Macron abolit la prestigieuse école des fonctionnaires, symbole de l’élitisme français

« Ouvrir une prestigieuse école administrative pour les enfants de familles modestes afin qu’aucun enfant ne pense qu’elles ne sont pas pour lui. » Une telle tâche a été fixée par le Premier ministre français Emmanuel Macron lors de sa visite en février à Nantes, dans l’ouest de la France. Il mentionne que « l’ascenseur social » est pire dans ce pays qu’il ne l’était il y a 50 ans. C’est pourquoi il a décidé de supprimer l’école où il a étudié – l’École nationale d’administration publique (l’ENA).

La ministre Amélie de Montchalin prépare depuis plusieurs mois la réforme de l’école, visant à ouvrir des postes prestigieux aux enfants des classes sociales inférieures. A la place de la fameuse école des élites, une autre école sera créée, dont l’approche devra « déterminer moins d’origines sociales ». Les pays veulent accepter une plus grande variété de candidats universitaires qui poursuivront leurs études, de sorte qu’ils deviendront un jour ministres, ambassadeurs, préfets et autres hauts fonctionnaires.

La nouvelle école, baptisée Public Service Institute (ISP), devait intégrer les programmes de 13 autres écoles formant les futurs hauts fonctionnaires. Macron a annoncé sa décision jeudi soir lors d’une visioconférence de six cents responsables. Les FAI doivent être « plus proches, plus efficaces et plus transparents » de la France.

L’école, connue sous le nom d’ENA, a été fondée par le président Charles de Gaulle en 1945 pour former les hauts fonctionnaires français. Il sert également cet objectif – seulement quatre des six derniers chefs d’État, quatre, dont Macron.

Les deux derniers premiers ministres, douard Philippe et Jean Castex, diplômés d’universités prestigieuses, ont déménagé de Paris à Strasbourg au cours du nouveau millénaire. Outre l’élite française, il est également ouvert aux étudiants étrangers : parmi les diplômés figurent le président camerounais Paul Biya et l’ancien président égyptien Adli Mansour.

Diplômé célèbre

L’École nationale d’administration publique a réuni, entre autres, les présidents français Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, François Hollande et Emmanuel Macron. Outre les politiciens, il a également conduit à la direction de grandes entreprises publiques, telles qu’Air France, Gaz de France, Peugeot et d’autres. Le sénateur et candidat à la présidentielle Pavel Fischer a étudié ici.

Au fil des ans, cependant, l’école est devenue un symbole de l’élitisme français – on la soupçonnait de créer un réseau d’hommes puissants qui partageaient alors les postes les plus élevés du pays qui manquaient au Français moyen.

La condition d’admission à l’école est un baccalauréat d’une autre université, mais aussi une procédure d’admission très difficile se terminant par un examen oral de synthèse. Mais quiconque va à l’école est déjà pris en charge – l’État estime que les étudiants devraient avoir le temps d’étudier et ne pas travailler pour cela. Par conséquent, il leur a payé environ deux mille euros par mois (environ 52 mille couronnes) pour la durée de leurs études.

L’ancienne ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseua, désormais l’une des députés les plus influentes, est également la directrice de l’école. Lorsque le président Macron a évoqué pour la première fois la suppression des écoles – il y a deux ans en réponse aux demandes du mouvement des gilets jaunes – Loiseau s’est dit soulagé.

« Je sais que pendant les cinq années où j’ai essayé de le réformer, certaines choses ont fonctionné, j’en suis fier, mais il y a aussi des limites », a-t-il déclaré au journal. Parisiens montre un manque de diversité des élèves. Loiseau a cherché à réformer le processus d’admission et à ouvrir la gestion des écoles à plus de femmes. Cependant, elle avoue que lorsqu’elle a pris la direction de l’école – elle n’était pas diplômée, c’était une femme, de moins de 50 ans – elle se sentait comme une « gitane ».

En même temps, l’idée d’abolir l’ENA n’est pas nouvelle. Les alliés politiques de Macron, François Bayrou, et l’actuel ministre de l’Économie Bruno Le Maire se sont exprimés dans le passé. « L’un des principaux problèmes en France est celui que vous rencontrez au quotidien. C’est un écart complet entre les fondements de la société – travailleurs, retraités, chômeurs, jeunes, étudiants – et ce qui est considéré comme une élite », a déclaré Bayrou à France Inter.

Le président Macron a récemment été critiqué par la gauche française pour avoir tenté d’entraîner trop loin les électeurs dans l’Association nationale nationaliste Marine Le Pen et ses politiques. L’abolition des universités prestigieuses, en revanche, devrait être l’étape inverse, à savoir faire la paix avec la gauche, qui considère le président trop capitaliste et détaché des gens normaux. Les élections présidentielles, que les électeurs de gauche peuvent décider, auront lieu en mai.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.