Macron reçoit une nouvelle concurrence de l’extrême droite

Paris Fin septembre, Ric Zemmour se croyait l’équivalent du président de la République. Le commentateur et écrivain de télévision, qui feint la mission politique de sa vision du monde identitaire de droite, a répondu directement à Emmanuel Macron dans un message vidéo. Le président avait auparavant dénoncé le débat « tendu » sur l’identité nationale, le limitant aux prénoms d’enfants.

Zemmour se sent aimé. Dans son dernier livre, il réfléchit à l’attribution obligatoire des prénoms français : « Nommer son fils Mohammed, c’est coloniser la France. mettre fin à l’immigration et défendre la « civilisation française ».

Zemmour ne peut s’appuyer sur aucun appareil du parti. Malgré ses avertissements aigus sur l’infiltration étrangère, il n’avait aucun programme politique reconnaissable. Il n’a même pas annoncé sa candidature à l’élection présidentielle du printemps 2022. Pourtant, certains sondages le voient déjà comme un challenger de Macron au second tour des élections. Peut-il être dangereux pour le président ?

Au cours de ces semaines, Zemmour a fait une tournée en France pour promouvoir son nouveau livre. Ou est-ce un voyage de campagne? Il y a quelques jours, il se promenait dans les rues de la ville de Béziers, dans le sud de la France, entouré de gardes du corps et de caméras, posant avec des passants pour des photos de téléphone portable.

Le meilleur travail d’aujourd’hui

Trouvez les meilleurs emplois maintenant et
notifié par e-mail.

Le paysage de la presse française se penche actuellement sur une catégorie pour Zemmour. Parfois, il est qualifié d’« extrémiste de droite », puis à nouveau de « polémique ».

Eric Zemmour

Certains ont également qualifié la star de la télévision de 63 ans Eric Zemmour de « Donald Trump de la France ».

(Photo: AP)

« Donal Trump de France »

Certains ont également qualifié l’homme de 63 ans de « Donald Trump de France ». Des comparaisons avec les anciens présidents américains peuvent s’appliquer lorsqu’il s’agit de jouer avec les médias et de briser les tabous en luttant pour attirer l’attention.

Et comme Trump, Zemmour répond à l’islamophobie, à la peur de la migration et à la nostalgie omniprésente de leur ancienne taille. Mais en réalité, les deux hommes étaient très différents. Trump est un homme d’affaires qui ne semble jamais se soucier beaucoup des connaissances générales et du vocabulaire. Zemmour peut être décrit comme instruit, comme un intellectuel de droite.

Six mois avant le scrutin, malgré le battage médiatique autour de Zemmour, les sondages estiment que la réélection de Macron est l’option la plus probable. Selon un récent sondage de l’Institut Ifop pour le journal « Le Figaro » et la chaîne d’information LCI, Macron obtiendra 25 à 27% des voix au premier tour.

S’il devait affronter Zemmour ou la populiste d’extrême droite Marine Le Pen au second tour des élections, il gagnerait ce duel. Le deuxième vote est quelque chose comme le cercle de sécurité de la démocratie présidentielle française, jusqu’à présent il y a toujours eu une large majorité contre les candidats extrêmes.

Il y a encore des questions sans réponse sur le front des candidats – notamment la question de savoir qui défendra le camp d’extrême droite de l’ancien président français Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. Cette décision ne sera prise qu’en décembre.

Le président de la région Hauts-de-France dans le nord de la France, Xavier Bertrand, a actuellement une belle chance. L’ancien agent d’assurances s’est déguisé en homme de province chargé des affaires publiques en dehors de la capitale. Dans les sondages, Bertrand est à peu près à égalité avec Zemmour et Le Pen.

Xavier Bertrand

Le président de la région Hauts-de-France dans le nord de la France, Xavier Bertrand, a actuellement une belle chance.

(Photo : AFP/Getty Images)

« Cette incertitude est sans précédent », a déclaré le démographe de l’Ifop Frédéric Dabi en vue d’éventuelles constellations au second tour des élections. Cependant, il devient de plus en plus clair comment le système de coordonnées politiques dans le pays voisin s’est déplacé vers la droite. « Si vous prenez le total, les candidats des partis de gauche sont environ 25 pour cent. » C’est d’autant plus étonnant que 42 % des Français se qualifieraient d’« un peu à gauche » dans le sondage compte tenu de leur position politique.

La candidate socialiste Anne Hidalgo essaie d’être optimiste après la victoire du SPD aux élections fédérales : La victoire du parti frère de l’Allemagne montre qu’il ne faut pas se laisser décourager par les pronostics, estime la maire de Paris.

Même dans les moments les plus difficiles, cependant, le SPD ne sombre pas dans une seule pensée. Le sondeur voit actuellement Hidalgo à un bon cinq pour cent. Dans tous les cas, la concurrence pour Macron de la gauche du spectre au second tour des élections est hautement improbable.

Anne Hidalgo

La candidate socialiste Anne Hidalgo se veut optimiste après la victoire du SPD aux élections fédérales.

(Photo : Photo Photo/Le Pictorium)

Aux élections de 2017, Macron était le candidat de la gauche bourgeoise-libérale après que son prédécesseur socialiste François Hollande a décidé de ne pas briguer un second mandat à la lumière des sondages clandestins. Macron était ministre sous Hollande.

Plus tard, il fonde son propre parti, La République en marche : Libéraux de gauche, socialistes de droite, au Parlement européen dans un groupe parlementaire avec le FDP. Macron a remporté les élections en tant qu’outsider sur la promesse du renouveau. Il aura 44 ans en décembre, ce qui est encore très jeune pour un chef d’État. Mais l’aisance du début de son mandat était perdue.

Le tournant du mandat de Macron a été le mouvement des gilets jaunes, dont les protestations contre la hausse des prix de l’essence et du diesel sont devenues violentes au cours des mois d’hiver 2018 et 2019. Au cours des derniers mois d’été, une partie de la population était en colère contre les politiques de Macron Bahn sur les coronavirus. .

Certains week-ends, plus de 200 000 personnes à travers le pays sont descendues dans la rue pour manifester contre la soi-disant autorisation sanitaire et les restrictions connexes pour les personnes non vaccinées dans la vie quotidienne.

De nombreux électeurs protestent contre le changement

Pendant ce temps, le président semble avoir mécontenté les citoyens, tout comme nombre de ses prédécesseurs. En France, le Front national, rebaptisé depuis Rassemblement national, a traditionnellement puisé dans le réservoir des électeurs contestataires. Aux élections de 2017, Le Pen a réussi à se qualifier pour le second tour.

Marine Le Pen

Après sa défaite face à Macron, le chef du Rassemblement national a cherché à se faire une image plus modérée.

(Photo : images imago/IP3press)

Après sa défaite face à Macron, il a tenté de conserver une image plus modérée et, entre autres, a renoncé à sa position de vouloir sortir la France de l’UE et de l’euro. De nombreux électeurs protestataires, comme le montre le changement dans les sondages d’opinion, se sont maintenant tournés vers Zemmour.

Le fils d’immigrés juifs algériens est originaire de la banlieue parisienne et fréquente l’élite universitaire des sciences du Po dans la capitale. En revanche, il n’a pas réussi le concours d’entrée à l’ENA, le ticket pour une position très forte dans l’État et l’économie française. Au lieu de cela, il a travaillé comme journaliste, d’abord pour un quotidien, puis pour la télévision.

En tant qu’invité de talk-shows, il est en charge d’une position très provocante. Il publie son premier livre à succès en 2006, dans lequel il se plaint de « l’émasculation » de la société.

Ces dernières années, la chaîne d’information conservatrice de droite CNews lui a offert une plate-forme. Ses déclarations ont à plusieurs reprises préoccupé le tribunal. En 2018, par exemple, Zemmour a été condamné à une amende pour avoir parlé d’une « invasion » en vue d’une immigration en provenance des pays islamiques.

Le politologue Dominique Moïsi du think tank parisien Institut Montaigne soutient que le succès d’un homme politique comme Zemmour en République fédérale serait « inconcevable ». Même si en Allemagne, et particulièrement dans les États de l’Est, la tentation d’un discours national de droite existe – elle n’est pas exagérée par les médias sous cette forme.

La chaîne d’information BFM a récemment organisé un duel de candidats entre Zemmour et le populiste de gauche Jean-Luc Mélenchon, également candidat à la présidence. Avec l’émission, la chaîne de télévision a obtenu l’un des plus gros succès de classement de son histoire.

Encore: La fin de la fête populaire – L’Allemagne doit apprendre de ses voisins

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.