Visite : Heureusement, la République tchèque n’a pas encore mené de guerre contre l’avortement

Compte tenu des débats entre la Pologne et l’Amérique sur ce sujet et de leurs réflexions ici, il semble probable que les Tchèques rejoindront également l’avant-garde de cette guerre culturelle. Par conséquent, je pense qu’il n’est jamais inutile de se souvenir de la position (et de la stabilité !) de notre pays sur cette question. Ces tranchées sont loin de nous et il ne sert à rien de les y jeter en ce moment.

Vous lisez un extrait du bulletin de Vizita – Martin aban plein d’observations sur le système de santé tchèque et sa transition vers la politique. Si vous êtes intéressé par Visit, assurez-vous de vous inscrire!

Les États-Unis et la Pologne en particulier ont été secoués ces derniers mois par un débat tendu sur les lois sur l’avortement. Le mélange d’arguments culturels, médicaux, éthiques et religieux dans ces pays crée un environnement explosif dans lequel la société cherche à répondre aux décisions de justice (dans le cas des États-Unis, jusqu’à présent uniquement pour éviter les « projets » de décisions de justice), qui resserrent les règles sur l’avortement et la limitation de la disponibilité des services de santé liés à l’avortement dans le pays.

Les deux États sont loin d’être les seuls à avoir récemment résonné sur cette question. Ces dernières années, le sujet de l’avortement a été bousculé dans de nombreux autres pays. Juste une coïncidence : en 2018, un référendum a eu lieu, qui a finalement assoupli les règles strictes en matière d’avortement dans une Irlande profondément catholique. En Irlande du Nord, les lois pertinentes ont changé en mars 2020. En octobre 2020, il n’y avait pas eu un seul vote sur un renforcement substantiel des lois sur l’avortement en Slovaquie. Et d’autres exemples peuvent être trouvés.

L’environnement tchèque, contre tout cela, ressemble à un îlot de stabilité. L’avortement est réglementé en République tchèque par la loi sur les avortements de 1986. Alors que les piliers de la législation tchèque sur la santé, tels que la loi sur l’assurance maladie publique ou la loi sur les services de santé, comportent des dizaines d’amendements, « l’avortement » Loi 66/1986 Col. a subi un seul amendement, en 1987. Depuis lors, il est entré en vigueur sans changement. La rédaction actuelle de son décret d’application est bien sûr un peu plus jeune, datant de 1992.

C’est vraiment intéressant. Des gemmes de ce type brillent encore dans la loi :

« Si le spécialiste en obstétrique et gynécologie du district ne trouve pas les conditions d’avortement et que la femme insiste, elle transmettra immédiatement sa demande écrite d’examen au spécialiste régional en gynécologie et obstétrique, qui invitera deux autres médecins dans ce domaine. . »

« L’avortement en vertu de l’article 4 ne doit pas être pratiqué sur des femmes étrangères qui ne séjournent que temporairement en République socialiste tchèque. »

Il est remarquable de voir comment ce paragraphe a survécu aux changements de régime, au nom et à la taille du pays, à l’adhésion à l’UE et enfin aux changements de la structure globale des soins de santé (l’institut d’experts de district a abouti à l’abolition de l’institut national de santé de district alias OUNZ).

La raison en est peut-être que, malgré le moment malheureux dans lequel la loi est apparue, elle était relativement bien écrite, concise, assez générale et en termes de règles sur l’avortement elles-mêmes, comme les lois de nombreux autres pays européens, y compris les pays occidentaux. . .

La réglementation tchèque sur l’avortement est l’une des plus libérales dans le contexte européen. L’avortement n’est possible jusqu’à la 12e semaine de grossesse qu’à la demande d’une femme sans conditions supplémentaires. Si le demandeur a moins de 16 ans, le consentement d’un représentant légal est requis, mais si le demandeur a entre 16 et 18 ans, il suffit d’informer le représentant légal de la procédure, l’approbation préalable n’est plus requise .

Après la 12e semaine, il doit y avoir une raison médicale à l’avortement, qui est confirmée par le médecin. Une liste complète des diagnostics permettant de pratiquer l’IVG est contenue dans le décret d’application de la loi.

En Allemagne, les limites d’avortement sont fixées « à la demande » de la même manière que dans notre pays, et depuis 2018 également en Irlande (semaine 12). La France a une frontière à la 14e semaine de grossesse, l’Angleterre (pour être plus précis l’Angleterre et le Pays de Galles) voire à la 24e semaine.

Des dispositions plus strictes en matière d’avortement, comme en Pologne ou au Liechtenstein, à Malte ou en Andorre, n’autorisent généralement pas les avortements « sur demande » et exigent que l’interruption de grossesse mette directement la vie en danger (dans des contextes moins graves, santé maternelle) ou soit le résultat d’une infraction pénale. . Certains pays autorisent également l’avortement en cas de graves anomalies du développement du fœtus, mais en Pologne, par exemple, les juges constitutionnels ont supprimé cette excuse de la loi.

Le développement de la loi sur l’avortement en République tchèque est une histoire merveilleuse travail d’envergure consacrée par la sociologue Radka Dudová. Les premières lois, qui légalisaient au moins partiellement l’avortement, ont été obtenues par les Tchèques d’après-guerre en 1957, en même temps que des lois similaires étaient adoptées dans une grande partie du monde occidental.

En Europe occidentale, selon Dudová, c’est principalement une conséquence des efforts d’émancipation et de la lutte pour les droits des femmes. Dans le bloc de l’Est, cette tendance existe également, mais elle est largement sous le contrôle et la régulation idéologique de l’État, donc la légalisation de l’avortement est davantage une décision bureaucratique.

Dans la situation économique défavorable de la seconde moitié des années 1950, le gouvernement communiste considérait l’impossibilité d’influer sur la taille de sa propre famille comme un problème social auquel pourraient contribuer des avortements plus accessibles. Comme l’a écrit Dudová : « En Tchécoslovaquie dans les années 1950, les femmes et les hommes n’avaient pas beaucoup de possibilités de contrôler leur reproduction. Les méthodes contraceptives les plus couramment utilisées sont le coït interrompu et les préservatifs (de mauvaise qualité). L’efficacité de cette méthode est très faible, tout comme la confiance en elle. »

Une loi de 1957 instaure la tristement célèbre commission de l’avortement, en vertu de laquelle auparavant les femmes qui souhaitaient avorter devaient souvent admettre leurs raisons, y compris les plus intimes.

Il doit y avoir des « raisons médicales ou d’autres raisons impérieuses » pour les avortements, qui sont des mots de caoutchouc forts (parfois raffinés par le ministère de la Santé) qui donnent une chance au sort des femmes à la discrétion du commissaire (mais des raisons sérieuses, y compris l’âge de plus de 40 ans, s’avérer vrai). Problèmes conjugaux, « Risque » de naissance d’un quatrième enfant ou perte ou problèmes de santé d’un conjoint).

Selon Dudová, la raison du changement de loi trente ans plus tard était principalement due à l’invention d’une procédure appelée mini-avortement (« aspiration » du contenu relativement doux de l’utérus dans les premiers stades de la grossesse). Cela signifie – contrairement aux solutions pharmacologiques et chirurgicales souvent très dures – une réduction significative des risques pour la santé liés à l’avortement précoce de la grossesse. Enfin, la libéralisation de la loi, abrogée par la commission, a introduit la possibilité d’avortement « sur demande » et reste inchangée à ce jour.

Selon Dudová, contrairement à l’Occident, le mouvement d’émancipation des femmes n’a pas non plus joué un rôle important dans cette libéralisation – du moins officiellement. Prim joue un récit de pays de «populations saines» et une étude d’époque qui examine le développement et les problèmes sociaux des «enfants non désirés» nés à la suite d’un refus d’avortement.

Le fait que la loi de 35 ans n’a pas mal fonctionné est attesté non seulement par son ancienneté, mais aussi par l’absence factuelle d’efforts politiques, professionnels et civiques plus larges pour des ajustements plus fondamentaux.

La modification de l’avortement pratiqué par des femmes étrangères est un peu problématique. Ceci est explicitement interdit par la loi communiste, qui est actuellement le ministère de la Santé « garantir » l’avis juridique que les citoyens des États membres de l’UE ne sont pas des étrangers. Les règles européennes ne permettent pas aux ressortissants d’un État membre de se voir refuser des soins de santé dans l’UE.

Le résultat, entre autres, a été l’expansion du « tourisme de l’avortement », en particulier Polek, qui a été aidé contre des lois très strictes sur l’avortement. initiative citoyenne spécialequi arbitrent les avortements aux Pays-Bas, en Allemagne, en Autriche, au Royaume-Uni et en République tchèque.

L’approche de la société tchèque vis-à-vis de l’avortement est stable depuis longtemps et peut être qualifiée de libérale. Selon encore dernière enquête CVVM au sujet de mai 2019, 68% des personnes soutenaient le plein droit d’une femme de décider d’interrompre sa grossesse, 19% supplémentaires autoriseraient l’avortement « en tenant compte uniquement des considérations sanitaires et sociales de l’enfant et de la femme ».

Sans parler du nombre d’avortements pratiqués selon les données de l’IHIS ne s’est pas développée de manière spectaculaire, mais a plutôt lentement diminué au cours de la dernière décennie (de 24 000 en 2011 à moins de 17 000 en 2020) et même en termes de population n’a pas dévié de manière significative de ce qui est commun en europe.

Le Parti populaire est l’un des opposants politiquement pertinents à une législation plus libérale sur l’avortement, mais même dans ce cas, il n’est pas explicitement impliqué dans la question. Dans les programmes politiques de ces partis, on trouve la mention de l’avortement au minimum.

Ce n’est que dans le programme électoral des élections législatives de 2010 que la KDU-ČSL a formulé les conditions d’entrée au gouvernement en déclarant : « Nous ne pouvons pas participer à un gouvernement qui (…) cherche à libéraliser les réglementations légales actuelles sur l’avortement, le partenariat enregistré ou euthanasie. » donc, un réel effort pour maintenir le statu quo et ne pas démanteler davantage les règles, ne pas durcir les règles.

Exact, ces dernières semaines obtenir plus d’audiences politiques une initiative citoyenne visant à durcir les règles de l’avortement, suscitant de vives réactions de l’autre côté du débat. Néanmoins, il s’agit d’un conflit social plutôt marginal et les Tchèques ne devraient pas être entraînés dans un conflit interne sur l’avortement, car il n’y a pas de raison rationnelle ni de demande sociale.

D’un autre côté, il peut être avantageux d’adopter une approche conservatrice éprouvée et de ne pas rechercher inutilement quelque chose qui fonctionne clairement bien tel quel. Il n’existe pas grand-chose dans le système de santé tchèque et en République tchèque.

Vous en trouverez beaucoup plus dans l’édition complète de la newsletter Visit. Par exemple, une explication détaillée du terme médical SARM ou des conseils de lecture intéressants non seulement dans le domaine de la santé. Si vous souhaitez recevoir toutes les visites tous les mardis directement dans votre boîte de réception, abonnez-vous.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.