Czarnek commente les articles des journaux français sur les juges de la CJUE

Lors d’une conversation vendredi sur Radio polonaise 1, Przemysław Czarnek a évoqué les résultats d’une enquête journalistique publiée par le quotidien français Libération. Le quotidien a écrit une série d’articles sur le trafic d’influence et d’autres pratiques déloyales des juges de la Cour de l’Union européenne (CJUE), des fonctionnaires de la Commission européenne (CE) et des politiciens du Parti populaire européen (PPE). .

-Nous vivons dans une Europe post-vérité et post-loi, nous vivons dans une Europe où l’État de droit est traité comme, je suis désolé, un chiffon, l’État de droit est supprimé comme un chiffon tout en enfreignant la loi, actions illégales de la Commission européenne et les tribunaux de l’Union européenne – a déclaré le chef du ministère de l’Éducation et des Sciences. Il a donné un exemple de la décision de la CJUE, qui était – à son avis – honteuse – dans le cas de la mine de Turów ou du tribunal polonais.

Les journaux français accusés de corruption et de trafic d’influence incluent le président de la CJUE, Hakim Koen Lenaerts, et des responsables européens clés liés au PPE.

Selon le journal, entre 2010 et 2018, des politiciens du parti ont participé à des rassemblements illégalement financés par des fonds publics.

Les réunions ont réuni, entre autres, l’ancien président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, les anciens vice-présidents de la Commission européenne Jyrki Katainen ou Johannes Hahn, actuels commissaires européens au budget et proches de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Selon le quotidien, l’actuel président du Conseil de l’Europe, Charles Michel, serait également sous l’influence de lobbyistes.

Le lobbying et la « formation » de politiciens européens étaient censés impliquer, entre autres, dans le château français de Chambord, connu pour les chasses à l’homme organisées par les politiciens et les hommes d’affaires. Libération a également révélé que la Commission européenne et les autorités de plusieurs pays ont fait pression sur l’Office européen de lutte antifraude pour qu’il n’enquête pas sur cette affaire. Les employés du PPE ont récemment occupé des postes importants dans ce bureau.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.