Avortement, désormais l’objection est la norme : il faut faire respecter la loi

Il faut vivre jusqu’à la lointaine fin des années soixante-dix pour comprendre à quel point les batailles politiques et culturelles ont été difficiles à introduire droit à l’avortement (1978, juste un an après que la loi française porte le nom de Simone Veil). Proposer un balsamo socialiste, soutenir toute la gauche, avec un rôle très actif des radicaux et en particulier de Emma Bonino, qui a conduit à un acte sensationnel de provocation publique (il a fait l’objet d’une enquête en 1975 pour association de malfaiteurs et avortement, mais n’a pas été jugé car la Chambre ne l’a pas autorisé à procéder).

Mais il faut se rappeler que les années soixante-dix étaient une – inoubliable – dans laquelle d’une part de nombreux nouveaux ont été introduits droits civiques (divorce et avortement d’abord), d’autre part de nombreuses normes honteuses ont été abrogées telles que le « divorce à l’italienne » et le « mariage armé ».

La forte résistance au changement du parti le plus fort (DC, avec le plein soutien, pour ne pas dire les encouragements, du Vatican) explique pourquoi les partisans de la loi introduisant l’avortement ont dû accepter – pour atteindre la ligne d’arrivée – qu’il était prévu que les gynécologues probablement augmenter le soi-disant « objection de conscience », prédit dans une note claire par l’article 9 de la loi 194 (une pratique introduite pour la première fois, et avec un certain succès, en référence au service militaire). Et la plus grande honte est que beaucoup de ces « opposants » (dans les hôpitaux) pratiquent – et réalisent – des avortements régulièrement dans clinique privée, à un rythme si élevé qu’il mérite le surnom de « cuillère d’or ».

Comme il ressort des recherches de Chiara Lalli, professeur d’histoire de la médecine et directeur de l’Association Luca Coscioni, en Italie au moins il y a 22 hôpitaux dans laquelle au moins une catégorie parmi les gynécologues, les anesthésistes, les infirmières et les OSS sont des objecteurs de conscience. De telles objections sont ainsi devenues une pratique courante dans les hôpitaux italiens, incitant de nombreuses femmes à se rendre dans d’autres pays pour se faire avorter et obligeant les femmes à se faire avorter. gynécologue il n’y a aucune objection à avoir un avortement en particulier, renonçant au rôle beaucoup plus heureux de porter de nouveaux enfants. En particulier, 70,7 % des gynécologues ont refusé, mais aussi 48,4 % des anesthésistes et 45,8 % du personnel non médical (à titre de comparaison, au Royaume-Uni 10 % ont refusé et en France 7 %).

Il y a un fait déroutant dans lequel les forces politiques réformistes devraient vraiment s’impliquer : en Italie, seules deux régions ont un pourcentage d’objections gynécologiques. moins de 50% du total : Sardaigne et Vallée d’Aoste. Malheureusement, les réformateurs de gauche italiens n’ont pas consacré beaucoup d’efforts pour remédier à cette situation gênant, qui même face à la tragédie de l’avortement permet aux riches de nier ce que les pauvres ont.

N’étant pas un expert en la matière, j’ai trouvé la solution très astucieuse (et pragmatique) adopté par le président de la région du Latium Zingaretti, qui a lancé un concours pour deux gynécologues pratiquant l’avortement à l’hôpital San Camillo de Rome, pour travailler dans une structure spécifiquement dédiée à troubles de la grossesse, où il serait très difficile, une fois embauché, de se considérer comme un opposant. C’est une solution que d’autres présidents de région doivent adapter pour faciliter l’application des lois de l’État dans les hôpitaux italiens.

Mais au-delà de cette solution partielle, les forces politiques progressistes devront affronter à nouveau la situation indécente créée en Italie sur des questions aussi sensibles et importantes que l’avortement et la guérison. la pleine application de la loi qui, en 1978, a amené l’Italie à prendre une position audacieuse sur cette question de première importance humaine et morale. Il est important, par exemple, d’entendre quelle est la position du M5S et de voir la position du Parti démocrate clairement réaffirmée en faveur des droits fondamentaux des femmes.

Et je pense que la proposition de Filomena Gallo, avocate et secrétaire de l’Association Luca Coscioni, de créer un commission d’enquête parlementaire pour clarifier les problèmes critiques dans le déploiement de 194 et vérifier toute interruption de la performance du service.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.