Présidentielle française : Poutine gagnera-t-il pour les favoris Le Pen et Macron ?

Le Pen a plus d’un squelette russe dans son placard, de l’ancienne admiration à Poutine après avoir prêté main forte à une banque russe. L’invasion de l’Ukraine par la Russie et les atrocités récemment révélées des envahisseurs devraient saper sa candidature. Malgré tout, il a continué à marcher sur le président en titre, resserrant même son avance.

Au lieu de cela, il fait face à la conviction qu’il s’amuse avec Poutine – lors de longs appels téléphoniques, il essaie au moins de le persuader, par exemple, d’ouvrir des couloirs humanitaires pour l’évacuation civile des villes assiégées.

Faire face à Poutine et Staline ?

« Président macronecombien de fois avez-vous négocié avec Poutine ? Qu’avez-vous accompli ? » a déclaré lundi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. « Il ne discute pas avec les criminels. Les criminels doivent se battre. Vous aurez affaire à Hitler, Staline« Potem Pol ? » le serveur le cite Rp.

« Ces affirmations sont scandaleuses et mensongères, mais elles ne me surprennent pas. » Macron a qualifié ces commentaires d’ingérence dans une campagne politique française. « Premier ministre de Pologne d’extrême droite, elle soutient Mme Le Pen, elle l’a acceptée plusieurs fois », il a dit à la télévision TF1. « Je soutiens totalement mon choix de parler à la Russie pour empêcher la guerre et construire une nouvelle architecture de paix en Europe. Je le fais depuis le début de mon mandat, rappelez-vous qu’en 2017, Poutine s’est ingéré dans la campagne et m’a attaqué », a-t-il ajouté. rappelle la précédente élection de Macron, où il a également affronté Le Pen en finale. « Contrairement aux autres, je n’ai jamais été naïf. Et je n’ai jamais été complice, contrairement aux autres. »

De même, lors d’une visite en Bretagne mardi, le président a mis en avant les relations de son rival avec la Russie. « Ce n’est pas moi qui dois attendre M. Poutine et les financements de la Russie. C’est pour un autre candidat. » le journal le cite Une dépression.

L’Association nationale du parti Le Pen (RN, ex-Front national) a remboursé les dettes envers la Russie. En 2014, il est devenu clair qu’il avait emprunté à la première banque tchéco-russe. Un peu plus tard, il y a eu des troubles en Russie et en République tchèque, et les créances ont été rachetées par la société russe Aviazapást’, qui commercialise des composants pour avions civils et militaires. L’entreprise a poursuivi RN pour ne pas avoir payé la dette, en 2020 un accord a été trouvé.

Le Pen a exclu qu’il recevrait l’argent dans le cadre du soutien du Kremlin – il a été dit qu’aucune banque française n’était disposée à le lui prêter. Après tout, il s’est souvent rangé du côté de Poutine – par exemple sur l’occupation de la Crimée en 2014 ou l’emprisonnement du militant de l’opposition russe Alexei Navalny.

Brochure avec Poutine

Sur rapporter Le Pen a un pamphlet pré-électoral dans lequel, entre autres, il vante sa « position internationale ». « Il a travaillé pendant 15 ans pour construire des relations solides et durables avec de nombreux chefs d’Etat et représentants de mouvements patriotiques en Europe. » debout dans la brochure. Les photos montrent Le Pen et Poutine, ainsi que les présidents du Liban, du Tchad, de la Slovénie et un partisan idéologique d’Europe centrale – le Premier ministre hongrois. Victor Orban et son homologue polonais Morawiecki. « Il a été reçu par les Premiers ministres de Hongrie et de Pologne en visites officielles à Budapest et à Varsovie : il a pu réaffirmer sa détermination à construire une Europe des États libres. dépliant ajouté. Il n’a pas fait l’éloge de l’ancien président tchèque Václav Klaus ou du chef du SPD, Tomia Okamura, avec qui il s’est rendu à Prague.

D’après le journal Libération le parti a détruit 1,2 million d’exemplaires du livret en avril, précisément à cause d’une photo avec Poutine. Cependant, le parti a refusé, affirmant qu’il continuait à distribuer des tracts.

Une crise dont on parle peu approche de l'UE : la fin de Merkel et peut-être de Macron

Cependant, Le Pen n’a pas tardé à dénoncer l’invasion de l’Ukraine par la Russie comme une violation flagrante du droit international. « Vladimir Poutine il y a cinq ans n’était pas exactement le même qu’aujourd’hui », elle défend ses affections passées et admet qu’elle a changé d’avis. Il a même appelé à l’expulsion de l’ambassadeur de Russie.

Les partisans reconnaissent clairement son argument, la préférence de Le Pen n’est pas tombée pendant la guerre en Ukraine, au contraire. Vendredi, le « sondage sondage » du portail Politique a montré qu’au premier tour, il arriverait en deuxième position avec 22 % des voix – presque autant qu’il y a cinq ans. Macron devrait s’améliorer (27 % contre 24 % à l’époque). Le second tour sera décisif. Alors qu’en 2017 Macron a écrasé son rival 66:34, les perspectives actuelles sont bien plus proches, 53:47.

Ces dernières semaines, Le Pen est monté au créneau au détriment d’un autre candidat d’extrême droite, Erik Zemmour. Même lui ne cache pas son affection pour Poutine qui, contrairement à lui, ne peut pas abandonner.

« Alors que l’invasion russe dominait le débat public en France, la réélection de Macron semblait imparable. Le président se distingue parmi ses concurrents comme le seul candidat ayant une expérience en politique étrangère qui peut diriger le pays dans la crise actuelle. » commenter Politique. Au cours des premières semaines de l’invasion, ses préférences ont augmenté, mais Le Pen aussi – et contrairement à lui, ses gains ont été inversés, de sorte que ses rivaux dans l’enquête de Harris l’ont chassé de seulement trois points de pourcentage. Il ne l’a raté dans aucun sondage, mais la quasi-avance du candidat majoritaire d’extrême droite est inédite en France.

Macron s'est-il inspiré de Zelensk ?  Il a troqué le costume assorti contre un t-shirt décontracté et une barbe

Alors que Macron s’est entretenu avec Poutine et d’autres hommes d’État du monde ces dernières semaines, son adversaire a fait le tour du pays. « Le Pen a mené une campagne de contact, visité de nombreuses petites villes et villages. La presse nationale a accordé peu d’attention à ses voyages, mais ils ont eu une bonne réponse dans les médias locaux », note au Politico Mathieu Gallard, directeur de recherche chez Ipsos. « L’impression de proximité est très importante pour les électeurs français. »

Le Pen a également reculé légèrement de l’extrême droite. Il a hérité le parti de son père – Jean-Marie Le Pen (93) était une légende nationaliste, sur la scène dès les années 1950, jusqu’en 2019 il était député. Il a fait le plus loin au second tour de l’élection présidentielle de 2002, lorsqu’il a été battu par Jacques Chirac et que Le Pen n’a même pas obtenu 18 % des voix. (alors que lorsque deux politiciens traditionnels s’affrontent en finale, c’est toujours quelques points de pourcentage). En 2011, il cède le parti à sa fille, qui décide de le « déranger », de le faire passer d’une position extrémiste au mainstream. Même cinq ans plus tard, le parti a limogé son président d’honneur, Le Pen.

L’inflation n’est pas l’Islam

Avant l’élection actuelle, Le Pen n’était plus tellement préoccupé par les migrants et les musulmans, il était plus concentré sur les problèmes les plus réels – danger, inflation, énergie… « Il a complètement abandonné son style de campagne précédent et le style de son père. Il s’est concentré sur le pouvoir d’achat, pas sur la migration et la sécurité. » ajoute Gallard.

Et la Russie ? Il s’oppose à des sanctions sévères, mais n’a pas publiquement aidé Poutine. « Arrêter les importations de gaz et de pétrole de Russie serait un drame pour la famille française. » il se dispute à la radio RTL. « Ma priorité est de maintenir le pouvoir d’achat de la famille française. »

La France socialiste se dirige-t-elle vers l'extrême droite ?  Macron fait face à des vétérans et

Il a également appris de la dernière élection, lorsque Macron l’a amené dans le coin de l’économie lors d’un débat télévisé, et la piètre performance de Le Pen a sapé sa crédibilité à l’époque. Peu de temps après, il a cessé d’appeler à quitter l’Union européenne et la zone euro.

Maintenant, il a été aidé par un autre candidat d’extrême droite – le commentateur de télévision bruyant Eric Zemmour a été condamné à trois reprises pour incitation à la haine et est tombé dans le commentaire ancien en faisant honte aux femmes… Contre lui, Le Pen ressemble désormais à un politicien modéré, presque mainstream. Si le vote est terminé, Macron aura une tâche difficile avant le second tour. Jusqu’ici, il n’a pas beaucoup parlé à son principal rival, il a plus ou moins évité les débats télévisés. Dans un duel, cependant, il pourrait jeter ses gants, a conclu Politico.

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.