Samuel Beckett attend Godot dans une prison française | culture et divertissement

En Suède, en 1986, un groupe de prisonniers a mis en scène une version de « En attendant Godot » qui a traversé les frontières de la prison et est devenue un succès national. « El Triunfo » est basé sur cette histoire, lauréate du prix de la meilleure comédie européenne de 2020 et qui atteint maintenant les cinémas espagnols.

« L’œuvre de Beckett, si elle peut sembler éloignée de l’univers carcéral, évoque l’identification de détenus qui ont le sentiment que l’univers absurde et sans espoir qu’il représente est quelque chose de très proche de leur quotidien », a déclaré Emmanuel Courcol. Efe, le réalisateur qui a déplacé l’action en France à cette époque.

Pour débloquer la situation, Courcol a contacté Irène Muscari, coordinatrice culturelle de la maison d’arrêt de Meaux, dans le nord de la France, après avoir vu une représentation de L’Iliade réalisée par des détenus à Paris.

Muscari l’a invité en prison et là, il a réalisé un documentaire sur la prochaine production qu’ils préparaient, tout en écrivant le scénario de ce film. « Toutes ces expériences sont vraiment mises dans le scénario et la vérité est », souligne Courcol.

Pour jouer les prisonniers, il a réuni un groupe d’acteurs de haut niveau mais peu connus. « J’avais besoin d’eux pour pouvoir offrir un disque naturaliste en tant que prisonnier et en même temps en tant qu’acteur débutant et non préparé, il faut être un très bon acteur pour avoir l’air mauvais », a-t-il déclaré.

Avec eux, Kad Merad, célèbre en France pour le succès de « Bienvenue dans le Nord » (2008), se met dans la peau d’un professeur d’atelier, d’un acteur de théâtre qui n’a pas bien fait et qui, à égalité, il va à travers son propre processus de réconciliation personnelle.

Muscari, qui a travaillé en étroite collaboration avec l’administration pénitentiaire française pendant de nombreuses années dans l’organisation d’activités culturelles, assure qu’il s’agit d’un élément clé du processus de réinsertion.

« Quelqu’un qui a passé beaucoup de temps en prison n’a pas confiance en lui, il sent qu’il n’a aucune valeur pour la société et donc pour lui-même, et la pratique du théâtre l’aide à retrouver cette confiance », a-t-il déclaré.

Selon son expérience, cent pour cent des prisonniers qui ont assisté à l’atelier se sont sentis incapables de monter sur scène le premier jour, mais à la fin ils l’ont tous fait. « C’est un voyage de découverte que nous entreprenons ensemble. »

Courcol dit qu’il a d’abord envisagé de travailler avec de vrais prisonniers dans son film et cite des références aux frères Taviani et à leur « César doit mourir » (2012) qui a été filmé avec des prisonniers des prisons de haute sécurité italiennes, mais ne semble pas s’appliquer à son mandat. service militaire.

« En fait, l’un des acteurs qui était dans le film avait un mauvais passé et était méchant, il était tellement doué pour les répétitions que j’ai décidé de le signer, mais une semaine après le début du tournage, il a fait une bêtise et est retourné en prison,  » se souvient-il.

« C’était un drame pour lui et une situation très compliquée pour le film, il fallait vite trouver un autre acteur et refaire la scène, heureusement qu’on a trouvé Pierre Lottin et je pense que ce film l’a beaucoup inspiré. »

Quant à l’histoire vraie, les Suédois, dans leur générique de film disent que lorsque Samuel Beckett a découvert ce qui s’était passé, il a dit qu’il n’aurait pas pu imaginer un meilleur sort pour son travail. Jan Jönson, le metteur en scène en charge du projet, se lie d’amitié avec Beckett et revient représenter « En attendant Godot » aux Etats-Unis, à la prison de San Quentin (Californie). EPE

mt/ess

(vidéo)

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.