Secrétaire général de l’OTAN : la Suède et la Finlande signeront mardi le protocole d’adhésion

Renouveler: 30/06/2022 17:53
Délivré par:

Madrid – La Suède et la Finlande ont le droit de devenir membres de l’Alliance de l’Atlantique Nord, les deux pays nordiques signeront mardi un protocole d’adhésion, a déclaré aujourd’hui le secrétaire général de l’organisation, Jens Stoltenberg, à l’issue du sommet de l’OTAN. Lors de leur conférence de presse, les dirigeants des puissances européennes ont évoqué, entre autres, le maintien du soutien à l’Ukraine ou aux « ambitions impérialistes » de la Russie. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé une augmentation des dépenses de défense à 2,5 % du PIB.

L’un des principaux résultats du sommet de Madrid a été l’invitation formelle de la Finlande et de la Suède à des négociations pour rejoindre l’alliance, rendue possible par l’accord des deux pays nordiques avec la Turquie. Une fois le protocole d’adhésion signé, il doit être ratifié par les parlements des 30 États membres de l’OTAN. La paire scandinave s’est inscrite en mai sous la pression de l’invasion russe de l’Ukraine, le processus d’admission devant être relativement rapide.

Un autre grand sujet à la fin du sommet était le soutien à l’Ukraine, qui a résisté à l’agression russe pendant plus de quatre mois. Le président et le premier ministre de l’OTAN à Madrid ont convenu d’un nouveau programme d’aide qui n’inclut pas d’armes, mais plutôt des technologies de défense ou un soutien à la cybersécurité. Le secrétaire général Stoltenberg a déclaré mercredi que l’OTAN soutiendrait Kyiv « aussi longtemps que nécessaire ».

Le président français Emmanuel Macron a fait une déclaration similaire aujourd’hui, qui, selon Reuters, a déclaré que le soutien à l’Ukraine était imparable. « La lutte de l’Ukraine est la lutte de l’Union européenne et de l’OTAN », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’il existe actuellement 12 systèmes d’artillerie César français en Ukraine et que six autres arriveront bientôt.

Le Premier ministre britannique a également fait part de sa détermination à continuer à soutenir le gouvernement et l’armée ukrainiens. « Notre travail consiste simplement à défendre les principes, à défendre le droit de l’Ukraine à l’autodéfense », a déclaré Johnson. Selon le site d’information de la BBC, il a déclaré que son objectif était de s’assurer que Kiev était dans la meilleure position pour d’éventuelles négociations avec la Russie, mais que la décision sur son leadership appartenait à l’Ukraine.

Johnson a également fait une annonce majeure de politique intérieure lorsqu’il a annoncé une augmentation des dépenses de défense à 2,5% du PIB. Le budget militaire devrait atteindre ce niveau d’ici la fin de la décennie.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a répondu aux accusations du président russe Vladimir Poutine selon lesquelles l’OTAN a des « ambitions impérialistes » dans un discours aux journalistes. Scholz a qualifié cette déclaration de « tout à fait ridicule » et a ajouté que l’invasion de l’Ukraine prouvait de telles ambitions de la part de Poutine.

Les dirigeants de l’OTAN, dans une déclaration conjointe publiée mercredi, ont décrit la Russie comme la menace « la plus importante et la plus directe » pour la sécurité alliée. Après Madrid, Vilnius de Lituanie, qui fait partie de l’aile orientale de l’alliance, accueillera un sommet de l’alliance l’année prochaine, a annoncé Stoltenberg lors de sa dernière conférence de presse. La Lituanie borde l’enclave russe de Kaliningrad dans la mer Baltique, ainsi que la Biélorussie, qui est un proche allié de Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine doit immédiatement retirer ses troupes et mettre fin à la guerre en Ukraine, a également déclaré le secrétaire général. Selon le chef de l’OTAN, le comportement de la Russie est inacceptable, causant la mort et la destruction en Ukraine et ayant un impact sur le reste du monde, par exemple sous la forme d’une hausse des prix des denrées alimentaires.

Erdogan: la Turquie ne confirmera pas l’entrée de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN sans tenir ses promesses

Le gouvernement turc ne soumettra pas de documents sur l’élargissement de l’Alliance de l’Atlantique Nord pour inclure la Suède et la Finlande au parlement turc pour ratification à moins que les pays ne respectent les engagements contenus dans le mémorandum de mardi. Cela a été révélé aujourd’hui par le président turc Recep Tayyip Erdogan. L’élargissement de l’OTAN doit être approuvé par les parlements des trente États membres. Le président turc veut suivre les pays scandinaves, par exemple, en durcissant les lois anti-terroristes, rapporte Reuters. On a appris mercredi que la Turquie, la Suède et la Finlande avaient des vues divergentes sur l’accord sur l’extradition des personnes soupçonnées d’avoir mené des activités terroristes.

Erdogan a appelé la Suède et la Finlande à tenir les promesses qu’elles ont faites à la Turquie dans le mémorandum. « S’ils ne le font pas, alors il n’y a pas de débat pour que nous envoyions une demande (d’adhésion à l’alliance) au parlement », a déclaré Erdogan. Il a appelé les alliés de l’OTAN à être « en pleine solidarité » avec Ankara dans la lutte contre le terrorisme et à ne pas faire de distinction entre les organisations terroristes individuelles. La Turquie, par exemple, considère la milice kurde YPG en Syrie, qui a reçu le soutien militaire d’autres États membres dans la lutte contre les terroristes de l’organisation État islamique, comme un groupe terroriste. Erdogan considère les accords avec la Suède et la Finlande comme un succès de la diplomatie turque.

Grâce à la signature du mémorandum mardi, Ankara a accepté de lancer le processus menant à l’intégration des deux pays nordiques dans l’OTAN. Mais seuls les parlements des États membres ont le dernier mot.

Mercredi, il est devenu clair que les trois signataires avaient des points de vue différents sur, par exemple, l’autorisation d’extrader des terroristes présumés vers la Turquie. Ankara a de nouveau demandé l’extradition d’une trentaine de personnes qui, selon elle, sont liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et au mouvement de l’ecclésiastique Fethullah Gülen, que la Turquie accuse d’avoir tenté un coup d’État en 2016. Ankara s’attend à ce que les autorités finlandaises et suédoises acceptent de la demande. Cependant, des demandes similaires ont été rejetées par Helsinki et Stockholm dans le passé.

Erdogan a également déclaré que lors de la réunion, la Suède avait promis d’extrader 73 terroristes présumés. Mais cela n’est pas mentionné dans le texte écrit. Des responsables suédois et finlandais ont déclaré mercredi que l’accord ne comprenait pas de liste de noms de personnes à extrader vers la Turquie.

En réponse à la demande d’Ankara, la Suède et la Finlande ont déclaré qu’elles procéderaient conformément à leurs propres lois et au droit international. La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a déclaré que l’extradition du ressortissant suédois était exclue. Les deux pays ont déclaré que le mémorandum leur permettrait de coopérer davantage avec la Turquie dans la lutte contre le terrorisme et de créer des mécanismes pour faciliter l’échange d’informations, qui constitue la base sur laquelle les autorités prennent des décisions d’extradition.

DANS Remarque les deux pays scandinaves ont également déclaré qu’ils ne soutiendraient pas la milice YPG ou l’organisation Gülen. Ils ont déclaré qu’ils considéraient le PKK comme une organisation terroriste et combattraient les activités de soutien à ce parti kurde. Stockholm et Helsinki se sont également engagées à renforcer les lois antiterroristes. La Turquie, la Suède et la Finlande se sont engagées à se soutenir mutuellement dans la lutte contre les menaces à leur sécurité nationale.

Sommet de l’OTAN en Espagne

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.