Un joueur de hockey suisse a battu la Slovaquie 5 à 3 et remporté son quatrième match de Coupe du monde

Le joueur de hockey suisse a battu la Slovaquie 5 à 3 lors de la Coupe du monde, a réussi le quatrième match du tournoi et a atteint la tête du groupe A à Helsinki. Après un virage, la France a battu l’Italie 2 à 1 en prolongation et a failli sauver l’élite.

L’attaquant Pius Suter a participé à la victoire de la Suisse avec trois passes, et Denis Malgin, en tête du tournoi canadien des marqueurs, a marqué et aidé. L’attaquant Andres Ambühl dispute son 119e match dans le championnat du monde et égale le détenteur du record Uda Kiessling d’Allemagne. La Slovaquie a perdu pour la troisième fois consécutive après une victoire rapide sur la France.

La Slovaquie, portant le maillot du défenseur Fehérvára de Washington entrant dans le tournoi pour la première fois, a bénéficié d’un jeu de puissance dès le début. Cependant, ils ne pouvaient pas punir les infractions à partir de la vingtième seconde et, à la place, les collecter eux-mêmes. Après une erreur d’erešňák, il a ouvert le score à la 052e minute avec le quatrième but du championnat de Malgin.

La Suisse a ensuite eu plusieurs autres occasions, mais la Slovaquie a été retenue par le gardien Husek. À la 11e minute, ses coéquipiers ont réussi à égaliser lorsque le palet est arrivé juste après la pause de Lantoši. Le gardien Genoni récupère pour la première fois lors d’une Coupe du monde après avoir gardé sa cage inviolée contre le Danemark plus tôt dans la journée.

Les hommes de l’entraîneur Fischer ont été nettement plus actifs en première mi-temps, mais ils n’ont pas réussi une deuxième fois jusqu’à la 24e minute, lorsque l’effort du défenseur Egli s’est terminé dans le dos de Húsk. Cependant, la Slovaquie a réagi rapidement, le meilleur buteur des Jeux olympiques de février, Slafkovsk, inscrivant le premier but de la Coupe du monde.

Cependant, la Suisse a pris les devants pour la troisième fois du match. Immédiatement après la fin d’un match de puissance à quatre contre trois, Meier est revenu du point de penalty. Le juge de ligne blessé Sormunen était sur la glace, remplacé par l’arbitre de réserve tchèque půr.

La Slovaquie a pu comparer l’avantage numérique, mais elle n’a pas utilisé le jeu de 35 secondes à cinq contre trois. À la 44e minute, les Tatars ont frappé la barre dans un jeu de force et deux minutes plus tard, il a encore plus regretté son raté, car Hischier a gagné de la pause de l’autre côté.

Cependant, à dix minutes de l’heure du jeu de base, Takáč a réussi à combler le déficit de Geisser avec une contribution indésirable. Les Tatars ont immédiatement égalisé, mais encore une fois, ils n’ont touché que la construction du but. La Slovaquie a reçu une pénalité de cinq minutes par Fory pour terminer. Cependant, la Suisse a tenu bon pendant deux minutes en trois minutes, après la sortie de Siegenthaler. Dans le risque de la Slovaquie sans gardien de but, il a fini par faire entrer Herzog dans la finale 5:3.

chiffre d’affaires français

L’Italie a pris l’avantage face à la France à la 15e minute grâce à un but de Luka Frig, mais à 58:54 Sacha Treille a égalisé et le tour a été bouclé après 64 secondes par la mise d’Hugo Gallet.

La France, qui après avoir été reléguée en 2019 dans l’élite avec l’Autriche en remplacement d’équipes éliminées par la Russie et la Biélorussie, s’est améliorée après le quatrième match à cinq points et est cinquième du groupe A. L’Italie est avant-dernière après le premier avantage.

Les Italiens ont posé une menace sérieuse pour la première fois à la 7e minute, mais le tir de Gios a manqué. En revanche, Chakiachvili Llorc tente, mais Bernard intervient. L’Italie s’est défendue sur le penalty de Gios et la France a défendu l’expulsion de Fabre. A la 14e minute, il pousse Buysse par KO sur un coup de Miglioranzi. A 14h42, alors que Spornberger était sur le banc, Frigo est passé. Il a volé la rondelle de Chakiachvili et a battu le gardien français d’un coup droit.

Dans le jeu de pouvoir en cours, les Français n’ont pas réussi à le réparer. Ce n’est pas par hasard que Bernard a battu Fleury et que Rech a marqué. Avant la première mi-temps, il a su revenir après la passe de Frig avec un tir du virage de Petan.

En seconde période, l’Italie n’a pas réussi le penalty de Chakiachvili. À la 27e minute, Bernard n’a pas battu Rech et lors de la suspension ultérieure de Spornberger, Simon Kostner aurait pu marquer un autre but plus faible, mais il n’a pas réussi à battre Buysse. Le gardien italien a géré le tir d’Auvitu. Fleury a une nouvelle chance et affaiblit Auvit après avoir défendu. Ni Leclerc, ni Bertrand, ni Rech n’ont réussi.

À la 45e minute, Mantenuto pourrait ajouter à l’avance car Texier s’est écrasé, et l’Italie n’a plus profité de l’avantage des points après la faute de Gallet. La France a continué à brûler ses chances jusqu’à la fin, alors que les anciens capitaines Fleury, Kladno, Sparta et Sacha Treille de Pardubice ont devancé le jeu de force de Bernard.

Dans le temps supplémentaire, il a remporté une puce de Tom Bozon au fond du filet et la tête de Gallet d’une position entre les cerceaux dans le coin supérieur droit du but italien suite à sa passe.

Championnats du monde de hockey sur glace en Finlande :

Groupe A (Helsinki):

France – Italie 2:1 en prolongation (0:1, 0:0, 1:0 – 1:0)

Buts et records : 59. S. Treille (Fleury, Auvitu), 62. Gallet (T. Bozon) – 15. Frigo. Juges : Heikkinen (FIN), hlund (Suède) – Niittylä (FIN), Yletyinen (Suède). Pénalité : 6:3. Il n’y a aucun intérêt. Affaibli : 0 : 1. Participation : 1 543.

France : Buysse – Gallet, Auvitu, Llorca, Chakiachvili, Crinon, Thiry, Bault – Fleury, S. Treille, T. Bozon – Bertrand, Claireaux, Perret – Rech, Texier, Boudon – K. Bozon, Ritz, Leclerc – Fabre. Entraîneur : Philippe Bozon.

Italie : Bernard – Di Perna, Trivellato, Miglioranzi, Pietroniro, Glira, Gios, Spornberger – Frigo, Hannoun, Petan – Sanna, S. Kostner, D. Kostner – Frank, Mantenuto, Mantinger, McNally – Deluca, Traversa, Insam – Magnabosco . Entraîneur : Greg Ireland.

Suisse – Slovaquie 5:3 (1:1, 2:1, 2:1)

Buts et records : 1. Malgin (Suter), 24. Egli (Scherwey, Bertschy), 33. Meier (Suter), 46. Hischier (Marti), 60. Herzog (Malgin, Suter) – 11. Roman (Lantoši, Liška ) ), 26. Slafkovský (Krištof, Tatars), 50. Takáč (Skora, Grman). Juges : Ansons (LVA), Rekucki-Davis (tous deux américains), Sormunen (FIN). Pénalité : 9:5, Forum 5 minutes supplémentaires. et jusqu’à la fin du jeu. Utilisation : 1 : 0. Affaiblissement : 1 : 0. Présence : 2 504.

Suisse : Genoni – Siegenthaler, Kukan, Moser, Fora, Glauser, Geisser, Egli, Marti – Meier, Hischier, Kurashev – Suter, Simion, Malgin – Ambühl, Herzog, Corvi – Thürkauf, Bertschy, Scherwey. Entraîneur : Patrick Fischer.

Slovaquie : Húska – erešňák, Fehérváry, Nemec, Ivan, Rosandič, Grman, Jánošík – Pospíšil, Krištof, Tatars – Regenda, Minárik, Slafkovský – Lantoši, Roman, Liška – Takáč, Tamakora – Lunter. Entraîneur : Craig Ramsay.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.