Analyste : La France traverse une crise de la quarantaine. Il veut utiliser le différend sous-marin pour lui-même

La décision de l’Australie d’annuler un contrat géant d’un milliard de dollars pour acheter des sous-marins français a provoqué une rupture diplomatique sans précédent. En revanche, Canberra a passé des accords militaires avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. Paris a réagi avec indignation, qualifiant le comportement des Alliés de coup de poignard dans le dos et parlant des conséquences à l’OTAN.

Selon l’analyste Petr Boháč de l’Association pour les affaires internationales (AMO), Paris cherche désormais à exploiter diplomatiquement le différend. « La France, en tant que puissance mondiale, traverse une crise de la quarantaine comme tous les autres pays postcoloniaux », a-t-il expliqué, ajoutant que son intérêt pour la politique internationale diminuait progressivement, comme en témoigne l’annulation des accords d’approvisionnement en sous-marins. Préoccupée par l’influence croissante de la Chine dans le Pacifique, l’Australie achètera ces navires à propulsion nucléaire avec une technologie fournie par les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Le président français Emmanuel Macron a fait pression pour que l’Europe soit plus autosuffisante en termes de sécurité. « La crise des sous-marins a renforcé la légitimité de sa volonté », a déclaré le politologue français Dominique Moisi au quotidien américain L’heure de New York. À son avis, cependant, la querelle diplomatique actuelle a révélé la solitude de Macron sur cette question. « Nous avions raison, mais nous étions seuls », a déclaré Moisi.

Au nom de Paris, l’Allemagne se range du côté des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Australie dans l’Union européenne, mais une réponse conjointe majeure de 27 pays n’a pas encore été apportée.

Selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, la crise diplomatique va affecter son fonctionnement OTAN et la prise de décision par les institutions européennes. La France a mentionné que le différend pourrait affecter la coopération commerciale Australie et l’UE, qui fait actuellement l’objet de négociations entre les deux parties. « La France et l’Europe veulent profiter du fait qu’elles doivent être militairement indépendantes. Je pense que Paris veut canaliser l’énergie du conflit dans ce sens », a déclaré Boháček.

Biden est le nouveau Trump

Bien que la France perde près de 900 milliards de couronnes de contrats pour les intérêts d’armement de Naval Group à cause de la décision de Canberry, selon les analystes Boháč, il essaie de faire de lui un leader européen en dénonçant les États-Unis. « Le problème avec l’Alliance de l’Atlantique Nord est la forte asymétrie. Une relation dans laquelle les États-Unis paient la plupart des coûts et ont la capacité la plus armée n’a pas fonctionné depuis longtemps », a-t-il déclaré.

Selon Boháč, la décision du nouveau président américain Joe Biden est également décevante pour les pays européens. Ils fondent leurs espoirs sur un successeur de Donald Trump, qui a ouvertement remis en cause l’OTAN. « La relance des relations transatlantiques ne se produit pas. Nous l’avons vu dans ce cas et avec le retrait des troupes d’Afghanistan », a déclaré Boháček, ajoutant que la coopération dans l’alliance était pratiquement la même que Trump et Biden, il ne faisait que changer de mots. .

Benjamin Haddad du groupe de réflexion Atlantic Council a déclaré à Reuters que l’Europe n’avait réalisé que récemment qu’une partie de la politique de Trump ne faisait pas exception. « Ils signalent un départ plus profond des États-Unis de l’Europe », a-t-il déclaré. Mercredi, pour la première fois depuis la rupture, Macron et Biden ont convoqué et organisé une réunion pour fin octobre. Le président français a également décidé le retour aux Etats-Unis de la mission de l’ambassadeur, qu’il a convoqué pour des consultations à Paris.

Réaction à l’influence chinoise

L’Australie a annoncé l’annulation d’un contrat de fourniture de sous-marins français à la suite d’accords de sécurité avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour assurer la paix et la stabilité dans le Pacifique. L’influence chinoise s’y développe peu à peu. « Pékin est le principal rival pour tout l’Occident, mais aussi pour le Japon ou la Corée du Sud », explique Petr Bohacek, pourquoi les pays ont accepté l’accord.

Chine il a libéré de plus en plus d’argent pour les armes et une influence politique et économique accrue, et une rupture diplomatique ouverte entre les Alliés, disent les observateurs, les a rendus heureux. « Les Chinois rient sans aucun doute du rivage. Ils sont heureux que les Européens disparaissent militairement du Pacifique », a déclaré à Reuters François Heisbourg de l’Institut international d’études stratégiques de Londres.

Une armée européenne commune en complément de l’OTAN : pour et contre

Vidéo de l’armée européenne : Tomáš Polák

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.