Critique du livre de Ken Follett « Jamais »

Paweł Smoleński, « Gazeta Wyborcza »

Getty Images

Ken Follett dans le roman « Jamais » raconte le destin du monde. L’écrivain britannique est un excellent tueur d’ennui, un compagnon d’une couverture chaude et d’une tasse de thé chaud.

Il n’y a ici aucune profondeur psychologique chez John le Carré. Les bons agents et agents, ainsi que leurs partenaires et partenaires, sont également très beaux et bien habillés. Des gens méchants – au contraire, ils étaient plutôt laids avec des sourires sanglants Hun sur les lèvres. Les bonnes personnes peuvent se retrouver en compagnie, elles boivent du champagne dans des lieux climatisés (Tchad en Afrique), à ​​moins qu’elles n’aient à s’enfoncer dans le Sahara ou à une réunion secrète dans une ville chinoise près de la frontière avec la Corée du Nord. Les mauvais – au contraire, parce qu’ils ont un fanatisme strict, religieux ou idéologique pour l’amitié et le sacrifice dans une noble cause.

Une fois en Chine, une fois en Corée avec son régime maléfique, nous passerons du temps au Tchad, au Soudan, mais aussi aux Etats-Unis et en France. Le roman d’action « Jamais » coule de continent en continent, du président des États-Unis au chef de la Chine communiste, en passant par les seigneurs de la guerre du désert d’Afrique du Nord. C’est le charme du thriller très lu Ken Follett, dont les romans ont été projetés plus d’une fois. L’écrivain anglais ne nous fatiguera pas en lisant son gros livre, mais s’il vous plaît. C’est un excellent tueur d’ennui, un compagnon d’une couverture chaude et d’une tasse de thé chaud.

Nous avons donc eu l’occasion de faire la connaissance de Tamara Levit, une belle agente de la CIA bien tranchée basée à N’Djamena, la capitale du Tchad. Et avec Tabdar « Tab » Sadoul, représentant de l’Union européenne, qui s’avère être un fonctionnaire des services français à la première page du roman. Est-il très beau ? Répondez-vous. Les deux vont-ils devenir proches l’un de l’autre ? C’est un puzzle pour cinq zlotys au maximum.

Nous nous promènerons également dans la Maison Blanche avec la présidente Pauline Green et ses plus proches collaborateurs. Nous jetterons un œil derrière le rideau assez fermé qui cachait la première famille d’Amérique, nous apprendrons un peu les problèmes avec sa fille adolescente (cette Amérique est un pays très démocratique qui se bat pour l’égalité) et comment la position la plus élevée dans le Les États-Unis affectent le mariage. De l’autre côté (également mondial), nous nous retrouvons dans la salle du prometteur vice-ministre chinois des Affaires intérieures, Chang Kai, sa phénoménale mais frivole épouse Tao Ting, et son père, un important apparatchik et communiste pur et dur, Chang Jianjun. . Ne nous attendons pas à une dissection détaillée de la vie d’une relation mari-femme-autorité. Mais ce que nous obtenons fera grandement avancer l’intrigue enchevêtrée.

Matériel de presse photo

Nous dormirions dans des campements du désert, nous ferions des voyages illégaux en Europe, organisés par de faux passeurs et trafiquants d’êtres humains. Nous irons dans les mines d’or pour travailler pour les besoins de l’État islamique. On s’est souvent tiré dessus, le plus souvent avec des fusils, mais aussi avec des lance-roquettes. Les méchants auront leurs oreilles, mais pas tous. Le bon gagnera ce qui peut être gagné. Mais – selon l’adage du prince Adam Czartoryski, que l’écrivain anglais ne connaît peut-être pas – malgré notre libre arbitre et nos nobles actions, ce sera ce qu’il est.

Ken Follett s’appuie sur un roman dans lequel il raconte le destin du monde. Le titre n’était pas une coïncidence car un tel avenir ne devrait jamais arriver à l’humanité. Ainsi, en fermant les yeux sur les défauts psychologiques des personnages représentés, nous pouvons lire des histoires crédibles – malgré les actions surhumaines des héros, mais telle est la loi de la littérature sensationnelle – nous obtenons une description très crédible de la situation lorsque le destin de l’humanité est en jeu, même si à première vue leurs actions politiques, militaires et terroristes ressemblent à des bouffonneries inoffensives et à des plumes ébouriffées.

Cela signifie que nous ne nous ennuierons pas à lire « Jamais ». Même si on ne sait pas pourquoi la fille adolescente du président Green est irrésistible, persistante, mais aussi sensible et juste, et brûle l’herbe. Et pourquoi Kai, un garde de sécurité chinois qui a fait ses études à l’élite américaine de Princeton et qui conserve ses lignes et sa forme physique, préfère parler à l’Occident plutôt que la gratification doctrinale d’un despote. Qu’est-ce qui se cache derrière les islamistes, et qu’est-ce que – on ne peut qu’imaginer – pour les réfugiés africains en quête de bonheur sur les rives nord de la Méditerranée.

Malgré ses défauts, les romans de Follett sont accrocheurs. Il a – ce plus – tous les avantages d’un bon politiquement correct. Depuis que des femmes fortes, intelligentes, sages et causales ont été introduites dans la littérature très populaire, il semble que les thrillers d’espionnage politiques changent la donne. D’un autre côté, c’est une bonne nouvelle.

Ken Follett, « Jamais », traduit par Janusz Ochab, éditeur d’Albatros

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.