Babis fait l’objet d’une enquête des autorités françaises pour achats suspects de villas de luxe

« Je n’ai pas d’offshore comme vos amis. Et certains d’entre vous aussi. Vous gardez votre entreprise à l’étranger », par exemple, Babi a déclaré en mai 2015 devant des députés de l’opposition, alors qu’il était ministre des Finances. Cependant, c’est lui qui a acheté la villa de luxe dans le village français de Mougins par le biais d’une société offshore.

Les médias français ont commencé à enquêter sur les actifs de Babi l’automne dernier après la fuite de documents classifiés, appelés les Pandora Papers. À cette époque, les journalistes ont découvert que de nombreux chefs d’État et de gouvernement cachaient leurs actifs derrière des sociétés cachées dans des paradis fiscaux.

« J’ai déclaré à plusieurs reprises que la transaction avait eu lieu selon les recommandations d’avocats et d’agents immobiliers et que j’avais envoyé mon argent depuis la République tchèque, donc je ne sais pas exactement ce qui devrait faire l’objet d’une enquête », a déclaré Andrej Babi. journalistes aujourd’hui. Lorsqu’on lui a demandé si quelqu’un de France l’avait contacté à propos de l’affaire, il a répondu: « Eh bien, je l’ai appris par les médias, donc je ne sais pas. Je n’ai aucune information. »

Selon les conclusions des journalistes, la justice française a ouvert une enquête en février. Il l’a confiée à l’Office central pour l’éradication de la corruption et des infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Le bureau enquête sur les conditions dans lesquelles Babi a acquis un luxueux domaine avec de vastes terrains à Mougins dans les Alpes-Maritimes.

« Tous les achats immobiliers en France sont effectués conformément à la loi », a répondu Babi au rapport. « Je ne connais pas les détails de l’enquête », a-t-il ajouté. L’ancien Premier ministre a précédemment nié avoir fait quoi que ce soit d’illégal dans le cadre de cette affaire. Il a affirmé qu’il avait fait des prêts il y a des années qui étaient correctement imposés et qu’il avait suivi les conseils du courtier lors de ses achats.

Le système, lancé par l’ancien premier ministre en 2009, selon Le Monde très complexe. Deux des logements du complexe ont été achetés par une société monégasque détenue par une structure offshore aux Etats-Unis. L’événement a coûté 14 millions d’euros (340,8 millions de couronnes), qui ont été payés en espèces.

Cependant, des documents des Pandora Papers montrent que la société américaine Pig a utilisé un prêt de 15 millions d’euros auprès d’une société offshore enregistrée aux îles Vierges britanniques pour financer l’achat. Il n’y a aucune trace de prêt dans les documents officiels français, ajoute le journal.

Selon Le Monde, les enquêteurs devraient tenter de comprendre le but de cet accord et découvrir pourquoi Babi est propriétaire de sociétés de crédit et de structures qui empruntent de l’argent. L’enquête sera compliquée car les événements décrits datent de plusieurs années et peuvent être limités dans le temps.

En 2015, Babi lui-même a publié une photo de lui nageant dans un bateau gonflable dans un étang près de son château. La villa de luxe de deux étages Château Bigaud aurait cinq chambres. Dans la chambre principale, il y a deux dressings et deux salles de bains. Il y a une table de billard, une salle de cinéma, un sauna et une cave à vin.

En plus de la piscine, le complexe comprend également une maison de gardien et une autre villa de trois chambres connue sous le nom de Casa Bigaud, également avec sa propre piscine.

Selon Le Monde, à cause des Pandora Papers, Babi a échoué aux élections législatives de l’année dernière et a perdu le poste de Premier ministre.

Cependant, les enjeux autour d’une autre affaire autour de l’antre de l’api ne l’empêchent pas pour l’instant d’explorer la République tchèque et de faire campagne avant la prochaine élection présidentielle, bien qu’il ne soit pas encore candidat officiel, la France est également attentive.

En République tchèque, Miroslav Kalousek, politicien à la retraite du TOP 09, a été parmi les premiers à réagir à la nouvelle. « Cible ! Campagne !! Les fascistes et les nazis eux-mêmes sont déjà en guerre contre Andrej Babi en France », a-t-il écrit sur Twitter.

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.