Reuters: Le Kremlin dans les ruines de Severodonetsk attend la victoire politique

Severodonetsk (Ukraine) – La conquête d’une ville industrielle endormie au cœur industriel de l’Ukraine est désormais une tentative d’invasion russe majeure, que le président russe Vladimir Poutine tente de restaurer après une tentative infructueuse de conquérir Kyiv. Si la Russie parvient à capturer Severodonetsk et Lysychansk adjacent de l’autre côté, la rive ouest de la rivière North Donetsk, elle prendra le contrôle de toute la région de Lougansk – la première des deux régions du Donbass que Poutine a identifiée comme l’une des principales cibles. . sa campagne, rapporte Reuters.

Pendant plusieurs mois, Severodonetsk a fait face à des attaques qui ont abouti à deux semaines de bombardements intenses. Il ne reste que des ruines de la ville qui, selon les experts en sécurité, à l’exception des liaisons ferroviaires et routières, ne représentent qu’un petit avantage stratégique.

La valeur de Severodonetsk en tant que centre administratif de la région de Lougansk est largement symbolique. La ville est restée sous administration ukrainienne lorsque la majeure partie du territoire a été reprise par des séparatistes soutenus par la Russie en 2014.

« Conquérir Severodonetsk et atteindre les frontières de la région de Louhansk seront beaucoup plus importants pour les dirigeants russes d’un point de vue politique (…) que gagner et atteindre leurs objectifs militaires et politiques », a déclaré l’analyste militaire ukrainien Kostyyn Masovets. « D’un point de vue militaire, bien sûr, cela va aggraver notre situation, mais ce ne sera pas très important », a-t-il ajouté.

Severodonetsk a été fondée en 1934, dans le cadre du deuxième plan quinquennal du dirigeant soviétique Josef Staline, en tant que banlieue de Lysychansk. Les ouvriers de l’usine chimique, qui fonctionne toujours comme l’usine industrielle Azot (traduit par azote), sont censés y vivre. Pendant la majeure partie de son histoire, c’était une ville de province soviétique typique. Des rues habitées par les mêmes maisons préfabriquées se croisent avec des parcs et de larges allées envahies d’arbres. Les habitants vont pour des pique-niques relaxants sur les rives de la rivière North Donetsk et de la forêt environnante.

Lorsque les séparatistes pro-pro occupaient environ un tiers de la région de Louhansk, y compris la capitale régionale Lougansk, Severodonetsk a repris le rôle de centre administratif pour la partie ukrainienne de la région. C’est également le centre de l’armée ukrainienne et des organisations humanitaires opérant dans la région. Avant que le conflit n’approche du seuil de la ville en raison de l’invasion russe, de nombreux soldats y passèrent du temps, se relayant sur le front le plus proche.

À son apogée il y a une dizaine d’années, 110 000 personnes vivaient à Severodonetsk. Selon le gouverneur régional Serhiy Hajda, moins de 15 000 personnes vivaient dans la ville la semaine dernière. Les fusillades de ces dernières semaines à Severodonetsk ont ​​endommagé 90% de tous les bâtiments et détruit toutes les infrastructures essentielles là-bas, a déclaré Hajdaj. 60% de tous les appartements doivent être reconstruits.

À ce stade, vous pouvez toujours vous échapper de la ville. Les dernières routes d’accès et d’évacuation restantes menant au sud-ouest de la ville de Bachmut sont sous contrôle ukrainien. Cependant, la route a été remplie de cratères après avoir été tirée dessus par les troupes russes, qui ont tenté de l’occuper à plusieurs reprises et ont coupé à travers les villes jumelles.

« C’est ma ville, ma maison… Je ne vais nulle part », a déclaré à des journaux ukrainiens le responsable de l’un des abris anti-bombes de la ville, qui s’est présenté sous le nom de Tetjana. « Mon appartement a encore des murs. Je n’aurai rien – mais je survivrai », a-t-il ajouté.

Des combats ont éclaté dans les rues de Severodonetsk, selon les autorités, un journaliste français est décédé

Dans les rues de l’est de l’Ukraine, au nord de Severonetsk, il y a de violents combats avec les troupes russes et le nombre de morts augmente d’heure en heure, a déclaré le maire Oleksandr Strjuk lors d’un entretien téléphonique avec des agents de l’AP. Selon lui, les troupes russes avançaient sur le centre-ville complètement détruit. Un journaliste français qui a été témoin d’une des tentatives d’évacuation de civils est décédé aujourd’hui dans la région de Lougansk.

« Le nombre de victimes augmente d’heure en heure, mais au milieu des combats de rue, on ne peut pas compter les morts et les blessés », a déclaré le maire. Selon lui, il y a entre 12 000 et 13 000 civils dans la ville. Avant la guerre, Severodonetsk comptait plus de 100 000 habitants. Ceux qui sont restés se sont réfugiés dans des donjons ou des abris avant le bombardement.

Moscou tente de prendre le contrôle de toute la région du Donbass, et Severodonetsk est la clé, note l’AP. Les Russes ont capturé la ville par attaque après avoir échoué à l’encercler.

Selon le maire, l’approvisionnement en énergie et les lignes de communication à Severodonetsk ont ​​été coupées. Les frappes d’artillerie russes ont détruit des infrastructures critiques et 90% des bâtiments, a indiqué l’AP. Le maire estime que 1 500 civils sont morts dans la ville depuis le début de la guerre, à la fois à cause des attaques elles-mêmes et en raison d’un manque de médicaments et d’une incapacité à obtenir des soins médicaux adéquats.

Le gouverneur Hajdaj a déclaré aujourd’hui qu’un journaliste français était mort alors qu’il tentait d’évacuer dix personnes dans un véhicule humanitaire. La photo ci-jointe de l’accréditation du journaliste montre qu’il s’agissait d’un dénommé Frédéric Leclerc Imhoff. Selon le chef de la région de Louhansk, il travaille pour la chaîne BFMTV.

« L’évacuation s’est officiellement arrêtée », a déclaré le gouverneur, ajoutant qu’une voiture blindée d’évacuation transportait dix personnes lorsqu’elle a essuyé des tirs ennemis. « Un journaliste français accrédité a été grièvement blessé au cou alors qu’il documentait l’évacuation. Le policier a été secouru avec son casque. » écrivez Hajj sur la plateforme de communication Telegram.

Selon l’AFP, l’information du gouverneur de Luhan a ensuite été confirmée par le président français Emmanuel Macron. « Je tiens à réitérer le soutien inconditionnel de la France à ceux qui ont pour tâche difficile de fournir des informations sur les lieux de la bataille. » écrivez Macron sur Twitter.

En Ukraine, plusieurs journalistes ukrainiens et étrangers ont été tués en plus de trois mois d’invasion russe. À la mi-mars, les troupes russes à Irpini ont tourné Brent Renaud, un collaborateur du New York Times, qui couvre également les guerres en Irak et en Afghanistan en tant que cinéaste. Peu de temps après, la Russie a tué Kiev Zakrzewski, un cameraman franco-irlandais de Fox News, et Oleksandra Kuvshin, une coéquipière locale, près de Kiev. La journaliste russe Oxana Baulin, qui travaillait pour le portail d’opposition The Insider, a été tuée dans une fusillade à Kiev le 23 mars. Fin avril, la collègue ukrainienne de Radio Svoboda, Vira Hyryčová, a également été tuée dans une attaque à la roquette contre un immeuble résidentiel à Kiev.

Mais il y a plus de victimes de la guerre en Ukraine entre journalistes. Il a déclaré au Comité pour la protection des journalistes (CPJ) à la mi-mai qu’un total de sept journalistes étaient morts en Ukraine pour couvrir les combats. Le CPJ a ensuite enquêté sur au moins six autres journalistes pour voir si leur mort était liée au journalisme.

Ankara veut accueillir une rencontre entre la Russie, l’Ukraine et l’ONU sur une mission d’observation

La Turquie est prête à accueillir une réunion à Istanbul entre la Russie, l’Ukraine et des représentants de l’ONU, qui conduira à la mise en place d’un « mécanisme d’observation ». Le cabinet du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’est entretenu aujourd’hui par téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, a fait cette annonce sans précisions. Selon le chef de l’Etat turc, les parties en conflit devraient prendre des mesures pour instaurer une confiance mutuelle et se rapprocher de la paix, rapporte Reuters.

« Le président Erdogan a exprimé sa détermination à tenir une réunion à Istanbul entre la Russie, l’Ukraine et les Nations unies et à participer au mécanisme d’observation si les parties sont d’accord », a déclaré Ankara, sans préciser ce que signifiait exactement le mécanisme d’observation. Erdogan a déclaré à Poutine que des mesures devaient être prises pour réduire les effets négatifs de la guerre et préparer le terrain pour la paix.

Au printemps 2014, à la demande du gouvernement ukrainien, la mission d’observation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a commencé ses opérations dans l’est de l’Ukraine. Il devait superviser la mise en œuvre du cessez-le-feu aux frontières de la zone, qui à l’époque, avec le soutien de Moscou, était gouvernée par des pro-pro-séparatistes. Suite à l’invasion russe, l’OSCE a annoncé l’évacuation de quelque 500 observateurs et la cessation des opérations.

Selon le Kremlin, Poutine a déclaré à Erdogan que la Russie était disposée à autoriser la livraison en toute sécurité de cargos depuis les ports ukrainiens, où d’importants approvisionnements alimentaires, en particulier des céréales, étaient bloqués. Selon Poutine, Moscou est prêt à augmenter son approvisionnement en nourriture ou en engrais si les sanctions imposées à la Russie par le monde pour son agression continue contre l’Ukraine sont levées.

Les ports ukrainiens, qui restent sous le contrôle de Kiev, ne peuvent pas laisser de ravitaillement jusqu’à 20 millions de tonnes, ce qui est essentiel pour maintenir la stabilité alimentaire dans certains pays d’Afrique ou du Moyen-Orient, en raison du blocus naval russe.

Erdogan s’est également entretenu avec Poutine de la situation en Syrie, où Moscou est un acteur majeur. Ankara a annoncé son intention de mener une campagne militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie et d’y créer une zone tampon de 30 kilomètres.

Ankara tente de jouer le rôle de médiateur dans les négociations entre Moscou et Kiev. Fin mars, il a tenu une réunion privée entre des responsables ukrainiens et russes à Istanbul. Cependant, une certaine amélioration de l’humeur entre les parties a pris fin après que de nombreuses preuves ont émergé de crimes de guerre et du meurtre de civils autour de Kiev par des soldats russes.

A Odessa, ils ont démantelé les barricades construites en prévision de l’attaque russe

Dans le sud de l’Ukraine, Odessa a enlevé les barricades qui, dans les premières semaines de l’invasion, sont apparues en prévision d’une attaque russe contre cette ville portuaire stratégique. La mairie l’a informé aujourd’hui.

« Dans la partie centrale de la ville, le service communal a analysé les structures construites dans les premières semaines de l’invasion à part entière de la Fédération de Russie », a écrit la mairie d’Odessa dans un télégramme sur la plateforme de communication.

Le port le plus important d’Ukraine a de loin évité les combats directs entre les forces ukrainiennes et russes, mais la ville a fait face à des tirs de missiles intenses et répétés.

Surtout dans les premières semaines de l’invasion, les Odessa étaient pressés de se préparer à l’éventuel débarquement des troupes russes. Cependant, cela ne s’est pas produit.

Le département américain de la Défense a déclaré à la mi-mai qu’il n’y aurait aucune menace d’un débarquement russe près d’Odessa dans un avenir prévisible.

L’armée russe avance à la périphérie de Severodonetsk, la ville manque d’eau

Les troupes russes ont tué deux civils et en ont blessé cinq autres lors d’un bombardement dans la ville de Severodonetsk, dans l’est de l’Ukraine, a rapporté Reuters aujourd’hui, faisant référence au gouverneur de la région de Louhansk, Serhiy Hajdda. Il a également déclaré que l’armée russe avançait dans le sud-est et le nord-est de la périphérie de la ville, où de violents combats avaient lieu. Le gouverneur s’est également plaint aujourd’hui que l’Allemagne et la Hongrie ralentissaient la fourniture d’armes supplémentaires à l’Ukraine.

Hajdaj a déclaré que l’approvisionnement en eau et en gaz à Severodonetsk avait été interrompu. Selon Hajda, il y a un million de personnes dans la région sans approvisionnement en eau. Il a également déclaré que les autorités locales évacuaient la ville de Lysychansk, que l’armée russe tente également de conquérir. Jusqu’à présent, cependant, il n’a pas été en mesure de l’encercler et, selon Hajda, l’aide humanitaire continue d’affluer chaque jour dans la ville et à Severodonetsk. Cependant, les routes principales menant aux deux villes étaient toujours la cible de tirs russes.

Dans un rapport publié ce matin, l’état-major de l’armée ukrainienne a confirmé de violents combats dans la périphérie sud-est et nord-est de Severodonetsk et a également déclaré que les troupes russes poursuivaient leurs efforts pour bloquer les principales routes logistiques vers Lysychansk et Severodonetsk.

Selon l’état-major ukrainien de l’énergie, l’armée russe se regroupe vers la ville de Sloviansk en vue de la reprise des attaques dans la région d’Izjum.

Guerre en Ukraine… NOUS REGARDONS EN LIGNE

Bataille diplomatique France Russie Ukraine

Raimund Michel

"Tombe beaucoup. Passionné de télévision généraliste. Fan de zombies incurable. Solveur de problèmes subtilement charmant. Explorateur amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.