Réaction à la décision américaine sur l’avortement : horreur et approbation

La décision de la Cour suprême des États-Unis aujourd’hui d’abolir le droit à l’avortement était une erreur tragique et le résultat d’une idéologie extrémiste, selon le président Joe Biden. Le président l’a dit dans un discours de midi depuis la Maison Blanche. Elle s’est engagée à faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les droits des femmes dans les États les plus touchés par la décision. « Cette décision ramène vraiment l’Amérique 150 ans en arrière, je pense que c’est un triste jour pour ce pays », a déclaré Biden.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, s’est également prononcée contre la décision de la Cour suprême, affirmant qu’il s’agissait d’une « décision cruelle choquante et déchirante ». « Aujourd’hui, la Cour suprême contrôlée par les républicains remplit le sombre objectif du Parti républicain de refuser aux femmes le droit de prendre leurs propres décisions concernant leur santé et leurs enfants… Les femmes américaines d’aujourd’hui sont moins libres que leurs mères à cause de la domination républicaine. de la Cour suprême. Tribunaux », a déclaré Pelosi. Il a ajouté que les démocrates continueraient à faire pression pour que la décision de 1973 devienne loi.

La gouverneure de New York, Kathy Hochulová, a également critiqué la décision d’aujourd’hui. « Aujourd’hui, la Cour suprême restreint les droits de millions de femmes américaines sans égard à leur intérêt supérieur, et plus important encore, sans égard à leur vie. « L’avortement est un droit humain et continuera d’être disponible et légal à New York », a tweeté le gouverneur.

Les démocrates et l’ancien président Barack Obama ont accusé le tribunal d’attaquer les « libertés fondamentales de millions de femmes américaines ». « Le procès d’aujourd’hui a non seulement renversé près de 50 ans de précédent historique, mais il a également laissé l’un des problèmes les plus personnels à la disposition des politiciens et des idéologues », a déclaré Obama.

D’un autre côté, certains reconnaissent la décision du tribunal avec gratitude. L’ancien président Donald Trump a salué la décision du tribunal. « Cela va de pair avec la constitution et remet la loi à sa place pendant longtemps. Je pense que cela fonctionnera pour tout le monde à la fin », a-t-il déclaré. Interrogé dans une interview avec Fox News comment il voit son propre rôle dans A la décision, comme lui-même qui a nommé trois juges en chef à la Cour suprême, il a répondu : « Dieu décide ».

Le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a également salué la décision. « Des millions d’Américains ont passé un demi-siècle à prier, à marcher et à travailler pour la victoire historique d’aujourd’hui pour la justice et la vie des innocents. Je suis fier d’avoir été avec eux dans ce long voyage et de partager leur joie aujourd’hui », a déclaré McConnell.

Le gouverneur de la République de l’Iowa, Kim Reynolds, a déclaré qu’il « ne se reposera pas en tant que gouverneur tant que chaque Iowan à naître ne sera pas protégé et respecté ».

Johnson: C’est un pas en arrière

Selon le Premier ministre britannique Boris Johnson, la décision d’aujourd’hui de la Cour suprême des États-Unis, qui a aboli le droit à l’avortement, est un pas en arrière. « C’est une décision très importante (…) et c’est un grand pas en arrière », a déclaré Johnson, qui assiste actuellement à une réunion du Commonwealth au Rwanda. « J’ai toujours cru que chaque femme avait le droit de voter, et je le pense toujours. C’est aussi pourquoi le Royaume-Uni a les lois dont il dispose », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a qualifié la décision de justice de « terrible » et a déclaré qu’il ressentait profondément pour les femmes qui perdraient leur droit à l’avortement à cause de cela. « Aucun gouvernement, politicien ou homme ne devrait dicter à une femme ce qu’elle peut et ne peut pas faire de son corps. » il a écrit Trudeau sur Twitter.

« L’avortement est un droit fondamental de toutes les femmes. Nous devons le protéger. Je veux exprimer ma solidarité avec toutes les femmes dont les libertés ont été bafouées aujourd’hui par la Cour suprême des États-Unis », a déclaré le président français Emmanuel Macron à propos de la décision.

L’organisation de défense des droits humains Amnesty International a parlé dans un communiqué de presse d’une « étape sombre » dans l’histoire américaine. « Des millions de personnes qui pourraient tomber enceintes aux États-Unis sont désormais confrontées à un avenir dans lequel elles seront incapables de prendre des décisions personnelles qui affectent leur corps, leur avenir et les moyens de subsistance de leur famille. Cette décision s’applique à toute personne aux États-Unis, qu’elle puisse ou non venir dans un autre État. » il a déclaré Amnesty International.

En revanche, la décision a été saluée par l’Académie pontificale pour la vie du Vatican. Selon lui, la protection de la vie humaine ne peut se limiter à la seule protection des droits individuels, car il s’agit d’une question « d’intérêt social plus large ». Le chef de l’académie, Mgr Vincenzo Paglia, a déclaré que la décision était un motif de réflexion important pour la société occidentale.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.