En matière d’énergie nucléaire, les citoyens de l’UE sont divisés

L’enquête révèle les grandes différences entre les États membres de l’UE. Le scepticisme était fort en Allemagne et en Autriche. En France, en Espagne, au Portugal, au Danemark et en Belgique, selon les répondants, les effets positifs et négatifs sont presque égaux. Dans d’autres pays, les résultats sont positifs, notamment en République tchèque, où 79 % des personnes interrogées ont une attitude positive.

Les citoyens des pays de l’Union européenne n’ont pas une opinion claire sur l’énergie nucléaire. L’enquête Eurobaromètre de l’automne a montré que dans le cas des questions liées à la recherche nucléaire, le ratio de personnes ayant des opinions positives et négatives était équilibré et s’élevait à 46 %. Son impact a été clairement rejeté en Allemagne et un grand scepticisme en France. Dans la plupart des petits pays de l’UE, tous avec la République tchèque, la population a une vision très positive de la recherche nucléaire. L’agence autrichienne APA le démontre.

L’Autriche est depuis longtemps contre l’énergie nucléaire. Cependant, la Commission européenne (CE) a complètement changé et souhaite inclure le nucléaire et le gaz naturel sous certaines conditions sur la liste des investissements dits verts. lensk stty sedmadvactky viendra à la proposition le 12 janvier. Il chuterait si au moins 20 pays comptant au moins 65 % de la population de l’UE ou au moins 353 législateurs votaient contre. Selon l’agence, jusqu’à présent, cela semble peu probable.

Les questions sur l’évaluation de l’énergie nucléaire font partie d’une enquête sur les attitudes européennes envers la science et la technologie. Dans le sondage, 26 827 répondants ont répondu à la question. L’enquête portait sur la possibilité de production d’énergie. Les sources alternatives ont le plus grand soutien dans tous les pays de l’UE, avec 92% des personnes interrogées déclarant qu’elles auront un effet positif de l’énergie solaire dans les 20 ans et 87% s’attendant à un effet positif de l’énergie éolienne.

Dans le cas de l’énergie nucléaire, l’enquête ne donne pas une image claire. Selon 46 pour cent des personnes interrogées, la recherche nucléaire aura un effet globalement positif sur leur vie, ainsi que le rapport des effets négatifs aux effets négatifs. Il vous donne un pourcentage inégal d’effet de levier et cinq pour cent ne fonctionnent pas.

L’enquête révèle les grandes différences entre les États membres de l’UE. Le scepticisme était fort en Allemagne et en Autriche. Seuls 25 pour cent des personnes interrogées s’attendent à un impact positif de l’énergie nucléaire en Allemagne, contre 30 pour cent en Autriche. L’impact négatif est de 69 pour cent de Nmc et de 66 pour cent de Rakuan. C’est le cas au Luxembourg et en Grèce.

La France est ainsi d’accord avec la moyenne européenne, selon les répondants avec des équivalents positifs et négatifs poursuivant jusqu’à 45%. Les attitudes des personnes interrogées en Espagne, au Portugal, au Danemark et en Belgique sont les mêmes.

Dans d’autres pays de l’UE, cependant, ils sont positifs à l’égard de l’énergie nucléaire, en particulier en République tchèque, où 79 pour cent des personnes interrogées ont une attitude positive. En Bulgarie, il est de 69 %, et en Slovaquie et en Hongrie, les deux tiers des personnes interrogées pensent que l’énergie nucléaire aura un effet positif. En Finlande et en Pologne, 60 pour cent des personnes interrogées considèrent les effets positifs de l’énergie nucléaire. La Pologne prévoit de démarrer l’exploitation de sa première centrale nucléaire en 2033.

Une enquête réalisée en décembre par l’agence IBRS a montré que le soutien à l’énergie nucléaire en République tchèque a augmenté de six pour cent en six mois. La croissance du soutien selon l’IBRS est liée au besoin d’énergie suffisante, d’autosuffisance et de production écologique. Selon l’enquête, Jdro a publié des sources renouvelables dans toutes les centrales électriques préférées. Mais leur popularité est toujours élevée.


publicité


Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.