne et du renforcement de l’armée de l’UE. Il en va de même pour la sécurité énergétique et, bien sûr, l’approvisionnement en gaz, en particulier pour l’hiver. La Commission a proposé une réduction volontaire de la consommation de gaz de 15 % jusqu’à l’hiver prochain pour créer des réserves, ce que les États membres ont rapidement accepté.

La perspective d’une interruption totale de l’approvisionnement en provenance de Russie devient de plus en plus probable. La réduction de consommation proposée est-elle suffisante ?

Ce n’est pas. La proposition de la Commission européenne elle-même est faible.

Il est trop tôt pour porter un jugement, mais le premier mois peut-il montrer comment vont les Tchèques ?

C’était un début plutôt chancelant. Peut-être à cause des préparations tardives pour la présidence. Bien sûr, cela reflète aussi le rapport à la guerre et l’héritage de la présidence française, que les Tchèques ont suivi.

Quelles complications ont-ils pris de la France ?

La France tente de débloquer le veto de la Bulgarie dans les négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’Union européenne. Le Parlement nord-macédonien a donné son accord pour régler le différend avec la Bulgarie après les pressions de plusieurs dirigeants européens. La France a entamé la phase initiale, la présidence tchèque a l’opportunité de mieux réglementer les procédures.

Autre exemple, l’idée du président Emmanuel Macron de créer une communauté politique européenne sans consulter les autres pays ni proposer sa forme. La France a lancé l’idée en plénière et l’a soumise à la présidence tchèque. Essayer de donner corps à tout ne sera pas facile.

Certains experts tchèques objectent que les Tchèques ne font pas un bon travail de communication avec leurs citoyens. Les pays qui font partie de l’Union européenne devraient-ils veiller à ce que leurs citoyens aient une attitude positive à l’égard de l’Union ?

Les gouvernements devraient au moins éduquer leurs citoyens sur l’Union européenne, et la Présidence offre une excellente occasion de le faire. Elle peut utiliser toutes sortes de symboliques, par exemple recouvrir le pont Charles d’un drapeau européen, quand la France projette les couleurs du drapeau de l’UE sur la Tour Eiffel. Mais pour un pays traditionnellement eurosceptique, il est encore plus important d’éduquer les gens d’une manière factuelle.

La politique européenne n’a jamais été une première pour les électeurs tchèques. La participation aux élections au Parlement européen ne dépasse jamais 30 %. Peut-il être changé ?

Il en était de même en France, jusqu’à ce que Macron fasse de son parcours européen un moteur essentiel de la politique intérieure et européenne. Il a été démontré plus d’une fois qu’il peut l’emporter avec un vote gagnant. Dans ce cas, les politiciens tchèques peuvent prendre l’exemple de Macron.

Vidéo : Les prix du gaz en bourse sont créés artificiellement dans l’intérêt de la Russie, selon l’expert Ludvík (4 août 2022)

C’est l’une des petites entreprises contrôlées par la Russie. Lorsque l’offre de gaz est apparue, il a commencé à enchérir de manière terrible, raconte Vratislav Ludvík. | Vidéo : Daniela Písařovicová

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.