De la France à Naples pour la transplantation rénale : interventions de pointe dans la polyclinique Federico II

appelé « appareil de perfusion« Et c’est une machine qui permet la perfusion continue d’organes, la dernière, par ordre chronologique, parmi les acquisitions technologiques de Polyclinique Federico II de Naples. En plus d’avoir alloué 10 millions d’euros pour l’achat de technologie dans les services de santé, grâce aux dotations régionales, la direction générale de la Polyclinique Frederick continue également de relancer les activités de transplantation rénale. Dans ce sens, l’achat et l’utilisation des appareils de perfusion sont orientés, ce qui permet de conserver les organes en attente de transplantation et aussi d’évaluer leur fonction. Grâce à cette technologie, ces derniers jours à la polyclinique Federico II de Naples, une greffe de rein a été réalisée – pour la première fois dans le sud de l’Italie – une greffe de rein prise la veille et conservée grâce à une machine de perfusion froide continue, tandis que attendre le retour du receveur et préparer la greffe.

Le don a été reçu par une jeune femme de Campanie qui s’est temporairement installée en France pour des raisons professionnelles. Catja (un nom inventé pour protéger sa vie privée) est maintenant résignée à l’idée de devoir suivre une dialyse pour le reste de ses jours, pour elle un donneur de rein et une greffe ultérieure signifient pouvoir revivre.

« En citant le titre du célèbre film, nous pouvons dire que le Centre de transplantation » commence à partir de trois « – souligne le professeur Roberto Ivan Troisi, responsable du programme de transplantation Federico II de Naples – je fais référence au contrôle de la qualité des greffes par l’évaluation peropératoire du flux anastomotique des organes, à la perfusion machine pour étendre l’utilisation des organes actuellement disponibles en Campanie et, à tout le moins, à «offrir un approche robotique des donneurs de rein vivants ». Exactement par rapport à une greffe de rein vivant, grâce à la détermination du directeur général Anna Iervolino, la polyclinique Federico II a fait d’importants progrès ces dernières années. En effet, les programmes de greffe ont révolutionné, améliorant non seulement la logistique et l’organisation des affaires mais aussi facilités grâce à l’intégration de compétences pluridisciplinaires, pierre angulaire des programmes de greffe de haut niveau. En seulement 10 mois, 33 greffes ont été réalisées, dont 5 provenant de donneurs vivants, faisant de la polyclinique Federico II de Naples un centre de référence régional doté de la plus grande profondeur technologique et professionnelle. Avec l’utilisation de la machine à perfusion, le nombre d’organes plus adaptés à la transplantation est supérieur à celui actuellement offert dans la région. « Notre direction générale – conclut Troisi – nous a permis de surmonter de nombreux obstacles auparavant insurmontables, augmentant considérablement notre capacité à fournir un excellent service et à attirer également des patients d’autres régions, et cela également lors d’une pandémie d’urgence. « . Dans le cas d’une greffe de rein entre êtres vivants, les coûts sociaux, les dommages et la souffrance de la dialyse sont considérablement réduits, permettant au receveur d’avoir un organe qui assure un meilleur fonctionnement, à court et à long terme. De plus, le risque pour les donneurs est minime. En fait, grâce également à une surveillance continue et à une plus grande attention au mode de vie, les donneurs vivants de rein ont une survie à long terme égale ou supérieure à celle de la population générale.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.