The Lost World Jurassic Park : pourquoi le film est une expérience décevante pour Steven Spielberg ?

Quatre ans après le succès colossal de « Jurassic Park », Steven Spielberg reprend les rênes de l’établissement et signe un spin-off nommé « The Lost World ». Lors de l’enregistrement de cette création ultérieure, le producteur est devenu découragé, impatient et savait qu’il envisageait de porter un film médiocre par rapport au premier.
The Lost World – Jurassic Park : Une nouvelle expédition dangereuse
Après l’énorme dénouement du roman et du film Jurassic Park, l’écrivain Michael Crichton choisit de composer un spin-off, The Lost World, distribué en 1995. Au bout de deux ans la transformation fut livrée, préarrangée par David Koepp et coordonnée par Steven Spielberg. Le volet cinématographique dénote l’arrivée de quelques personnages, à commencer par John Hammond et Ian Malcolm, en réalité incarnés par Richard Attenborough et Jeff Goldblum.
Dans cette deuxième portion de l’établissement, le richissime accueille le mathématicien pour rejoindre une mission logique sur Isla Sorna, où de nombreux dinosaures serpentent sans discernement. Hésitant dès le départ, Malcolm accepte enfin de participer à l’aventure lorsqu’il découvre que sa compagne Sarah Harding ( Julianne Moore ) est désormais là. Une fois là-bas, il découvre qu’une autre mission beaucoup plus périlleuse se déroule à égalité, et qu’elle pourrait avoir des résultats épouvantables.
Vince Vaughn, Pete Postlethwaite, Vanessa Chester, Peter Stormare et Arliss Howard équilibrent le casting du film. Au cas où il resterait loin des scores de son ancêtre, qui avait coûté près d’un milliard de dollars à l’industrie cinématographique mondiale lors de sa sortie, The Lost World: Jurassic Park touche en fait plus de 618 millions de dollars à travers le monde. monde. monde. Des résultats qui découragent Steven Spielberg, qui n’a pas la meilleure vision de sa vocation sur le plateau.

Steven Spielberg en petite structure
Dans le livre Steven Spielberg: A Biography, l’écrivain Joseph McBride donne du sens au fait que le producteur du film a vu sérieusement la création du film composant, ce qui le « dissuade » et le rend « de plus en plus impatient ». Le chef dit à ce sujet :

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.