Comment persuader les pays de réformer l’UE ? La clé est l’élargissement – EURACTIV.cz

Les capitales offrent un aperçu unique des événements des pays européens.


Comment persuader les pays de réformer l’UE ? Les extensions sont la clé. Les trois membres fondateurs – la France, l’Italie et l’Allemagne – ont appelé à des réformes de l’UE. Cependant, ils ont été opposés par un groupe de 13 États qui se sont opposés à cette décision. L’atout majeur des négociations du premier camp pourrait être la question de l’élargissement de l’UE, tant attendue par les opposants à la réforme.

Parmi les partisans de l’élargissement figurent les Tchèques, qui sont également signataires des appels contre les réformes de l’UE. Cependant, cela adoucit également la rhétorique. « Nous ne sommes pas contre le dialogue sur l’ouverture du traité, mais nous ne le considérons pas comme le seul possible », a-t-il déclaré. EURACTIV.cz Ministre des Affaires européennes Mikuláš Bek.

D’autres signataires de la lettre commune contre les réformes de l’UE ont également assoupli leur position. Par exemple, le ministère roumain des Affaires étrangères a déclaré que les pays n’excluaient pas les réformes institutionnelles là où elles étaient nécessaires, mais souhaitaient éviter de lancer le processus sans une analyse approfondie.

La Pologne, en revanche, est fermement opposée à tout changement. « Nous ne pouvons pas accepter cette proposition car cela signifierait la dictature des pays les plus forts de l’UE sur les petits pays », a déclaré la semaine dernière le vice-Premier ministre polonais Jacek Sasin.

Expansion comme un joker

Les réformes de l’UE nécessitent l’approbation unanime des 27 États membres. Frank Schimmelfennig, président du Centre for European Policy de l’ETA de Zurich, soutient donc que des réformes fondamentales sont plutôt improbables.

Cependant, les pays qui poussent aux réformes détiennent un atout sous la forme d’un éventuel accord sur l’élargissement de l’UE à de nouveaux membres. Berlin et Madrid ont clairement indiqué que si l’UE doit se développer, des réformes seront nécessaires, y compris la fin des vetos dans les décisions de politique étrangère de l’UE.

« Cela pourrait être un levier. En même temps, les pays qui sont relativement sceptiques quant à l’élimination de l’unanimité, en particulier en Europe de l’Est, ont un fort intérêt à l’expansion. Là, vous pouvez imaginer des compromis », a déclaré Schimmelfenning. (Oliver Noyan EURACTIV.de, Réseau EURACTIV .)


Vienne

Nehammer a continué à diriger les conservateurs autrichiens. Le chancelier autrichien Karl Nehammer a reçu le soutien unanime de la direction du vice-président et continuera donc d’être le chef du parti.

« 100 % ! Merci VP ! Nehammer a déclaré après l’élection présidentielle de samedi.

Nahammer a reçu un soutien clair malgré le fait qu’elle n’a pas bien réussi dans les sondages et que son gouvernement a été critiqué pour la confusion. (Nikolaus J. Kumayer, Laura Sac à main EURACTIV.de)


LA HAYE

Les Pays-Bas ont publié leur rapport final sur les sanctions de la Russie. Les Pays-Bas ont confisqué un total de 24 navires, un avion aux oligarques russes, et les autorités locales ont réussi à geler des avoirs russes d’une valeur de 425,2 millions d’euros. Cela découle d’un rapport récemment publié sur la mise en œuvre des sanctions anti-russes. (Sophie Stuart Leeson | EURACTIV.com)


ROME

La police italienne a déjoué une attaque de pirate informatique contre l’Eurovision. Les autorités italiennes ont empêché une cyberattaque du groupe de hackers pro-russe Killnet and Legion, qui visait le concours Eurovision de la chanson. La finale a lieu à Turin ce week-end.

Outre la musique, la politique joue également un rôle majeur cette année. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, via une publication vidéo, a demandé aux gens de voter pour le groupe ukrainien Kalush Orchestra. C’est sa participation qui a suscité l’intérêt des hackers pro-russes qui ont attaqué l’infrastructure numérique de la compétition principalement par des attaques DDoS. Cependant, ils ont échoué dans leurs tentatives. (Marguerite Montanari | EURACTIV.it)


MADRID

L’Espagne veut accorder aux femmes un « congé menstruel ». L’Espagne pourrait être le premier pays européen à introduire des vacances pour les femmes souffrant de douleurs menstruelles. Le gouvernement pourrait trouver un accord sur la nouvelle loi dans les prochains jours, donc seule l’approbation parlementaire suffirait.

« Nous reconnaissons légalement le droit des femmes souffrant de périodes douloureuses à une invalidité temporaire spéciale que l’État doit payer dès le premier jour », a déclaré sur Twitter la ministre espagnole de l’Égalité, Irene Monter, du parti de gauche Unidas Podemos. (Ferdinand Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)


Vous pouvez trouver d’autres sections d’actualités de toute l’Europe sur nous Site partenaire EURACTIV.com.


Vous souhaitez recevoir Les Capitals régulièrement dans votre boîte mail ? Client.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.