L’art pour mettre fin aux tabous islamiques et à l’extrémisme dans les écoles | Culture et divertissement

Le gouvernement français et le Louvre se sont associés sur un projet d’une ampleur jamais vue en France : 18 expositions simultanées dans plusieurs villes pour discuter de l’un des sujets les plus controversés et sensibles du pays, l’islam et les tabous imposés par les extrémistes.

De ce vendredi au 27 mars, les musées, bibliothèques et autres centres culturels de villes comme Rouen, Mantes-la-Jolie, Limoges, Clermont-Ferrand, Dijon ou Marseille, entre autres, accueilleront des œuvres des musées nationaux et du Louvre, qui a un département spécial en art islamique depuis 2012.

L’écho de ce projet culturel sur fond politique coïncide avec deux des principales préoccupations du pays. D’une part, la forte centralisation, qui régit la vie administrative et culturelle autour de la capitale, est beaucoup plus forte que dans d’autres pays. A cette occasion, aucune des 18 expositions ne se tiendra à Paris.

D’un autre côté, la difficulté apparente de nombreux éducateurs à parler dans leurs classes des problèmes auxquels ils peuvent être confrontés avec les étudiants musulmans peut avoir été influencée par les secteurs les plus sombres de l’Islam.

Par exemple, le professeur Samuel Paty a été brutalement assassiné il y a un an à la porte de son institut après avoir montré une caricature de Mahomet en classe lors d’un cours d’éducation civique sur la liberté d’expression.

« Je suppose qu’il s’agit d’une exposition politique, s’il n’y a pas de contexte de tension sociétale actuelle, où le mot islam est présent dans la presse tous les jours, nous ne voudrions pas montrer la vraie réalité de cette civilisation », explique à EFE Yannick Lintz, chef du département des Arts de l’Islam au Louvre et coordinateur de l’exposition.

Au total, ce sont environ 200 œuvres exposées (plus d’une dizaine par exposition), dans des salles conçues comme des espaces d’échange et de réflexion entre les visiteurs, sachant que nombre d’entre elles peuvent être controversées.

Par exemple, des plats iraniens du Xe ou du XIe siècle représentant un couple enlacé, exposés à Mantes-la-Jolie, dont la célèbre église a longtemps abrité des tapis persans représentant la vie terrestre comme un jardin paradisiaque, aujourd’hui conservés au Louvre.

Les œuvres sélectionnées sont des trésors de diverses civilisations propagées par l’Islam au cours de treize siècles, et parlent d’une culture riche, créative et expansive, car leur influence a également marqué la création de l’art en Occident. Ils montrent également la diversité du monde arabe, sous l’influence des communautés juive et chrétienne.

« Ce sera intéressant de voir une réaction à une réalité qui peut être dérangeante. Si une réaction hostile est saine, cela signifie que les jeunes prennent le temps de regarder, et cela affecte leurs croyances », a déclaré Lintz, qui a déclaré qu’ils n’avait pas l’intention de « changer qui que ce soit ».

« Beaucoup de jeunes continueront d’être convaincus que l’islam a des interdits, que les femmes doivent se couvrir, même si ici nous montrons le contraire, il n’y a pas lieu d’être coupable, mais nous voulons donner un avertissement », a-t-il ajouté. .

PROJET POLITIQUE

Lintz, qui a été assisté dans chaque cas par le conservateur local de chaque musée, assure que le projet n’a aucune intention opportuniste et a été soutenu par les leaders de toutes les idéologies, même si l’organisation du projet a été critiquée par les membres. communication publique et médiatique.conservatrice.

Les mêmes secteurs où le gouvernement parle d’enseigner l’arabe dans les écoles pour éviter que la langue ne soit uniquement liée à la religion, ont critiqué le gouvernement pour avoir succombé aux tensions sociétales.

Consciente de la controverse, l’organisation a rappelé que le projet s’adressait à tous les publics, y compris les adultes, même si l’un des objectifs était que les groupes scolaires de la région puissent assister à l’une des foires et discuter de sujets que de nombreux enseignants n’oseraient pas aborder. parler par eux-mêmes. .

« Il y a une vraie difficulté à parler en classe. Beaucoup d’enseignants ont peur ou sont mal à l’aise à l’idée qu’il y ait un choc des cultures entre des élèves de confessions différentes », explique Lintz, qui espère que la valeur intellectuelle du projet aidera, au moins, pour soulager les tensions.

Maria D. Valderrama

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.