Un précédent différend se dirige vers les tribunaux, l’ancien diplomate Drulák poursuit MV pour liberté d’expression

Le tribunal traitera d’un précédent procès intenté par l’ancien ambassadeur en France, Petr Drulák. Il n’aimait pas que l’Institut des relations internationales (ÚMV) lui reproche son apparition publique et son opinion politique. Il a reçu deux lettres de réprimande du directeur du MV, tandis que la troisième pourrait être la dernière pour Drulák, qui travaille actuellement comme chercheur principal à l’institut. Un procès similaire n’a pas encore été entendu par un tribunal tchèque, a déclaré l’avocat.

Il y a deux mois, le représentant légal Petr Drulák a demandé au directeur de MV Ondřej Ditrych de retirer les lettres de réprimande qu’il avait envoyées à Drulák au printemps et en été. Le directeur de l’institut y dénonçait que ses vues sur la géopolitique pouvaient diffamer l’institution et menacer de mettre fin à ses travaux. Le texte intégral des lettres est disponible pour les rédacteurs quotidiens d’Echo24. Nous avons écrit sur le différend il y a quelques jours.

Selon le réalisateur Ditrych, Drulák « répand à plusieurs reprises des récits de complot, de fausses expressions et des généralisations trompeuses » dans son travail.

Drulak en Ukraine : Je ne sais pas comment il va survivre à l’hiver. Penser qu’il gagnerait est une fantasmagorie

Drulák a critiqué, par exemple, l’attitude de l’Occident face au conflit ukrainien. « L’erreur était claire. L’Occident essayait de résoudre le conflit militaire avec des sanctions économiques – nous savions que cela ne fonctionnerait pas. Il était gêné de ne rien faire à ce sujet, alors il a décidé de faire un signal », a-t-il déclaré à Prima News de CNN. le 1er septembre. « Mais cette attitude le blesse de plus en plus. Cela le rend inutile. Et c’était clair dès le départ », a-t-il ajouté. Il a également qualifié de fantasmagorie l’opinion selon laquelle l’Ukraine pourrait gagner. Il a en outre souligné qu’il ne savait pas si l’Ukraine survivrait à l’hiver. Il a également soutenu publiquement que l’Occident avait donné à l’Ukraine de faux espoirs de rejoindre l’Union européenne et l’OTAN.

L’avocate de Drulák, Jana Zwyrtek Hamplová, a souligné qu’un procès similaire n’avait pas encore été entendu par un tribunal tchèque. « Nous voulons résoudre cette affaire à l’amiable et suggérons que l’Institut annule lui-même la lettre de réprimande. Ils ne nous ont même pas répondu. Cependant, dans le cas présent, il est clair qu’il y a un abus des lois du travail pour imposer des restrictions à la liberté d’expression, et nous ne pouvons pas permettre cela. Pour cette raison, nous nous tournons vers les tribunaux avec des réclamations de précédent procédural, et nous croyons en l’équité. Personne ne peut se permettre d’abuser de sa position d’employeur et de dicter à ses employés ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas exprimer leurs opinions et les menacer de licenciement s’ils ne s’y conforment pas. Je dois admettre qu’au début, je ne croyais même pas que quelqu’un pouvait écrire quelque chose comme ça. »

Drulák a déclaré à Echo24 qu’il pensait que le procès avait une chance de réussir. « C’est une bataille qui doit être menée. Il est important de dire comment se défendre dans cette situation. Beaucoup de gens sont dans une situation similaire et ne savent soudainement pas quoi faire ensuite. Je pense qu’il est important de clarifier ce que l’employeur est capable et ce dont il n’est pas capable, c’est ce que je pense être important », a déclaré Drulák.

Ondřej Ditrych, directeur de l’Institut des relations internationales, fondé par le ministère des Affaires étrangères, nie catégoriquement avoir tenté de faire taire Drulák. « Sur la base des apparitions médiatiques du représentant légal de Petr Drulák, le procès semble complètement déraisonnable d’un point de vue juridique. En dehors de cela, j’ajouterais seulement que le MV ne dicte en aucun cas ce que M. Drulak devrait penser, ni ne tente de faire taire Je rejette catégoriquement des déclarations similaires », a écrit Ditrych à l’éditeur.

Echo24 a également obtenu une déclaration du ministère des Affaires étrangères, qui au printemps a soumis une initiative à la commission d’éthique de MV pour enquêter sur la conformité des déclarations de Drulák aux médias avec le code de conduite de l’institut. La commission de cinq membres a finalement décidé à l’unanimité en faveur de Drulák. « La pluralité d’opinions dans le MV sert d’outil pour améliorer la qualité de la politique étrangère tchèque, et par conséquent, les opinions individuelles ne doivent pas nécessairement être conformes aux déclarations de programme du gouvernement ou aux concepts de politique étrangère de la République tchèque », a déclaré la commission. dans sa décision. Nous avons également rapporté son avis ici.

« Le ministère des Affaires étrangères suit depuis longtemps avec grand intérêt les apparitions et les publications de M. Drulák. Son travail a fait l’objet à plusieurs reprises de discussions au sein du Conseil scientifique du ministère des Affaires étrangères avec la participation du directeur du MV. En mars, le directeur du l’unité chargée de déterminer les besoins de recherche du MFA a exprimé sa confiance dans sa lettre au directeur du MV que la production publique de M. Drulák contredit la vision et la mission déclarées du MV, est biaisée et unilatérale, et qu’il est préoccupé par le déclaration du programme du gouvernement et des objectifs fondamentaux de la politique étrangère, ainsi qu’avec le code d’éthique du MV », a déclaré le ministère des Affaires étrangères à propos de l’ensemble de l’affaire en réponse à une enquête du journal Echo24. On dit qu’il envisage la possibilité d’autres actions.

Par exemple, la Société pour la défense de la liberté d’expression a défendu Drulák, qui a écrit une lettre directe au directeur du MV. « Le prof. À notre avis, Drulák a sans aucun doute exercé son droit légal à la liberté d’expression (…). Veuillez noter que l’ouverture d’une enquête ne peut être considérée comme une mesure impartiale. L’Institut signifie ainsi qu’il soutient les efforts du prof . .’

L’Institut des relations internationales est un institut de recherche public indépendant qui mène des recherches dans le domaine des études internationales. Son fondateur est le ministère des Affaires étrangères de la République tchèque. Les activités de MV sont financées par le budget gouvernemental pour la science, la recherche et l’innovation de la République tchèque, également sur la base d’une coopération horizontale avec le ministère des Affaires étrangères de la République tchèque, de projets nationaux et étrangers et de la vente de publications. Petr Drulák a dirigé l’institut entre 2004 et 2013, de 2014 à 2015, il a été premier vice-ministre des Affaires étrangères puis (2017 à 2019) a occupé le poste d’ambassadeur de la République tchèque en France.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.