Vladimír Krychtálek – l’histoire d’un journaliste qui collabore. Son évaluation de l’Union soviétique était paradoxalement correcte, il a été exécuté après la guerre – G.cz

Krychtálek est originaire de Brno, il est né dans la ville métropolitaine de Moravie le 27 janvier 1903. Son père travaillait dans le chemin de fer comme gardien, ils n’étaient pas riches, mais ils n’étaient pas pauvres. Ils vivent dans la célèbre rue Zvonařka à Brno. Il est peut-être doué pour les langues, il a appris le français couramment dans une vraie école, et il parle aussi l’allemand et le russe. Après l’école, il a trouvé du travail sur la piste pendant un certain temps, tout comme son père. En dehors de sa concentration intellectuelle, il n’était pas non plus à la traîne physiquement. Entre 1921 et 1930, il était un athlète actif, excellant dans les sprints, il était membre de l’AC Moravská Slavia Brno. Finalement, il parvient à combiner les deux aspects de sa personnalité et en 1924, il devient journaliste sportif. Il a occupé ce poste pendant deux ans, écrivant pour l’hebdomadaire Sport Lidových noviny, où il était responsable de la rubrique athlétisme. Il travailla aussi à la radio, en 1930 il publia le magazine « Ce qui fait rire ».

Son premier article antisportif est apparu sur la liste de Večerní publiée par Jiří Stříbrný. Il revient ensuite brièvement au sport, mais se rend ensuite en France, où il collabore avec des journaux français et traduit des textes du français. Il a même visité la Chine, lorsque le secrétaire du directeur de la section française du New York Times, a envoyé un rapport de son voyage, publié par Lidové noviny – dans ce contexte, son nom est devenu plus largement connu pour la première fois. Son orientation politique future a peut-être été aidée par ses visites dans l’empire soviétique, où il a vécu dans divers endroits, mais principalement à Moscou. En 1934, il partit pour l’Union soviétique en tant que correspondant étranger de Lidové noviny. Ses articles de cette période, qui n’ont été imprimés qu’en 1941, ont leit des motifs antisémites, mais quand on les ignore, on obtient un message relativement clair sur les conditions et la vie en Union soviétique. Il écrit par exemple que tous les correspondants étrangers sont sous la tutelle de l’OGPU (service secret), ce qui est compréhensible. Cependant, il y a une différence entre les journalistes qui parlent russe et ceux qui ont besoin d’un interprète. Une personne qui connaît la langue a la possibilité d’entendre ce qui se dit dans le tram et dans la rue, tandis que le traducteur est membre de l’OGPU et veille à ce que les journalistes ne voient et ne sachent que ce qu’ils veulent. Krychtálek a également écrit que l’intelligence peut être supprimée. Il suffit de faire l’idiot, de poser des questions stupides au service de presse. Lorsque le système découvre que vous êtes inoffensif, il cesse de s’intéresser à vous – sans agent derrière vous, vous pouvez facilement visiter la campagne. Il faut aussi faire attention à ne pas parler de politique (Krychtálek rappelle que lorsque quelqu’un introduit le sujet, il se met inévitablement à parler des femmes). Il est également important de pouvoir boire, Krychtálek écrit qu’il a même bu le célèbre maréchal Budyonny. Il s’est aussi fait une place dans les réunions ouvrières, en plus du russe, il parle aussi l’ukrainien, donc si quelqu’un n’aime pas son accent, il trouve l’origine ukrainienne. Il a réussi à obtenir de fausses cartes d’identité. Ici, il a découvert l’essence du système soviétique, à savoir la corruption. Il est entré dans la salle d’audience derrière des disques vinyles et a pu assister à l’un des tribunaux politiques, dont les journalistes étrangers avaient refusé l’accès. Il se souvient avoir donné ou vendu des chemises en coton à des prix inférieurs. Les habitants portaient des vêtements faits de plusieurs tissus et regardaient les familles se disputer pour savoir ce qu’elles feraient de la chemise – si elle serait portée par le chef de famille ou cousue par la femme. Il a également remarqué que l’État ne faisait rien contre l’alcoolisme de masse. Il a publié ses souvenirs dans le livre de Bolševici, Beneš a my.

Il a été expulsé de l’Empire rouge après avoir commencé à publier une série d’articles (dans Lidový noviny) intitulée « Le problème de l’Union soviétique ». Il avait toujours son agent derrière lui. Après avoir quitté Moscou, il s’installe en Yougoslavie, mais ses textes commencent à susciter la haine dans la rédaction, il commence à s’ingérer dans la politique locale, et finalement il met fin à son travail avec Lidový noviny (en 1937). Il a également travaillé comme rédacteur en chef du journal du parti agraire Venkov. Après l’occupation, il coopère activement avec les nazis – il participe également à la propagande du protectorat à la tête du Syndicat national des journalistes. Il a été arrêté, condamné et exécuté le 22 mai 1947 en mai 1945.

RESSOURCE:

rozhlas.cz, Wikipédia

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.