La France annonce des représailles post-Brexit pour la pêche ; Le Royaume-Uni considère que l’action est « disproportionnée » | Monde

  • Le manque de main-d’œuvre fait craindre des pénuries au Royaume-Uni
  • Les Britanniques risquent de manquer de dinde de Noël, avertissent les agriculteurs

A l’issue du Conseil des ministres de mercredi, le gouvernement français a décidé que s’il n’y avait pas de progrès d’ici début novembre, plusieurs mesures seraient mises en œuvre.

Le gouvernement français entend interdire le débarquement de produits marins britanniques en France et mettre en place « des contrôles douaniers et sanitaires systématiques sur les produits britanniques débarqués ».

Rappel en VIDEO sous les règles du Brexit, qui entrent en vigueur début 2021

Post-Brexit au Royaume-Uni : des règles en vigueur à partir du 1er janvier

Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a évoqué une réponse progressive, avec une possible « deuxième ligne de conduite », avec des actions « sur la fourniture d’électricité aux îles anglo-normandes ».

Le gouvernement britannique a par la suite qualifié les représailles françaises de « décevantes » et de « disproportionnées ».

Bataille commerciale après le Brexit

Le compte à rebours pour le Brexit, projeté sur la façade de la résidence officielle du Premier ministre britannique au 10 Downing Street, à Londres, arrive à 00h00 vendredi (31) — Photo : Reuters/Toby Melville

L’annonce intervient dans le contexte d’un conflit entre les deux pays sur le nombre de permis accordés aux pêcheurs français après le Brexit dans les îles anglo-normandes. La question de la pêche est l’une des frictions post-Brexit les plus fructueuses entre la France et le Royaume-Uni, même si elle implique un petit nombre d’acteurs.

« Les menaces de la France sont décevantes et disproportionnées et ne correspondent pas à ce que l’on attend d’alliés et de partenaires proches », a déclaré un porte-parole du gouvernement britannique, cité dans un tweet par le secrétaire au Brexit, David Frost.

Frost a dénoncé le manque de « communication officielle du gouvernement français à cet égard ».

En réaction à l’éventuelle action française, un porte-parole du Premier ministre britannique Boris Johnson avait précédemment indiqué qu’il n’y avait eu « aucun contact formel » avec le gouvernement français sur cette question.

« Il est important de souligner que 98% des permis de pêche sont accordés », a ajouté le Premier ministre.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.