Ukraine. La Roumanie rejette la demande russe de retrait des troupes de l’OTAN

« TLa demande est inacceptable et ne peut pas faire partie du sujet des négociations » avec la Russie concernant la crise en Ukraine, a déclaré le ministère roumain des Affaires étrangères dans un communiqué cité par l’agence de presse France-Presse (AFP).

C’est la réponse des autorités roumaines à la déclaration faite aujourd’hui par le ministère russe des Affaires étrangères selon laquelle « les troupes, équipements et armes étrangers » devraient être retirés de la Roumanie et de la Bulgarie.

Dans le cadre des efforts visant à désamorcer les tensions en Ukraine, Moscou demande un retour à 1997, lorsque les deux anciens pays du bloc soviétique ne faisaient pas partie de l’Alliance atlantique, ainsi qu’un accord interdisant l’expansion de l’OTAN à l’Est. L’Europe .

La Roumanie et la Bulgarie ont rejoint l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 2004, tout comme d’autres pays de la zone d’influence de l’ex-Union soviétique, comme la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, qui sont entrées en 1999, huit ans après la dissolution de l’OTAN. Le Pacte de Varsovie, d’où ils viennent.

Le gouvernement roumain a rejeté les demandes de la Russie, les qualifiant de « inadéquates et sans fondement », car elles ne correspondent pas à la position agressive mais défensive de l’OTAN.

Le renforcement de la présence militaire de l’OTAN sur la côte sud-est de l’Europe « est une réaction purement défensive au comportement de plus en plus agressif de la Russie » dans la région, « malgré les efforts de l’OTAN pour engager un dialogue constructif », a déclaré le ministère roumain des Affaires étrangères.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi que la France était prête à envoyer des troupes en Roumanie dans le cadre d’une éventuelle présence accrue de l’OTAN.

En Bulgarie, le Premier ministre, Kiril Petkov, a insisté sur la souveraineté de son pays, qui « a fait son propre choix d’adhérer à l’Otan ».

« Nous décidons nous-mêmes comment organiser notre défense en coordination avec nos partenaires », a déclaré Petkov au Parlement, soulignant que la Bulgarie ne peut pas être un « membre de seconde classe » de l’Alliance atlantique.

La Roumanie a sur son territoire une force de l’OTAN composée d’environ 1 000 soldats américains, 140 Italiens et 250 soldats polonais.

La Bulgarie a un accord avec les États-Unis pour abriter 2 500 soldats, avec un maximum de 5 000 sur la rotation du personnel.

Les demandes de la Russie concernant le retrait des troupes étrangères de Roumanie et de Bulgarie ont été annoncées le jour où le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré son homologue américain Antony Blinken dans la ville suisse de Genève pour discuter de la crise à la frontière avec l’Ukraine, sans autre préavis. résultats.

La Russie a concentré environ 100 000 soldats à sa frontière avec l’Ukraine et les États-Unis ont accusé Moscou de préparer une nouvelle invasion du pays voisin, après avoir annexé la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014.

La Russie nie toute intention d’attaquer l’Ukraine et accuse l’OTAN de menacer sa sécurité.

Lire aussi : Ukraine. Les États-Unis promettent une réponse écrite à la demande de la Russie

Soyez toujours le premier informé.
Le Consumer Award et le Five Star Award pour la sixième année consécutive pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.