Picasso, à l’étranger : Des décennies de harcèlement et de surveillance policière en France | Culture et divertissement

Pendant les trente dernières années de sa vie, les Français l’ont traité comme un génie et un mythe patriotique, mais jusqu’en 1944 Picasso est devenu une victime de la machine d’État, harcelé par la police et rejeté par l’Administration, comme le révèle aujourd’hui une exposition à Paris .

« Picasso, l’étranger », qui s’ouvre au public ce jeudi au Musée de l’histoire de l’immigration, est le fruit des recherches menées ces dernières années par l’historienne Annie Cohen-Solal, surtout connue pour ses biographies de Jean-Paul Sartre, Mark Rothko ou le galeriste Leo Castelli.

Il s’agit d’une exposition politique dans laquelle l’auteur avoue avoir voulu exprimer la colère qu’il a ressentie en examinant des centaines de milliers de documents du Musée Picasso et des archives de la Police, afin que les visiteurs se sentent « responsabilisés » en partant.

« L’évolution de la société est due à ces artistes, ceux qui ont du mal à s’adapter, mais qui trouvent la bonne stratégie », a déclaré le conservateur à EFE.

Ces documents révèlent les relations compliquées que le jeune Picasso entretient avec les autorités françaises depuis sa deuxième visite à Paris, en 1901.

Dossier 74 664 aux archives de la Direction générale de la police A cette date, un document d’immigration signé par le commissaire Rouquier avec les données obtenues du greffier de la résidence du peintre, de ses activités à Montmartre, des articles de presse et diverses considérations obtenues par lui est équivalent à ce que sera aujourd’hui le « fichier S ».

ANARCHISTE EN DIFFICULTE POUR LA FRANCE

Sous cette étiquette, les agences de renseignement enquêtent actuellement non seulement sur des suspects de liens terroristes, mais aussi sur des militants écologistes, des « hooligans » et d’autres individus qui font l’objet d’un examen particulier.

Des dossiers d’un homme de Malaga, lié à un groupe de Catalans sont également mentionnés, mettant en évidence des données telles qu’il était un anarchiste, qu’il parlait mal le français et pouvait à peine se faire comprendre et qu’il dessinait des prostituées et des mendiants.

Lorsqu’en 1940, peu après l’assassinat de Federico García Lorca en Espagne, Picasso demanda pour la première fois la nationalité française, craignant de devenir le bouc émissaire de ses relations avec la République espagnole, 74 664 dossiers furent utilisés pour le refuser. son passeport. Ils remettent en cause sa contribution « à la gloire de la France ». Picasso n’en parlait jamais avec ses amis.

A cette époque, l’artiste était déjà célèbre et riche, il était directeur du musée du Prado, avait façonné son œuvre la plus célèbre, Guernica, et faisait l’objet d’une rétrospective au MoMA de New York.

En France, où les critiques dénoncent l’invasion des tableaux par les juifs, les étrangers et les criminels, il n’y a que deux de ses tableaux dans la collection nationale.

« Picasso a perturbé et a voulu détruire le monde universitaire avec le cubisme, un mouvement qui a été profondément incompris par les Français, en partie pour des raisons xénophobes », explique Cohen-Solal, qui a qualifié les bureaucrates bloquant Picasso de reflet de l’État policier dans les années 1940 qui a conduit à l’occupation nazie.

L’historien a publié ses recherches dans des catalogues d’exposition et dans l’ouvrage « Un étranger nommé Picasso », qui a reçu fin octobre le prestigieux prix Femina dans la catégorie essai.

BOUC ÉMISSAIRE

Être étranger coûte cher : jusqu’en 1918, les principaux collectionneurs de Picasso se trouvaient en Allemagne et dans les pays de l’Est. Dans l’entre-deux-guerres, les acheteurs sont devenus américains.

La Grande Guerre fait de lui une victime de liens garantis avec l’Allemagne, et l’État réclame la plupart des œuvres de son marchand Daniel-Henry Kahnweiler et les vend aux enchères au plus offrant.

« Dans les crevasses de la société française, Picasso a trouvé une stratégie pour surmonter la situation de blocus et n’a jamais joué le rôle d’une victime », a défendu Cohen-Solal, dont la visibilité en France est venue grâce à son adhésion au Parti communiste.

« Il a servi de tremplin, de passeport. De nombreuses communes de gauche du pays l’ont contacté et il leur a donné des emplois, soutenant la décentralisation culturelle qui n’est venue en France que dans les années 1980. Picasso est devenu un vecteur de modernité autour du pays du monde », a-t-il ajouté.

Malgré de nombreuses croyances françaises, Picasso n’a jamais été citoyen. Jusqu’à sa mort, ses peintures entraient à peine au musée national et il était, aux yeux du gouvernement, un étranger. Paradoxalement, au XXIe siècle, il n’y a pas une année sans que la France lui consacre une nouvelle exposition.

Maria D. Valderrama

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *