Morawiecki : Nous coopérerons avec la France sur le nucléaire

Le Premier ministre Morawiecki, interrogé sur le thème des entretiens avec le président Emmanuel Macron mercredi à Paris, a répondu qu’il pointait du doigt un problème qui déstabilise l’Europe de l’Est et constitue une énigme (géopolitique) dangereuse.

Ce sont : la traite des êtres humains par Alyaksandr Lukashenka, qui amène des immigrants illégaux du Moyen-Orient en Biélorussie et essaie ensuite de les pousser à travers la frontière polonaise, renforçant la présence militaire de la Russie autour de l’Ukraine, ainsi que le déficit énergétique de l’Ukraine (gaz, pétrole et charbon) .

« Les autres points chauds sont la Moldavie et le récent chantage énergétique russe et la guerre de propagande de la Russie avec l’Occident, accompagnés de diverses cyberattaques secrètes », a déclaré le Premier ministre.

« Vous pouvez voir que Poutine essaie de mobiliser son opinion publique autour d’un ennemi extérieur et de reconstruire la Grande Russie aujourd’hui », a déclaré Morawiecki.

Le Premier ministre a informé que lors d’une rencontre avec le président Macron il n’avait pas évoqué la question du financement d’un mur à la frontière polono-biélorusse, car selon lui « aujourd’hui le principal défi est de développer une politique commune pour une Europe unie » dans le face au danger.

« Nous montrons que nous faisons notre travail, que nous défendons l’aile orientale de l’OTAN et de l’Union européenne. Je pense que ce sera juste un partage 50-50 dans le financement du mur entre la Pologne et l’UE. Nos frontières sont assez étroites et nous les resserrons encore plus. Nous avons montré à Loukachenka qu’il ne pourra pas faire chanter l’Europe », a déclaré le Premier ministre Morawiecki.

Interrogé sur la peine prononcée contre la Pologne par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le Premier ministre a répondu que la Pologne ne la paierait pas car « l’UE a outrepassé ses prérogatives ». par des États souverains. Pendant des décennies, cela était évident pour tout le monde, mais comme c’est souvent le cas, les institutions ont voulu augmenter leur pouvoir. Le PE, la CJUE et la Commission européenne veulent accroître leur pouvoir. C’est pourquoi ils disent qu’ils peuvent décider des choses qui ne sont pas dans l’accord », a-t-il expliqué.

Morawiecki a remercié les candidats à l’élection présidentielle en France qui ont exprimé leur solidarité avec la Pologne.

Le chef du gouvernement a souligné que l’art. 5 du traité de Lisbonne stipule que toute compétence non conférée à l’UE par traité relève de la compétence des États membres et aucun texte juridique, pas même un texte européen, ne peut être plus important que la constitution.

« De nombreuses cours constitutionnelles d’Etats membres, à commencer par l’Allemagne, sont du même avis », a conclu le Premier ministre, soulignant que la Commission européenne tente de faire chanter la Pologne et veut bloquer ses fonds européens.

« Nous ne céderons pas à ce chantage. La seule raison pour laquelle nous leur parlons encore est que nous voulons maintenir l’unité de l’UE, et aussi parce qu’un élément important de notre réforme judiciaire a été planifié par nous il y a un an. Et ce plan comprend le démantèlement de la chambre disciplinaire », a déclaré Morawiecki.

Le Premier ministre a assuré que la Pologne avait le soutien du groupe de Visegrad et que le soutien à sa position en Europe grandissait. « Nous sommes à un tournant de l’histoire de l’UE », a souligné le chef du gouvernement.

C’est aussi – selon lui – « l’esprit du référendum français et néerlandais ». La France et les Pays-Bas rejettent clairement le modèle européen fédéral. « Aujourd’hui, nous voyons des institutions prendre de facto de nouveaux pouvoirs sans changer l’accord. Nous ne sommes pas d’accord avec cela », a déclaré le Premier ministre.

Lorsqu’on lui a demandé s’il existait une politique hégémonique allemande en Europe, Morawiecki a noté que son ami Michel Barnier (ancien ministre français des Affaires étrangères et ancien membre de la Commission européenne) l’a dit récemment dans une interview au Financial Times.

Publicité

« Le gazoduc Nord Stream 2 est censé servir les objectifs de l’Allemagne, mais pour le moment c’est un outil entre les mains de Poutine pour faire chanter l’Europe et sortir l’Ukraine du système de canalisations », a souligné le Premier ministre.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi la Pologne n’était pas en mesure d’améliorer ses relations avec Moscou et s’il se sentait menacé par la Russie, Morawiecki a répondu qu’il souhaitait coopérer avec la Russie.

« La Russie est et restera notre voisin et nous voulons travailler avec eux. Mais nous ne voulons pas être pressés par eux, nous ne voulons pas être forcés par eux, nous ne voulons pas être conquis par eux, nous ne voulons pas leur faire pression. Nous voulons coopérer avec la Russie, qui n’est pas agressive, a assuré le Premier ministre.

Interrogé sur l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN, le Premier ministre a répondu que « l’Ukraine a de nombreuses autres étapes à franchir avant de rejoindre l’OTAN ou l’UE ».

« Je veux que l’Ukraine se concentre sur le développement et la prospérité, et je ne veux pas qu’elle entre en conflit avec la Russie. Je pense que la Russie devrait voir la Chine comme son défi le plus difficile pour les décennies à venir, voire un siècle. La Russie doit être avec nous dans ce défi et cesser de s’ingérer dans les affaires de ses voisins, a déclaré le Premier ministre.

Interrogé sur les contrats d’armement et la politique étrangère de la Pologne, qui – selon « Le Figaro » – se concentre davantage sur les relations avec les États-Unis, et non avec la France, le Premier ministre a déclaré que « la Pologne est aussi pro-européenne que pro -Américain. Nous voulons maintenir l’unité transatlantique. Nous aimons travailler avec les Américains, mais aussi avec les Français. Avec le président Macron, nous avons entamé une nouvelle ère de coopération mutuelle. Je peux vous dire aujourd’hui que nous allons travailler très étroitement avec la France sur la défense, ainsi que dans le secteur de l’énergie nucléaire, a conclu Mateusz Morawiecki.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.