« Nous sommes à court d’idées »

Ce n’est pas une saison facile pour Marc Marquez. Malgré avoir surmonté plusieurs épisodes de diplopie (double vision) dus à une chute, le coureur de Cervera a tenté de donner sa meilleure version, mais sa performance était loin d’être la première sur la grille.

« Je savais déjà que j’aurais des problèmes ici au Mans. J’ai fini sixième, mais sans crash Suzuki il se classerait neuvième, loin derrière les leaders. Quand je me suis réveillé ce matin, je ne me sentais pas bien. Je suis malade, j’ai un rhume, mais ça ne changera pas grand-chose, je ne cherche pas d’excuses », a expliqué le Catalan en conférence de presse.

Pour qu’il finisse 15 secondes des « trop ​​nombreuses » têtes de course. « J’ai été le premier à dire qu’on avait besoin de quelque chose. Il y avait une équipe, une moto, un ingénieur… et dans la boîte on a manqué d’idées. Il fallait que les matériaux arrivent et que la moto se développe », a-t-il dit. De plus, il avoue qu’il essaie constamment d’améliorer son style de pilotage, tout comme Honda, à savoir « essayer de trouver une solution ».

tu Marquez pas fini de trouver une bonne « sensation » avec elle Fronde. Aujourd’hui, avant la course, il a essayé de démarrer et a failli tomber. Quelques mètres plus tard, sa moto a commencé à trembler et, bien qu’il ait pu contrôler les zigzags de la moto, il a mis sa main sur son épaule droite et a fait un petit échauffement, indiquant qu’il était toujours épuisé physiquement.

« Nous devons comprendre beaucoup de choses sur la moto et mon style de pilotage, car maintenant je ne roule pas comme j’aime. Nous devons faire un pas en avant, mais je dois aussi parce que je ne roule pas bien », a commenté huitième champion du monde moto, insatisfait des résultats GP de France en raison de la stratégie marquée « risquer au premier tour » et rester en tête.

« Notre heure viendra sûrement », a-t-il déclaré avec optimisme, après une course tendue au cours de laquelle Joan Mir, Lex Rins, Jorge Martín et Raúl Fernández se sont retrouvés au sol. Le meilleur coureur espagnol était Aleix Espargaró, qui a terminé troisième.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.