Principale proposition du musée Reina Sofia pour 2022

Cette Musée Reina Sofía été préparé pour 2022 diverses expositions, dont celles consacrées à l’évolution de l’estampe de la première moitié du XXe siècle à nos jours : De Posada à Isotype, de Kollwitz à Catlett vous Touche graphique : comme du lierre au mur, qui débutera respectivement en mars et mai. C’est l’une de ces techniques qui, sans jouir d’une grande importance dans l’historiographie traditionnelle, a acquis une grande pertinence en tant qu’outil de justification sociale en raison de sa proximité et de sa large diffusion.

En outre, le musée a programmé une série d’expositions monographiques, parmi lesquelles sont consacrées à des artistes espagnols de premier plan. Nestor Sanmiguel vous Manolo gémit qui abritera le palais Velázquez dans le parc du Retiro. La présence d’artistes femmes sera significative avec l’exposition Margaritas Azurdiennes, qui fera connaître au public l’œuvre de l’un des artistes les plus emblématiques du Guatemala ; Pauline Boudry vous Renate Lorenzo, avec une œuvre spécialement réalisée pour le Palacio de Cristal ; ou Alejandra Riera vous Léonor Serrano Rivas, qui présentera deux projets sur la façon de créer des lieux et d’autres mondes.

L’agenda est accompagné d’une installation unique de l’artiste Carlos Fleurs, et avec des expositions dédiées aux éditeurs Quelque chose d’autre presse lancé par l’artiste, musicien, poète et éditeur Dick Higgins dans les années 1960 comme plate-forme pour permettre la pratique expérimentale, ou des expositions axées sur les psychiatres catalans Francesc Tosquelle, qui revendique la dimension de situation thérapeutique institutionnelle de l’hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole, met l’accent sur l’activité créatrice dans le contexte de l’art brut et du surréalisme. Une autre exposition retrace la protohistoire de photographie documentaire de 1838 à 1917, collectionnant du matériel original allant des daguerréotypes et des photo-calotypes aux albums et publications. Cela complète la théâtologie du rôle de la photographie que le Musée a entamée en 2011 avec des expositions Une lumière crue, sans pitié. Le mouvement photographique ouvrier, 1926-1939.

Le programme de l’exposition commence par « De Posada à Isotype, de Kollwitz à Catlett », qui montrera le 22 mars au public l’évolution de divers supports graphiques tels que la gravure sur bois, le linoléum et la lithographie et leur utilisation à des fins politiques en premier lieu. moitié du vingtième siècle.

Cette Palais de cristal du jardin du Retiro sera le cadre, à partir du 7 avril, de la plus grande intervention réalisée à ce jour à Madrid par Carlos Bunga (Portugal, 1976), un artiste portugais qui explore l’espace tridimensionnel à travers ses installations, où il abandonne les matériaux traditionnels et mise sur la structure .carton.

La proposition a été initiée par l’artiste d’origine argentine Alejandra Riera (1965), ‘Jardín de las mixturas. Tentatives de création d’espace 1995-2022 ‘, espace d’exposition rempli et logique d’exposition temporaire dans un projet proposant différentes entrées possibles pour des œuvres qui, depuis plus de deux décennies, ont été réalisées, en pratiquant d’une manière différente de celle de faire de la place . Il peut être visité à partir du 3 mai dans différentes zones du bâtiment Sabatini : couloirs et sous-sols, passages de jardin dans la cour et terrain d’entraînement au troisième étage.

Le 17 mai, ‘Girográfica: Como en el muro la ivy’ aborde également l’art graphique, mais dans ce cas-ci celui des années 60 à nos jours. L’exposition, qui rassemblera une large sélection de documents provenant d’archives et de sources dans de nombreux pays, discute des pratiques collectives qui répondent aux demandes sociales de divers mouvements – tels que le féminisme et l’activisme queer ou la défense des droits ou de la mémoire des peuples autochtones. victimes des dictatures en Amérique latine – à travers la production de matériels et de slogans pour une circulation rapide et efficace en dehors des arts.

‘Les aventures du robot’, dédié à l’artiste espagnol Néstor Sanmiguel (1949), s’ouvrira en Palais Velázquez dans le parc du Retiro. le 2 juin et sera l’occasion de tester sa production créative depuis ses débuts à la fin des années 1980 jusqu’à nos jours.

À partir du 20 septembre, le programme Fissures du musée Reina Sofía mettra en vedette une autre artiste espagnole, Leonor Serrano Rivas (1986), dont le projet « Magie naturelle : astuce, cosmos et phénoménologie » sera le point de départ d’une période au cours de laquelle la méthode scientifique , la magie et les philosophies partagent de nombreux termes et intérêts.

Prochaine exposition du calendrier, ‘Comme une machine à coudre dans un champ de blé. La psychiatrie Francesc Tosquelles, sera inaugurée le 27 septembre et vise à restituer la figure du psychiatre et théoricien catalan Francesc Tosquelles (1912, Espagne1994, France). Exilé en France en 1939, Tosquelles préside l’hôpital psychiatrique de Saint-Albansur-Limagnole, institution qui devient une référence dans les nouvelles expériences de pratique clinique.

A partir du 6 octobre, le Crystal Palace du parc du Retiro accueillera un projet créé spécialement pour cet espace par la Suisse Pauline Boudry (1972) et l’Allemande Renate Lorenz (1963). Les deux artistes travaillent ensemble depuis 2007, concentrant leur attention sur la révision du patrimoine culturel, le discours de genre et surtout la théorie queer.

Le 11 octobre, l’exposition monographique guatémaltèque Margarita Azurdia (1931-1998), l’une des artistes centraméricaines les plus emblématiques du XXe siècle, sera présentée pour la première fois en Espagne, qui plongera dans sa carrière et ses œuvres qui incluent la peinture , sculpture, non-objets d’art, danses sacrées et livres de l’artiste créés avec ses dessins, collages et poèmes.

De nouveau dans le parc du Retiro, les visiteurs pourront accéder au palais Velázquez à partir du 20 octobre pour réfléchir sur l’anthologie consacrée au tableau Manolo Quejido (1946). Cette exposition retracera la carrière de l’artiste depuis ses débuts, dans les expérimentations géométriques et la poésie concrète, au début des années soixante-dix, jusqu’à des productions beaucoup plus récentes dans lesquelles il a mené diverses investigations.

Le 8 novembre, le public pourra visiter l’exposition autour de l’éditeur mythique Something Else Press. Fondé en 1963 à New York par l’artiste et éditeur Dick Higgins et actif jusqu’en 1973, l’éditeur s’est attaché à présenter des projets créatifs, apportant un contenu non conventionnel à un large public.

Le programme d’expositions du Museo Reina Sofía se terminera par une exposition qui ouvrira ses portes le 15 novembre et retracera les débuts de la photographie documentaire avant que les développements technologiques n’aient conduit à la transformation de la communication de masse et à la cristallisation du film documentaire en tant que genre. Parmi les œuvres observables figurent les calotypes The Pencil of Nature (1844) de Henry Fox Talbot; le dessin du personnage Paris de Charles Nègre ; rapport minier de George Bretz des années 1880; Photographies du travail des enfants au tournant du siècle de Lewis Hine ; ou l’album qu’Alexander Gardner a compilé sur Civil War.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.