« Recapture », parti controversé du candidat présidentiel Zemmour fondé

Le premier rassemblement préélectoral de l’ancien journaliste Eric Zemmour a dû être déplacé pour des raisons de sécurité. Des milliers de personnes ont protesté contre lui à Paris à la demande du syndicat. Selon AP Zemmour, les partisans du rassemblement ont passé à tabac des militants qui protestaient contre le racisme. Le meeting d’un autre candidat à la présidentielle, l’homme politique de gauche Jean-Luc Mélenchon, a eu lieu dans le quartier de La Défense à Paris.

Le mot français « reconquête » signifie reprendre quelque chose, ou reprendre le contrôle de quelque chose. Le nom évoque une période historique appelée la reconquista, au cours de laquelle les chrétiens ont expulsé les Maures de l’île d’Iberia, rapporte Reuters.

Selon les commentateurs, ce contenu significatif s’inscrit également dans le discours de Zemmour aujourd’hui, où, entre autres, il parle du français traditionnel qu’il a reçu de ses ancêtres et veut le transmettre à ses descendants. Le slogan de la campagne serait une ligne attribuée à l' »Impossible n’est pas français » de Napoléon, selon laquelle le mot « impossible » était étranger aux Français.

Cinquante syndicats ont appelé à manifester contre la candidature de Zemmour et ses discours « racistes ». Des milliers de manifestants scandaient, entre autres : « Sortez, Zemmour, Paris n’est pas à vous ! » Ils se sont réunis dans le quartier de Barbès au nord de Paris, foyer d’une importante communauté d’origine maghrébine. Dans l’après-midi, ils se dirigent vers le parc de la Villette, où se tiendra un meeting de supporters de Zemmour. Finalement déménagé à la périphérie de Villepinte, située au nord-est du centre-ville.

Les journalistes de l’AP ont vu plusieurs militants vêtus de noir dire « Pas de racisme » en pulls, battre des personnes lors du rassemblement et les faire sortir violemment de la pièce. Les affrontements entre militants et sécurité se sont poursuivis devant lui. Les participants ont également crié aux journalistes d’une émission de télévision française sur la politique. Ils sont revenus après un certain temps, mais Zemmour a vivement critiqué les médias dans son discours.

Dans un long discours, Zemmour a appelé ses partisans à « changer le cours de l’histoire » et à se préparer à « reconquérir » la France. « Il y a beaucoup d’enjeux, si je gagne ce sera le début de la reconquête du plus beau pays du monde », a promis le candidat, qui selon l’AFP, capitalise sur ses apparitions publiques depuis plusieurs mois. sur le rejet de l’immigration et de l’islam. Selon lui, ils menaçaient « les Français, qui sont là depuis mille ans et qui souhaitent rester des hôtes ».

« Vous avez entendu dire que je suis fasciste, raciste et misogyne », a déclaré Zemmour, condamné à deux reprises pour incitation à la haine raciale, et s’est ensuite présenté comme étant persécuté par « un groupe d’hommes politiques, de journalistes et de djihadistes ».

Environ 4.500 personnes se sont rassemblées à La Défense en soutien à Mélenchon, selon son parti, France Déchaînée. « Assez hésité, pour se battre! » Il a mobilisé ses partisans contre la droite et l’extrême droite.

Mélenchon a échoué à la dernière élection présidentielle. Il a obtenu 19% au premier tour. Les sondages le chargent désormais de sept à dix pour cent, écrit l’AFP.

Zemmour, en revanche, a été la surprise de l’enquête. Il est en compétition pour la deuxième place avec le patron d’extrême droite de l’Association nationale de la marine Le Pen. Le président Emmanuel Macron est actuellement en tête des élections. Les élections auront lieu l’année prochaine en avril.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.