Tunisie : les ONG s’inquiètent d’un rapatriement accéléré depuis la France – Politique

TUNIS – Le porte-parole du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (Ftdes), Romdhane Ben Amor, s’est dit préoccupé par le potentiel d’un accord inopiné entre la Tunisie et la France pour accélérer le processus d’expulsion des migrants tunisiens en situation irrégulière, qu’il a qualifié de « violation flagrante de les droits des Tunisiens. » leurs droits ». La référence est une déclaration d’un porte-parole du gouvernement français aux médias la semaine dernière indiquant que la Tunisie a commencé à travailler avec la France pour accélérer la procédure d’expulsion des migrants tunisiens en situation irrégulière dans le pays, contrairement à l’Algérie et au Maroc qui refusent toujours de le faire.

Fin septembre, Paris avait en effet décidé de durcir les conditions d’obtention des visas d’entrée pour les ressortissants marocains, algériens et tunisiens qui « refusaient » de délivrer les autorisations consulaires nécessaires au retour des immigrés refusés par la France. Dans une déclaration aux agents de Tap, Ben Amor a souligné que l’accélération des procédures d’expulsion ne permettrait pas aux migrants en situation irrégulière d’engager les poursuites judiciaires nécessaires et d’exercer leur droit de contester les arrêtés d’expulsion. Ce traitement inéquitable est une violation des droits des migrants en situation irrégulière, a-t-il déclaré, ajoutant que la coopération entre la France et la Tunisie dans le domaine des migrations illégales avait récemment pris un « détour dangereux ». « La France est entrée dans une nouvelle phase du processus d’expulsion des migrants tunisiens en situation irrégulière car elle a assuré leur transport par avion vers l’aéroport de Tabarka sous des contrôles de sécurité assez stricts », a-t-il déclaré. « Ce fait a été confirmé par la récente opération d’expulsion forcée d’environ 40 à 50 migrants irréguliers il y a cinq jours », a-t-il ajouté.

Ben Amor a déclaré que l’expulsion par voie aérienne vers l’aéroport de Tabarka, sous contrôle de sécurité, visait à mettre ce processus hors des yeux des médias et de la société civile.

Un porte-parole du Forum a déclaré que « la France entend expulser plus de 3.400 migrants tunisiens en situation irrégulière », selon des informations compilées par plusieurs sources officielles françaises, regrettant que « la Tunisie continue de garder le silence sur cette question et n’a fourni aucune donnée ou chiffres à ce jour… pour éclairer l’opinion publique à ce sujet.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *